dimanche 14 avril 2024

Les élèves ont accueilli Galus, Djibril, Anette, Anouk, Nicolas… dans le cadre de la semaine « Sans Frontières » de solidarité, organisée du 25 novembre au 2 décembre par Karine Boullay. Ils ont eu la chance de vivre plusieurs rencontres fortes et édifiantes.

Lundi : celle avec deux exilés parfaitement intégrés socialement et dans le monde du travail. L'un du Cameroun, l'autre du Mali. Et vendredi pour clôturer une semaine riche : celle avec des bénévoles de SOS Méditerranée.

Tout d'abord, Galus et Djibril, deux témoins et acteurs de l'exil, sont venus raconter leur parcours. Galus avait 15 ans en 2016 lorsque la secte terroriste Boko Haram kidnappe ses deux parents. Cet événement l'oblige à quitter son pays et à parcourir seul une partie de l'Afrique centrale pour rejoindre la Libye afin de tenter la traversée de la mer pour trouver refuge en Europe. 15 ans, c'est l'âge d'un élève de Seconde

Ce périple est dangereux, insensé, truffé de violences. Il connaît les guets apens, les gardes à vue, les corruptions policières, les rançons de milices pour sortir de prison, la faim, la soif, l'effroi. Il assiste à trois meurtres gratuits de migrants comme lui, mais il sait que les meurtriers ne seront jamais inquiétés. Car il fait la cynique expérience que, dans certains pays, « La vie d'un migrant noir n'a pas de valeur ». L'exil, c'est le malheur et la barbarie tout au long du chemin. La peur. L'impression d'être perdu, sans repères dans des pays dont on ne parle pas la langue. A quel passeur faire confiance ? Quel chemin choisir ? Galus dit plusieurs fois cette « impression d'être dans un mauvais film » tellement les événements sont sidérants. Le voyage dure ainsi plusieurs mois. Et pourtant c'est sa résilience qui nous marque à l'écoute de son témoignage, sa dignité et son amour de la France à qui il rend un hommage vibrant.

Galus a été secouru en mer par l'Ocean Viking, le navire qui sillonne les eaux internationales sur la route maritime la plus meurtrière du monde, celle de Libye-Italie. Alors qu'il dérive avec 110-120 personnes sur un Zodiac de fortune censé n'en accueillir que 35 personnes, c'est l’association SOS Méditerranée qui met fin à l'effroi et aux larmes de désespoir le 5 avril 2016. Jour mémorable pour Galus.

Ce témoignage entendu lundi va se prolonger vendredi par celui d'Annette, Anouk et Nicolas, les bénévoles de SOS Méditerranée qui ont expliqué le rôle de l'association. Elle est créée en 2015 car il faut savoir qu'il n'y a plus de secours organisés en mer par les Etats d'Europe depuis 2014. Il faut pourtant bien que les Droits des humains soient préservés ?

En décrivant les situations et les actions menées par l'organisme financé à 92 % par des fonds privés, ils font tomber des préjugés sur la migration, le profil des migrants victimes du terrorisme, du dérèglement climatique dont l'Occident est bien responsable, des guerres, de la misère... Nombreux sont les morts : on estime à plus de 40 000 les noyades depuis 2014.

 

« Quand tu tends une main, c'est comme donner une seconde chance à un être humain »

Les élèves ont posé des questions très pertinentes qui poussent la curiosité et la réflexion. Ainsi à la question : pourquoi avez-vous intégré l'association, Anouk a répondu qu'il s'est agi pour elle d'un besoin en lien avec ce qu'elle entendait à la radio et d'une volonté de s'engager pour porter une cause, pour participer à sauver. Et son message important à retenir pour les lycéens, futurs citoyens a été de les encourager à s'informer, à en parler et à se méfier des fake news.

Galus et Djibril ont choisi la France. Ils ont tous deux rappelé aux élèves leur chance d'avoir accès à la sécurité, à l'école gratuite, à l'assurance maladie pour tous et la rareté d'un pays qui respecte les Droits humains.

Comme le dit un sauveteur de l'Ocean Viking, « quand tu tends une main, c'est comme donner une seconde chance à un être humain. » Galus et Djibril ont eu cette seconde chance et travaillent tous les deux. Galus est également bénévole au Secours Populaire, une façon de rendre ce qui lui a été donné quand il était dans l'extrême détresse. A son tour, il tend une main.

Ces rencontres au lycée nous rappellent l'essentiel, nous rendent vivants et renforcent le sentiment d'appartenance à la grande famille de l'humanité.

Muriel Bonnard

 

VIRÉ - Brocante et Exposition : Les professionnels de l’objet ancien ripostent à internet et aux vide-greniers.

Lorenzo Gelsumini est l’organisateur star de cette grande brocante et exposition qui se tient à Viré ce week-end tout autour et dans la salle des fêtes. Profitez-en, c'est encore ouvert demain dimanche 14 avril !

BOURGOGNE – Élevage : L214 veut faire fermer un abattoir Bigard en Côte-d’or

L’association de défense des animaux a dévoilé cette semaine une enquête menée à l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes en Côte d’or. Elle dénonce, images à l’appui, l’égorgement à vif, une violence délibérée et de graves infractions.

CLIN D’ŒIL : Un champion de poker à Saint-Amour-Bellevue

Connu sous le pseudo “F.Ngannou”, il a remporté plus de 220 000 € sur le plus gros tournoi de printemps.

MÂCON - Passage Goncourt : Les travaux du mur végétalisé vont démarrer

Le projet de mur végétalisé situé au passage Goncourt se concrétise. Les travaux démarreront à compter du lundi 15 avril avec l’installation de l’échafaudage.

MACON : L’amicale des classes en 5 prépare la fête !

Mercredi 10 avril, à la salle des associations de la mairie de Sennecé-les-Mâcon, se tenait l’assemblée générale de l’amicale des classes en 5 de Mâcon.

MÂCON : La Maison de santé s'accroche pour équilibrer ses comptes

Direction et personnel recevaient ce jour Véronique Lefeuve, adjointe au maire chargée des affaires sociales, et Benjamin Dirx, député de la circonscription.

Mâcon - Lycée René Cassin : Susciter des vocations d’ingénieurs et de techniciens

Le 11 avril a eu lieu, au Lycée René Cassin, une demi-journée « ingénieur.e, technicien.ne, pourquoi pas toi ? ». Cet évènement, conjointement organisé par le lycée et l'ENSAM, s'inscrit dans le cadre des Cordées de la Réussite.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE : La Région accompagne, facilite et accélère la transformation numérique

La Région se mobilise pour les territoires : un camion démonstrateur de domotique en Saône-et-Loire ; une gestion innovante de la voirie à Nevers ; des tiers lieux etc.

PRISSE - Archets pour un espoir : Un concert pour la bonne cause

Dimanche 7 avril en l’église de Prissé, devant 80 personnes, l’ensemble instrumental « Archets pour un Espoir » a donné un concert pour la bonne cause. L’association s’occupe d’un orphelinat en Inde et d’une école à Madagascar ainsi que des enfants atteints de maladies rares dans la région. Retour en images.

MÂCON – Femmes solidaires : Une soirée autour d’une autrice trop méconnue en France

Mardi 9 avril, l’association Femmes Solidaires Mâcon recevait Claude Thomas, président du Centre de Francophonie de Bourgogne et son invitée, Ken Bugul.

MÂCONNAIS NORD-CLUNISOIS : Suez confie à La Poste la relève de près de 6 000 compteurs d’eau

Les relevés sont assurés par les facteurs et les factrices pendant 12 jours

MÂCON : L'école maternelle Jean Zay va rouvrir ses portes le 29 avril

Mercredi matin, le Préfet de Saône-et-Loire Yves Séguy et le Maire de Mâcon Jean-Patrick Courtois ont inauguré les locaux rénovés de l'école maternelle Jean Zay. Locaux endommagés par l'incendie perpétré lors des émeutes dans la nuit du 29 au 30 juin 2023.

MÂCON : Infirmières, médecins et dentiste vont intégrer la nouvelle maison médicale des Saugeraies

Elle a été inaugurée mardi par Eric Maréchal, président de MÂCONhabitat, office de l'habitat propriétaire, et par le maire Jean-Patrick Courtois, entourés d'administrateurs de l'office et d'élu.e.s. 2 médecins, 2 infirmières et 1 dentiste déjà en poste dans le quartier vont intégrer les lieux cette fin de semaine. Retour également sur l'historique des aménagements engagés dans le quartier. 

MÂCON – Conseil municipal : Budget 2024 adopté !

L'opposition est revenue sur les excédents dégagés. « Les excédents permettent l'autofinancement » a répondu le maire. En fin d'intervention, Eve Comtet-Sorabella a taquiné Jean-Patrick Courtois sur 2026... La réponse a été croustillante... À voir aussi, les programmes engagés cette année.

SAÔNE-ET-LOIRE : Les appels au 17 en zone police désormais centralisés au commissariat de Mâcon

Ils sont reçus au CIC, centre d'information et de commandement de la police nationale, inauguré cet après-midi par le préfet Yves Séguy et le commissaire Thomas Kieffer. 

SAÔNE-ET-LOIRE : Le Département fête la promotion 2024 du CGA du Salon de l'Agriculture

Retrouvez tous les primés au salon de l'agriculture de Paris

SAÔNE-ET-LOIRE : Le Département sur tous les fronts pour diffuser la culture partout

Le Département, premier partenaire de la culture en milieu rural

MÂCON : La Protection civile de Saône-et-Loire a 60 ans !

Samedi matin, la Protection Civile a fêté ses 60 ans. L'occasion d'animations diverses et variées sur l'esplanade Lamartine ainsi qu'une cérémonie de remise de médailles au square de la Paix, en présence des autorités.

SANTÉ : «Les médecins ne sont en rien responsables des conséquences du numerus clausus mis en oeuvre dans les années 70»

Restons sur la santé avec ce droit de réponse que nous demande l'Ordre départemental des médecins suite à notre article paru sur la table ronde proposée par l'UFC-Que choisir ? macon-infos vous propose l'intégralité de l'intervention du président de l'Ordre qui, il est vrai, n'avait pas été reprise dans notre article.