vendredi 14 juin 2024

 

Communiqué

« Traiter le loup comme une masse à réguler par des tirs, et non comme un élément de la biodiversité, avec un comportement qui lui est propre, sera en permanence un échec » analyse France Nature Environnement.

 

Malgré la littérature scientifique, la désinformation orchestrée par certains nous conduit dans une impasse avant tout pour les éleveuses et les éleveurs qui subissent les conséquences de la prédation sur les troupeaux d’ovins et désormais de bovins. Néanmoins, nous appelons à la plus grande vigilance puisque l’hypothèse d’attaques des troupeaux par des chiens errants ne peut et ne doit pas être écartée.

 

Faut-il rappeler que le loup n’a pas été réintroduit en Bourgogne-Franche-Comté, comme ailleurs. Il est revenu dans les années 1990 en passant par le massif des Alpes depuis le noyau de population italien des Abruzzes. Disparu par empoisonnement et campagne de destruction dans les années 1930, il s’est implanté et déplacé grâce à la présence de milieux forestiers et à l’augmentation des ongulés sauvages (chevreuils, cerfs) qui représente 80 % de son régime alimentaire. Si actuellement le loup est sous un régime d’espèce protégée, ce n’est pas un cadeau fait aux écologistes, mais parce qu’il contribue à l’équilibre écologique et notamment à la régulation naturelle des ongulés sauvages.

 

Tout le monde, sauf celles et ceux qui nient les travaux scientifiques, s’accorde pour dire que les grands ongulés, dont les populations ont très fortement augmenté en Europe occidentale depuis une quarantaine d’années, contribuent à la perte de diversité et mettent eux aussi en péril l'avenir des forêts. Pourtant, la préservation des forêts est au coeur de la stratégie d’adaptation climatique.

 

La gravité de la situation pour les éleveuses et les éleveurs comme pour l’effondrement de la biodiversité dont nous dépendons, appelle à plus de rigueur et d’honnêteté dans les débats publics comme dans les solutions à apporter.

 

Cela fait déjà plusieurs années, en Saône-et-Loire comme en Bourgogne Franche-Comté, que la présence du loup est connue et que les prédations perdurent. Bien qu’en BFC, il n’existe que deux meutes (la meute du Risou et celle du Rû), cet enjeu n’a pas été pris à la racine. Les pouvoirs publics ont laissé imaginer que c’était un passage ponctuel et qu’avec un ou deux tirs nous allions nous débarrasser de la bête à problème. Or, nous le constatons, rien ne change et le désarroi s’accroît !

 

Il est temps de prendre à bras le corps la cohabitation entre le loup et les troupeaux en partant du principe que la présence du loup est une réalité géographique et un enjeu écologique. Traiter le loup comme une masse à réguler par des tirs, et non comme un élément de la biodiversité, avec un comportement qui lui est propre, sera en permanence un échec. C’est la situation que nous vivons depuis des années.

 

Les associations environnementales appellent à un débat honnête et objectif sur la situation; à prendre connaissance des travaux réalisés par l’Agence Régionale de la Biodiversité dans le cadre d’échanges pluralistes; à donner les moyens aux éleveuses et aux éleveurs de se protéger, notamment en zone de plaine, en prenant en charge les moyens de protection, y compris pour les bovins, dans le futur PNA Loup. L’objectif étant de retrouver un équilibre vital entre toutes les espèces du vivant.

 

En Saône-et-Loire, comme ailleurs, nous restons fortement mobilisés pour que la démagogie et les mensonges cessent et pour ouvrir la voie vers des relations pacifiées et apaisées.

 

France Nature Environnement 71, CM Terreco, Autun Morvan Ecologie

Pour comprendre et prendre connaissance de la biologie et de l’écologie du loup gris, téléchargez le cahier thématique: ARBBFC-Carnet-thematique-Loup.pdf (arb-bfc.fr)

POLITIQUE – Conseil régional : Gilles Platret et les élus de l’opposition viennent « prendre le pouls du terrain »

Gilles Platret, président du groupe des RDCEI (rassemblement des Républicains de la Droite, du Centre et des Écologistes Indépendants) à la Région Bourgogne-Franche-Comté avait donné rendez-vous à la presse ce vendredi 7 juin au bar de l’Hôtel de Ville de Mâcon.

EUROPÉENNES : Valérie Hayer est passée par Mâcon et Jalogny avant de poursuivre sa route en Saône-et-Loire

Avec trois députés appartenant à la majorité présidentielle sur cinq que compte la Saône-et-Loire, et un député européen du même bord, la visite en Saône-et-Loire de la candidate tête de liste “Besoin d'Europe” était incontournable. C'est fut chose faite ce samedi 25 mai.

EDITO : L'Union Européenne, l'opium des élites au pouvoir et des multinationales

Alors que les élections européennes se profilent à l'horizon, de plus en plus de voix s'élèvent contre la confiscation de la souveraineté nationale par le pouvoir politique. Confiscation qui date, rappelons-le, de 1992, année du traité de Maastricht approuvé par une très courte majorité de Français. Du bout des lèvres en effet, et à l'issue d'un débat qui est entré dans l'histoire pour les…

EUROPÉENNES : Jérémy Decerle en position éligible sur la liste conduite par Valérie Hayer

À lire aussi, le communiqué de soutien des députés Dirx, Marguerite et Rebeyrotte à la liste Besoin d'Europe. Les trois députés de Saône-et-Loire de la majorité présidentielle saluent la présence en bonne place de Jérémy Decerle. 

EUROPÉENNES - Sébastien Chenu (RN) à Mâcon : «Le 9 juin, dresser un cordon sanitaire autour de ceux qui ont ruiné le pays»

Le 9 juin se dérouleront les élections européennes, qui auront évidemment une dimension nationale. Sébastien Chenu, député du Nord, vice-président de l'Assemblée nationale et du RN, n'est pas candidat. Pour autant, en bon militant, il fait campagne pour Jordan Bardella. Il était à la cité des vins hier soir aux côtés d'Aurélien Dutremble, délégué du RN 71, et Valérie Deloge, conseillère régionale…

POLITIQUE : Remous au Conseil régional...

Les élu.e.s RN ont brandi des pancartes en conseil, provoquant une interruption de séance... La présidente annonce dans un communiqué vouloir porter plainte suite à un mot prononcé par un élus RN, «empruntant au vocabulaire Nazi » dénonce-t'elle... ACTUALISÉ : Le droit de réponse de l'élu ayant prononcé le mot «untermenschen», «sous-hommes en Français».

EXPRESSION SYNDICALE : « Le 8 mars, et après ? »

Les revendications de la CGT Mâcon pour véritable égalité femme-homme

ATTEINTE À LA LAÏCITÉ : Le Collectif Laïque National apporte son soutiens aux chefs d'établissements scolaires

L’association "Agir pour la Laïcité et les Valeurs Républicaines", association départementale de promotion de la Laïcité, est membre actif du Collectif Laïque National. Elle tenait hier à Mâcon son assemblée générale. L'occasion de faire passer le message suivant...

POLITIQUE : Un moratoire pour les zones de revitalisation rurale

L’initiative est saluée par les parlementaires de Saône-et-Loire

EXPRESSION POLITIQUE : Des élus locaux n'acceptent pas d'avoir été comparés à Poutine par le maire de Tournus

Ils s'insurgent contre la réaction du maire de Tournus à l'encontre d'un collectif qui a entamé une procédure contre le projet Eclat, parc historique porté par le Département sur la commune.

MÂCON – Conseil municipal : Règlements de comptes sur le budget

Après une longue intervention d'Eve Comtet-Sorabella pour le groupe d'opposition Mâcon Citoyens suite à la présentation du rapport d'orientation budgétaire, le maire Jean-Patrick a répondu par une leçon de gestion, taclant au passage la collectivité régionale...

MÂCON : Les Halles St-Pierre vendues à une société spécialisée qui réalisera les «Halles alimentaires marchandes et gourmandes»

Objet d’une délibération soumise au vote ce lundi soir en conseil municipal, la vente des Halles St-Pierre (situées derrière l’église du même nom) à la société OMC - Promotion a provoqué l’indignation du groupe d'opposition Mâcon Citoyens. Le maire a justifié une vente qui permet « une opération blanche ».