mercredi 25 mai 2022

Communiqué

Pour les milliardaires français, l'argent coule à flots !

 

C'est un secret de polichinelle, que le gouvernement tente d'évacuer en installant durablement dans le débat de la présidentielle le Covid et les thèmes chers à l'extrême droite, mais les chiffres sont têtus et ne peuvent travestir une insupportable réalité : « Pour les milliardaires, la pandémie a été une aubaine ». Les grands médias traditionnels ne font guère état de cet accablant constat, comme si cela allait de soi, comme si cela faisait partie de la nature des choses ou plutôt, plus sournoisement, comme si cela servait aussi et surtout les intérêts de leurs « éminents propriétaires ». Mais comment rester insensible à une telle perversion, à une telle oppression ?

C'est un fait, l'argent ruisselle, parfois même déborde et dépasse les rives du raisonnable, il n'y a qu'à observer les records accumulés du CAC 40, mais n'en déplaise à notre impérieux président qui veut se délester de l'image de « président des riches », ce flot est largement détourné vers le portefeuille d'une infime minorité de tout puissants, un cercle de grands patrons dont l'influence égale leur colossal capital. Le ruissellement n'arrose pas les derniers de corvée, comme c'est étrange… Mieux vaut être nanti pour obtenir le soutien de l’Etat français que besogneux.

Un récent rapport publié par l'ONG Oxfam vient attester cette odieuse entourloupe. « Si les milliardaires se sont enrichis, ce n’est pas grâce à des choix stratégiques brillants, mais principalement en raison de l’argent public versé sans condition ». D'après cette ONG, la fortune des milliardaires français a augmenté plus rapidement en dix-neuf mois de pandémie qu’en plus de dix ans. De mars 2020 à octobre 2021, les richesses des grandes fortunes françaises ont bondi de 86 %, soit un gain de 236 milliards d’euros. Avec ces 236 milliards supplémentaires engrangés, on pourrait quadrupler le budget de l’hôpital public ou distribuer un chèque de 3 500 euros à chaque Français.  Rien que ça ! Désormais, les cinq plus grosses fortunes du pays possèdent autant que les 40 % les plus pauvres en France. 

Si ces annonces donnent le vertige, elles ne peuvent que conforter notre vision d'une société, d'un système, de plus en plus déshumanisés, désaxés, en proie à tous les excès, à l'insatiable voracité de crésus impitoyables. Le fameux « quoi qu'il en coûte » vendu par le gouvernement, une forme de socialisation de l'économie principalement au profit des entreprises, a assuré le maintien des bénéfices des grands groupes et des actionnaires souverains. Ce qui n'était pas envisageable, avant la pandémie, pour soutenir les services publics (école, santé, justice…), consolider le système des retraites par répartition, renforcer les dispositifs de solidarités, est apparu indiscutable pour sauver les entreprises et ceci sans aucune contrepartie, avec une formule irréfutable brandie comme étendard « la sauvegarde de l'emploi ». Près de 300 milliards ont ainsi ruisselé vers les caisses des grandes entreprises qui ont pu protéger le train de vie de leurs patrons et de leurs actionnaires.

Certes, la majorité des emplois ont pour l'instant été sauvés. Mais face à une telle catastrophe sanitaire aux effets économiques et sociaux dévastateurs, pouvait on attendre moins de la part d'un gouvernement un tant soit peu responsable ? Contrairement à ce qui était annoncé par la majorité des économistes, l'explosion du chômage ne s'est pas produite. Pour autant, les chiffres officiels claironnant le retour au plein emploi, cachent une réalité bien différente. Eh oui il faut bien que ces centaines de milliards aient servi à quelque chose de rationnel, qu'ils viennent au secours « des plus démunis ».

Le chômage de longue durée est tout aussi élevé qu'au début de la pandémie. Les chômeurs de catégorie A (n'exerçant aucune activité) sont moins nombreux mais viennent grossir les rangs des catégories B et C (exerçant une activité partielle), confirmant l'explosion de la précarité. Combien d'entre eux sont aussi sortis des radars de pôle emploi ou placés arbitrairement en formation afin d'embellir artificiellement une situation épineuse, à quelques mois de l'échéance des élections présidentielles ?

 Cette générosité de façade vers les plus fragiles sert déjà de point d'appui pour une politique d'austérité dont on perçoit les premiers contours… Les cadeaux aux entreprises, au nom du maintien de l'emploi (chômage partiel, baisse des charges sociales, garantie des prêts des entreprises par l’État…) devront à terme être financés en grande partie par l'ensemble des salariés du pays. Si l'Etat s'est « ruiné » à sauvegarder les emplois pendant cette crise sanitaire, il faudra bien renflouer sa trésorerie afin de satisfaire les privilèges des principaux rentiers de ce pays.

Non contents d'avoir tiré un large bénéfice de cet épisode inédit, les gardiens de la finance et du capitalisme vont pouvoir s'accaparer à bas coût des dernières reliques de ce que l'on appelait fièrement « les services publics »

Finies les « largesses gouvernementales », place à la diète, à la rigueur budgétaire. Gel des salaires, réduction des financements et des emplois des services publics, hausse des taxes à la consommation (l'Etat s'accommode fort bien de l'explosion des prix de l'énergie, empochant au passage des taxes de plus en plus abondantes), abandon de la retraite par répartition et installation d'une retraite par capitalisation, extinction du régime solidaire de la sécurité sociale, incitation à l'ubérisation du salariat. L'addition risque d'être salée pour bon nombre de travailleurs(se)s.

Peut-il en être autrement ? Oui si nous le voulons et l'imposons collectivement. Il ne faut pas se mentir, les Bernard Arnault, François Pinault, Françoise Bettencourt et consorts ne sont que les symptômes d'une société qui accepte et rend possible une telle accumulation de richesses. Si l 'Etat français et plus particulièrement tous les gouvernements qui se sont succédé ont permis à toutes ces « grandes familles » de faire de bonnes affaires, toujours au détriment de l'intérêt général, c'est à nous de renverser ce qui semble être de l'ordre des choses.

L'écart entre les plus riches et les plus pauvres n'a jamais été aussi important depuis la seconde guerre mondiale. Preuve donc que le libéralisme, qui a amplifié son emprise au tournant des années 80, incite plus à l'accumulation qu'à la répartition, à l'individualisme plus qu'à la solidarité. Pourtant toute cette manne financière qui irrigue notre « Trésor Public », le fruit de nos impôts, les taxes diverses et variées, elle est à nous et c'est à nous de décider ce que nous voulons en faire collectivement. 

Quoi de plus insupportable que d'observer que notre argent est détourné, confisqué au profit d'une oligarchie richissime qui s'affranchit de toutes les règles morales, servie par des représentants que nous élisons « démocratiquement » ? Nous nous enlisons dans une position de plus en plus schizophrène. Cet accaparement de nos richesses défie la raison. La campagne pour la présidentielle qui s’amorce doit être l’occasion de mettre en exergue cette injustice insensée et délirante. Philippe Poutou, notre candidat, portera cette exigence.

 

 NPA 71

 

 

 

LÉGISLATIVES : 6 propositions, 2 questions de la part de l'association Agir pour la laïcité

L'association adresse une lettre ouverte à tous les candidats.es de Saône-et-Loire

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : Vous reprendrez bien un peu de campagne

A trois semaines du premier tour des législatives, macon-infos a suivi les candidats en campagne à Mâcon ce samedi. A voir également, la liste provisoire de l'ensemble des candidats pour la 1ère circonscription.

Législatives en Mâconnais-Clunisois : Aurélien Dutremble (RN) lance officiellement sa campagne

C'est aux côtés de Rachel Drevet, sa suppléante, qu'il va conduire sa première campagne législatives. « Nous sommes les candidats de la vérité » a-t'il affirmé au cours d'une rencontre ce jeudi après-midi, assumant le « seul contre tous ».

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : Valérie Gaudillère, suppléante de Christophe Juvanon (Les Républicains)

Le candidat LR de la première circonscription de Saône-et-Loire a également présenté ses soutiens et dévoilé son programme.

POLITIQUE - Législatives : La NUPES, union de la gauche, une réalité aussi pour le Mâconnais-Clunisois

Mieux vaut tard que jamais dit l’adage. J.-L. Mélenchon, arrivé 3ème à la présidentielle, a pris le pari de devenir Premier ministre grâce à un succès de l’Union populaire écologique et sociale aux prochaines législatives, union de la gauche dont le candidat est Patrick Monin sur la 1ère circonscription. Celui-ci lançait sa campagne vendredi à la salle Pavillon.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : Benjamin Dirx (LREM) fait valoir son bilan

Lors d’un entretien accordé à macon-infos, l’actuel député de la 1ère circonscription de Saône et Loire a affirmé sa volonté de poursuivre les efforts entrepris et menés lors du quinquennat d’Emmanuel Macron.

LÉGISLATIVES : Les Républicains de la 1re circonscription en ordre de bataille pour la défense du Mâconnais

Mardi, Jean-Philippe Belville, délégué LR de la 1re circonscription du Mâconnais Clunisois, avait donné rendez-vous à ses adhérents et militants pour donner le coup d’envoi des élections législatives. Et ce, dans la suite des investitures décidées le week-end dernier par les instances nationales du parti.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : Ce sera Patrick Monin (EELV) pour l'Union populaire écologiste et sociale

Le maire d'Azé aura Catherine Amaro (LFI), conseillère municipale à Mâcon, pour suppléante.

POLITIQUE - Législatives : Quatre investitutures pour la Majorité présidentielle en Saône-et-Loire

Pour l'heure, 450 candidats.es sont investis par la Majorité présidentielle en France. Olivier Véran a été investi aussi, tout comme Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin, Elisabeth Borne... mais pas en Saône-et-Loire bien sûr.

POLITIQUE : Les Départements de France veulent une meilleure collaboration avec l'État

Par la voix de son président François Sauvadet, élu de Bourgogne, l'association d'élus rappelle que, dans un pays fracturé, les Départements sont aussi les « garants de l'équilibre ville-campagne »

EDITO - Présidentielle : macon-infos, l'avocat du diable

Plaidoirie pour le respect de la souveraineté du peuple français.

PRÉSIDENTIELLE : Dernière ligne droite pour le Rassemblement National de Saône-et-Loire

Les partisans saône-et-loiriens de Marine Le Pen mènent de nombreuses opérations sur le terrain lors de ce week-end pascal. A commencer par leur présence sur le marché de Mâcon ce samedi matin.

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON : Budget 2022 adopté !

Le Conseil municipal s'est réuni lundi soir pour adopter le budget 2022 présenté en détail et débattu le mois dernier (lire ici). L'opposition a critiqué « une stratégie du bas de laine » et adressé, par communiqué, des propositions. Ce conseil fut aussi l'occasion pour le maire d'annoncer la fin des travaux en centre-ville pour début mai, et une reprise en janvier 2023.

LÉGISLATIVES : Céline Vinaugier candidate du PCF sur la circonscription

Elle sera accompagnée par Olivier Taviot, candidat à la suppléance. 

Message aux citoyennes et citoyens - Et le grand cirque de la présidentielle se déroule, au ras des paquerettes...

Comme à chaque fois, nous sommes sollicités dans les dernières heures en tant média pour publier du communiqué de presse de partis politiques, d'associations à caractère politique et des supporters des différents candidats.es pour mettre un dernier grain de sel avant le silence radio des 24 dernières heures avant 1er tour.

PRÉSIDENTIELLE : Réunion publique jeudi soir à Mâcon de l'Union populaire (Mélenchon), avec Émilie Marche

Emilie Marche sera soutenue par Catherine Amaro et Olivier Leprévost, chef.fe.s de file Union Populaire de la 1ère circonscription de Saône-et-Loire, et les militants pour l'U.P. du Mâconnais Clunysois.

GUERRE EN UKRAINE : Le député Benjamin Dirx réaffirme son soutien total au peuple ukrainien

Volodymyr Zelensky s’est adressé ce mercredi aux parlementaires français…

LÉGISLATIVES : Jean-Philippe Belville (LR) candidat à la députation

C'est le premier à se déclarer officiellement. Il a annoncé sa candidature cette fin d'après-midi au restaurant Les Mouettes à Mâcon devant quelques adhérents du parti et aux côtés de son directeur de campagne Patrick Lafarge. 

EXPRESSION CITOYENNE - Guerre en Ukraine : «Les civils ne sont pas des cibles !»

Un collectif d'associations et de syndicats appellent à un rassemblement le 17 mars à Mâcon.

PRESIDENTIELLE : Les Républicains du Mâconnais en nombre à Sennecé pour Valérie Pécresse

1ère réunion du comité de soutien à Valérie Pécresse ce soir à Sennecé-les-Mâcon, proposé par Marie-Jeanne Philippe, ex-rectrice et responsable société civile du comité de soutien. Une réunion en présence de l'ex-sénateur Jean-Paul Emorine pour évoquer deux points de programme de la candidate LR : l'agriculture et l'éducation.

POLITIQUE : Le comité municipal du parti Horizons est lancé à Mâcon

Claude Cannet, conseillère municipale de Mâcon, vice-présidente du Conseil départemental, en a été nommée déléguée.