dimanche 21 avril 2024

 

Qu'un ou une ministre de l'Éducation nationale choque les personnels de direction est plutôt rare... Ils demandent, en urgence, une audience au recteur. La lettre du SNPEDN-UNSA (Syndicat National des Personnels de Direction de l'Éducation Nationale) envoyée à la ministre. 

 

"Monsieur le Recteur,

La justification de Madame la ministre de l’Education nationale, hier, à la scolarisation de ses enfants dans l’enseignement privé ["On en a eu marre, comme des centaines de milliers de familles. Mon mari et moi (...) avons vu des paquets d'heures qui n'étaient pas sérieusement remplacées"], notamment au lycée Stanislas à Paris, en raison de supposés dysfonctionnements de l’école publique quant à la gestion des nombreuses absences des enseignants est totalement inacceptable.

Tout d’abord, les faits : les enseignants font partie des professionnels les moins absents de toute notre société. La majorité des heures de cours manquées par les élèves sont dues à des convocations institutionnelles ou à des manquements de cette même institution à remplacer des absences longues et légitimes (maladie grave, congé parental, formation).

Une étude du SNPDEN (car le ministère, malgré les très nombreuses données récupérées depuis cette année n’est toujours pas en capacité de produire des indicateurs fiables) montre que 3 % des heures de cours ne sont pas assurées pour des raisons personnelles et 4 % d’entre elles ne sont pas assurées pour des raisons institutionnelles (convocation multiples et variées, non remplacement d’absences longues).

Un professeur qui active son droit légitime au congé paternité, inscrit dans la loi, est rarement remplacé par notre institution pendant les 4 semaines de son absence. Depuis de nombreuses années, les quelques rares moyens en heures supplémentaires pour remplacement de courte durée affectés aux établissements ont toujours été consommés totalement.

Depuis cette rentrée, grâce aux moyens nouveaux mis à la disposition des établissements scolaires, selon une étude du SNPDEN, 40 % des heures annulées ont pu être remplacées, en interne, par des enseignants volontaires en plus de leur service. Ce qui est en cause, c’est le remplacement des absences longues par les rectorats. Mais depuis 30 ans, ces services de remplacement souffrent de travailler avec des outils informatiques obsolètes et archaïques (MSDOS type Minitel), sans qu’aucun Ministre de l’Education nationale n’ait apporté une réponse concrète et efficace à cette gestion calamiteuse des ressources humaines ni contre le manque d’attractivité des métiers de l’éducation (nos professeurs sont toujours parmi les plus mal payés de l’OCDE).

Beaucoup de belles paroles sur le sujet, mais jamais aucun acte concret ou efficace !

Les mots de Madame la Ministre, hier, ont blessé toutes les communautés éducatives de l’enseignement public. Celle-là même qui agissent au quotidien, pour accompagner, éduquer, enseigner faire grandir et réussir tous les enfants de la République, quels que soient leur origine, leur milieu social, leurs problèmes personnels ou familiaux. En effet, dans l’Ecole publique, on assure avec honneur la promesse Républicaine d’accueillir tous les enfants de France, sans distinction ni différence. Ce n’est pas le cas de l’école privée que Madame Oudéa-Castéra met honteusement en avant dans ses propos.

Ces écoles privées, qui sélectionnent par l’argent, renvoient vers l’école publique tous les élèves en difficulté scolaire ou éducative pour obtenir des taux de réussite aux examens proches des 100 %. Mettre en avant la réussite d’un lycée, comme Stanislas, établissement ghetto pour ultra riches, qui n’accueille que des populations hyper favorisés, est une honte pour une ministre de l’Éducation nationale.

Monsieur le Recteur, la section academique du SNPDEN-UNSA, syndicat de chefs d’établissement, progressiste, constructif, humaniste et responsable, n’est pas compétente pour demander la démission d’une Ministre de l’Education nationale mais nous considérons que les propos de Madame Oudéa-Castéra la disqualifient pour mener les futures réformes que nous devrons mettre en place avec nos équipes dans nos établissements scolaires publics, dès lundi.

En réaction à ces propos inacceptables, nous vous sollicitons, Monsieur le Recteur, pour une audience en urgence."

 

 

 

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE : La Région accompagne, facilite et accélère la transformation numérique

La Région se mobilise pour les territoires : un camion démonstrateur de domotique en Saône-et-Loire ; une gestion innovante de la voirie à Nevers ; des tiers lieux etc.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE - Etude : Les Bourguignons et le sport

Selon une étude de l'Insee, 426 000 licences sportives ont été délivrées en 2022 en Bourgogne-Franche-Comté. C’est la 5e région de France métropolitaine comptant le moins de licences pour 1 000 habitants. Et sur le podium des sports pratiqués, on retrouve... 

BOURGOGNE – Élevage : L214 veut faire fermer un abattoir Bigard en Côte-d’or

L’association de défense des animaux a dévoilé cette semaine une enquête menée à l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes en Côte d’or. Elle dénonce, images à l’appui, l’égorgement à vif, une violence délibérée et de graves infractions.

LE SAVIEZ-VOUS ? - Tabac : 40 % des cigarettes consommées ne viennent pas de chez le buralistes

La faute aux contrefaçons, à la contrebande, au duty-free, au commerce transfrontalier... Et Bourgogne-Franche-Comté ne fait pas exception.

EMPLOI : La Bourgogne a besoin de cadres

Un peu plus de 6 200 recrutements de cadres prévus en Bourgogne-Franche-Comté en 2024 selon l'APEC.

ENSEIGNEMENT - Mouvement social : Les enseignants bourguignons un peu moins grévistes que la moyenne

Le rectorat de Dijon a communiqué les taux de grévistes dans le cadre du mouvement social de ce jour dans l’académie.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTE : La Région a du souffle !

La pratique sportive se révèle être un formidable vecteur d’échanges et d’émotions collectives, un lieu privilégié pour mettre en place et promouvoir les idéaux d’égalité et de fraternité. Logique que la Région investit et s’investisse pour que les quelque 500 000 licenciés inscrits dans les 7 500 clubs - dont les 9 « professionnels » - améliorent encore leurs performances !

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Tous les chiffres de l'"égalité" femmes-hommes

L'INSEE dresse un panorama des conditions sociales et des situations professionnelles respectives des femmes et des hommes.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : La région la plus rurale de France !

C'est l'association des maires ruraux qui nous le dit. 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Un nouveau fonds pour soutenir les start-ups du territoire

Le mercredi 6 mars, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, Patrick Blasselle et Guillaume Blanchet, directeurs associés d’UI Investissement, ont annoncé le lancement du nouveau fonds inter-régional en soutien aux start-ups du territoire : Cap Création 6.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : La Confédération paysanne appelle à « poursuivre la mobilisation »

« La question fondamentale du revenu n’étant toujours pas prise à bras le corps par le gouvernement, la Confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation » indique le syndicat agricole dans un communiqué

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Le chômage à la hausse au dernier trimestre 2023

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté en Bourgogne, y compris en Saône-et-Loire.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : La présidente de la Région au soutien des agriculteurs

En ce jour de forte mobilisation des agriculteurs, Marie-Guite Dufay dit entendre « le sentiment de totale injustice que ressentent les agriculteurs ».

BOURGOGNE - Education Nationale : Les syndicats appellent à la grève le 1er février

Salaires, postes, conditions de travail, réformes... les syndicats FSU 71, FNEC FP-FO 71, CGT Educ’Action 71 et le SE-UNSA71 estiment l'éducation en danger et appellent à la grève unitaire le jeudi 1er février. 

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Le covoiturage quotidien bondit de 92 % en 2023 avec BlaBlaCar daily

Portée par la dynamique impulsée par la Prime Covoiturage et les partenariats établis avec les collectivités locales, l'année 2023 a été favorable aux mobilités durables, entraînant une augmentation notable des trajets domicile-travail covoiturés.

AUTONOMIE : La Bourgogne-Franche-Comté se mobilise contre les chutes des personnes âgées

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) et la Carsat Bourgogne-Franche-Comté sont engagés depuis 2022 dans le plan anti-chute des personnes âgées. Premier bilan ce mardi 16 janvier.

BOURGOGNE - Population : Le recensement démarre aujourd'hui !

Le recensement de la population démarre ce jeudi 18 janvier 2024 en France métropolitaine. Il se déroulera jusqu’au samedi 17 février dans les communes de moins de 10 000 habitants concernées et jusqu’au samedi 24 février dans les communes de 10 000 habitants ou plus (sur un échantillon de logements). 125 communes sont concernées en Saône-et-Loire.

BOURGOGNE - Vins : Laurent Delaunay, nouveau président du BIVB

Lors de l’assemblée générale de l’interprofession des vins de Bourgogne, Laurent Delaunay (Maison Edouard Delaunay) a succédé à François Labet en devenant président du BIVB.

ACADÉMIE DE DIJON : Les chefs et cheffes d'établissements scolaires du SNPDEN outrés par les propos de leur toute nouvelle ministre

Qu'un ou une ministre de l'Éducation nationale choque les personnels de direction est plutôt rare... Ils demandent, en urgence, une audience au recteur. La lettre du SNPEDN-UNSA (Syndicat National des Personnels de Direction de l'Éducation Nationale) envoyée à la ministre. 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE - Démographie : La population régionale est en légère baisse

2 800 194 c'est le nombre exact d'habitants au 1er janvier 2021 (-0,1 % par rapport à 2015) selon l'Insee. Si Mâcon a vu sa population progresser (+ 1200 habitants), la Saône-et-Loire a perdu plus de 6 000 habitants. Retrouvez tous les chiffres de la grande étude de l'Insee.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : L’emploi salarié toujours en baisse dans la filière automobile au premier semestre 2023

Fin juin 2023, les 363 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté emploient près de 38 000 salariés. Cet effectif baisse de 3,2 % en un an, après -5,3 % l'année précédente. Les détails avec l'INSEE BFC.