samedi 25 juin 2022

Communiqué de l’UFC-Que Choisir de Saône-et-Loire :

 

Alors que les récentes informations sur les pratiques d’EHPAD privés ont logiquement scandalisé l’opinion, l’UFC-Que Choisir de Saône-et-Loire rend aujourd’hui publique une étude sur la situation de l’offre en EHPAD dans le département.

L’UFC-Que Choisir constate un développement de l’offre privée au détriment de celle des établissements publics avec pour conséquence des prix élevés sans toutefois que la qualité soit au rendez-vous.

Déplorant l’organisation de l’accès aux EHPAD, l’UFC-Que Choisir de Saône-et-Loire formule plusieurs demandes visant à permettre la systématisation d’une prise en charge humaine des séniors dans ces structures à des tarifs abordables.

Une répartition très hétérogène des places d’EHPAD en France

En France, l’offre en EHPAD est de 102 places pour 1 000 personnes âgées de plus 75 ans.

Dans notre département, la situation est très légèrement plus favorable avec 111 places/1000 (soit une offre de 7754 places au total). Au global, les places en EHPAD en Saône-et-Loire ne peuvent répondre qu’à 46 % de la demande potentielle de l’ensemble des personnes dépendantes (47 % à l’échelle nationale).

Si les EHPAD n’ont bien entendu pas vocation à accueillir toutes les personnes dépendantes du département, celles souffrant des pathologies les plus lourdes n’ont pourtant souvent pas d’autre choix que de se tourner vers ces établissements médicalisés spécialisés. Or, on constate que dans notre département, seules 77 % des personnes très dépendantes 1 bénéficient actuellement d’une place en établissement, chiffre à mettre en parallèle avec une moyenne nationale de 68 %.

 

Les EHPAD privés tirent les prix vers le haut

L’analyse des tarifs pratiqués par les EHPAD implantés en Saône-et-Loire révèle que le coût moyen d’une place y est de 2094 euros par mois. A titre de comparaison, le prix moyen des places dans les départements limitrophes est de 2176 euros tandis que le prix moyen en France est de 2 214 €. En confrontant le prix moyen des EHPAD dans le département au niveau de vie de ses habitants, on peut estimer qu’en moyenne les résidents doivent piocher 392 euros par mois (contre 416 euros à l’échelle nationale) dans leurs économies.

La moyenne départementale du prix des places en EHPAD masque d’importantes différences selon le statut de l’EHPAD. En effet, alors que les EHPAD publics départementaux affichent un prix moyen de 1926 euros et les EHPAD associatifs un prix moyen de 2171 euros, ce tarif s’envole pour les EHPAD privés puisqu’il s’établit à 2595 euros. Ce sont donc bien les EHPAD privés qui tirent la moyenne des prix vers le haut, étant entendu qu’ils disposent, dans le département, de

21% du total des places, pourcentage légèrement inférieur à la moyenne nationale (23 %)

 

Un développement de l’offre privée favorisé par les pouvoirs publics

Cette cherté des EHPAD privés, commune à toute la France, devrait trouver à s’expliquer par une meilleure qualité des prestations proposées à leurs résidents par rapport à celles dont bénéficieraient les résidents d’EHPAD publics. Pourtant cela est loin d’être assuré si on se fie aux taux nationaux d’encadrement des résidents qui est de 56 % dans les structures privées, contre

68 % dans les structures publiques. C’est également vrai pour la qualité de la restauration ou les animations, essentielles pour le moral des résidents. Dans la foulée du livre choc Les Fossoyeurs, le récent rapport de l’Inspection Générale des Finances et de l’Inspection Générale des Affaires Sociales ne manque d’ailleurs pas de le souligner.

La stratégie de maximisation du profit des établissements privés qui s’effectue sans toujours prendre en compte l’impératif de bien-être des résidents semble se réaliser avec l’implicite blanc-seing des autorités publiques, qui outre des manquements dans le contrôle des établissements, favorisent le développement des EHPAD privés. En effet, les Conseils départementaux qui, avec les Autorités Régionales de Santé (ARS) ont la main sur le développement des EHPAD, trouvent un intérêt budgétaire à favoriser la création d’établissements privés plutôt que de créer des établissements publics, puisque les résidents des EHPAD publics sont davantage en mesure de bénéficier des aides sociales départementales, que ceux des EHPAD privés, notamment en ce qui concerne l’Aide Sociale à l’Hébergement (ASH).

 

Au vu des constats dressés, et dans un contexte où le vieillissement de la population va mécaniquement s’accompagner d’une hausse des situations de dépendance, l’UFC-Que Choisir de Saône-et-Loire, attachée à la liberté de choix du type d’EHPAD et soucieuse d’assurer aux séniors n’ayant d’autres choix que d’en intégrer un, de pouvoir trouver un établissement permettant une prise en charge humaine à un tarif raisonnable, demande :

- Que la création de nouvelles places en EHPAD se fasse essentiellement dans les structures publiques ;

- Que les EHPAD privés aient tous l’obligation de proposer un nombre suffisant de places éligibles à l’Aide Sociale à l’Hébergement (ASH) ;

- Un plafonnement des évolutions tarifaires des EHPAD privés ;

- L’obligation de mettre en place un taux d’encadrement minimal pour tous les établissements et de porter ce taux à la connaissance des consommateurs ;

- Que les associations agréées en santé soient représentées au sein des Conseils de Vie Sociale des EHPAD pour veiller au bien-être des résidents.

Afin de limiter les restes à charge parfois prohibitifs et durables frappant les résidents, l’UFC-Que Choisir Saône-et-Loire rappelle également que l’association promeut depuis plus de 10 ans la mise en place d’un « bouclier dépendance », financé par la solidarité nationale.

Enfin, l’association indique l’existence d’une carte interactive des EHPAD en France, sur le site internet de l’UFC-Que Choisir : https://www.quechoisir.org/carte-interactive-maisons-retraite-n21239/.

Cette carte, librement accessible, répertorie les prix pratiqués par l’ensemble des établissements, indépendamment de tout autre critère.

 

LEGISLATIVES EN SAÔNE-ET-LOIRE : Les résultats circonscription par circonscription

Jusqu'à 56,47 % d'abstention, sur la circonscription de Chalon-sur-Saône ! Le département compte 5 circonscriptions. 4 sortants ont été réélus.es hier.

LÉGISLATIVES - Benjamin Dirx : « Je serai le député de l'ensemble des citoyens de la circonscription »

Il a annoncé un premier projet de loi sur lequel les députés vont se prononcer très rapidement : le projet de loi anti-inflation

LÉGISLATIVES : 15 mesures incontournables de Femmes solidaires 71 pour l’égalité femme-homme

« Nous, Femmes Solidaires de Saône et Loire, association féministe, laïque, universaliste et abolitionniste de la prostitution, demandons aux candidat-e-s aux élections législatives des 12 et 19 juin de s’engager dans le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. »

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : L'association P.R.E.S.E.N.C.E. de Loché interpelle les candidats sur la révision du PLU

Actualisé - L'association est vent debout contre le projet de révision du PLU de Mâcon, dont Loché est une commune associée et donc directement concernée. Philippe Radal, son président, et Jean-Paul Marchal, membre du Bureau, ont interpellé les candidats aux législatives par une lettre qui leur a été adressée et dont voici le contenu :

POLITIQUE : Jean-Philippe Belville (LR) passe dans l'opposition au conseil municipal de Mâcon

Conseiller municipal de la Majorité depuis 2020, il explique sa décision dans un communiqué.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : « Le Rubicon a été traversé » estime J.-P. Belville (LR)

Le délégué de circonscription Les Républicains réagit au soutien annoncé de Jean-Patrick Courtois à Benjamin Dirx aux prochaines législatives

LÉGISLATIVES : 6 propositions, 2 questions de la part de l'association Agir pour la laïcité

L'association adresse une lettre ouverte à tous les candidats.es de Saône-et-Loire

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : Vous reprendrez bien un peu de campagne

A trois semaines du premier tour des législatives, macon-infos a suivi les candidats en campagne à Mâcon ce samedi. A voir également, la liste provisoire de l'ensemble des candidats pour la 1ère circonscription.

Législatives en Mâconnais-Clunisois : Aurélien Dutremble (RN) lance officiellement sa campagne

C'est aux côtés de Rachel Drevet, sa suppléante, qu'il va conduire sa première campagne législatives. « Nous sommes les candidats de la vérité » a-t'il affirmé au cours d'une rencontre ce jeudi après-midi, assumant le « seul contre tous ».

LÉGISLATIVES EN MÂCONNAIS-CLUNISOIS : Valérie Gaudillère, suppléante de Christophe Juvanon (Les Républicains)

Le candidat LR de la première circonscription de Saône-et-Loire a également présenté ses soutiens et dévoilé son programme.

POLITIQUE - Législatives : La NUPES, union de la gauche, une réalité aussi pour le Mâconnais-Clunisois

Mieux vaut tard que jamais dit l’adage. J.-L. Mélenchon, arrivé 3ème à la présidentielle, a pris le pari de devenir Premier ministre grâce à un succès de l’Union populaire écologique et sociale aux prochaines législatives, union de la gauche dont le candidat est Patrick Monin sur la 1ère circonscription. Celui-ci lançait sa campagne vendredi à la salle Pavillon.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : Benjamin Dirx (LREM) fait valoir son bilan

Lors d’un entretien accordé à macon-infos, l’actuel député de la 1ère circonscription de Saône et Loire a affirmé sa volonté de poursuivre les efforts entrepris et menés lors du quinquennat d’Emmanuel Macron.

LÉGISLATIVES : Les Républicains de la 1re circonscription en ordre de bataille pour la défense du Mâconnais

Mardi, Jean-Philippe Belville, délégué LR de la 1re circonscription du Mâconnais Clunisois, avait donné rendez-vous à ses adhérents et militants pour donner le coup d’envoi des élections législatives. Et ce, dans la suite des investitures décidées le week-end dernier par les instances nationales du parti.

POLITIQUE - Législatives en Mâconnais-Clunisois : Ce sera Patrick Monin (EELV) pour l'Union populaire écologiste et sociale

Le maire d'Azé aura Catherine Amaro (LFI), conseillère municipale à Mâcon, pour suppléante.

POLITIQUE - Législatives : Quatre investitutures pour la Majorité présidentielle en Saône-et-Loire

Pour l'heure, 450 candidats.es sont investis par la Majorité présidentielle en France. Olivier Véran a été investi aussi, tout comme Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin, Elisabeth Borne... mais pas en Saône-et-Loire bien sûr.

POLITIQUE : Les Départements de France veulent une meilleure collaboration avec l'État

Par la voix de son président François Sauvadet, élu de Bourgogne, l'association d'élus rappelle que, dans un pays fracturé, les Départements sont aussi les « garants de l'équilibre ville-campagne »