jeudi 23 mai 2024

 

Communiqué

A chaque nouvelle « saillie » du gouvernement, ma question est la même : comment osent-ils ? Et à chaque fois la même réponse m’est apportée. Ils sont dans leur rôle et leur logique : le mépris de classe, le sentiment de supériorité face à une masse qu’il faudrait dégrossir, au propre comme au figuré.

Récemment à Mâcon, en Conseil municipal, alors que nous comparions les 27 000 € attribués à l’organisation d’un concours de pétanque sur un week-end aux 22 000 € de budget complet annuel en matière d’aide d’urgence au CCAS, notre maire nous répondait que les manifestations sportives rapportent de l’argent.
Encore a-t-il eu la décence de ne pas préciser, à l’instar de sa nouvelle idole, que les pauvres nous coutent un « pognon de dingue ».

Mais c’est bien de cela qu’il s’agit.
Au sommet de l’Etat, comme ici dans notre petite ville préfecture, il faut faire la chasse aux pauvres. A Mâcon ou sur l’agglomération, il convient de diminuer les aides sociales, de refuser d’indexer les aides aux loisirs sur les revenus réels des familles, de refuser de clarifier les conditions d’attributions de subventions, de refuser de créer des places en crèches publiques, et on va jusqu’à refuser de pratiquer comme le veut la loi, une analyse des besoins sociaux.
Et ici comme au national, il y a un « en même temps ».

Car en même temps, on distribue aux « partenaires » économiques locaux : 300 000 € de subvention directe au seul club de rugby chaque année et ce sans les aides exceptionnelles (on se souvient encore du chapiteau à 80 000 € en pleine crise covid), ou encore 850 000 € à l’association Inobiz en 3 ans avec une mise à disposition gratuite de locaux hauts de gamme rénovés au frais du contribuable, des commandes à tout va à des cabinets d’études sur à peu près tous les sujets pour un résultat plus que décevant en termes de réalisations. La liste pourrait être longue. Il suffit de se pencher sur les budgets qui seront votés cette semaine à la Ville comme à l’Agglo…

Mais ce matin, à l’instar du national qui touche le fond avec le président de la République qui accorde une entrevue à Pif Gadget ou une secrétaire d’Etat dans Play boy, nous avons un article majeur dans le Journal de Saône-et-Loire sur les grandes orientations départementales : « Un nouveau règlement plus sévère pour les bénéficiaires du RSA. »

« C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches » écrivait Victor Hugo. Et nos petits gouvernants locaux se font les zélés serviteurs de cette maxime.

Car il s’agit bien, encore et toujours, d’écraser les plus précaires, ceux qui peu à peu se résignent à leur condition et, dans un processus on ne peut plus pervers, de leur renvoyer cette résignation comme une nouvelle faute sociale.

« Ce qui n’est pas entendable, c’est que des gens s’installent dans le RSA comme revenu », nous déclare Mme Christine Robin avec l’immense assertivité que nous lui connaissons tous. Péremptoire, le ton tranchant, elle explique que les bénéficiaires du revenu minimum se complaisent dans cette situation et s’y « installent », le terme n’est pas neutre, dans une sorte de choix délibéré et irresponsable.
Mais le ton péremptoire ne saurait cacher la triste réalité : après le durcissement des règles pour les chômeurs, conduisant inévitablement à des radiations de Pôle Emploi, voici le durcissement des règles d’attribution et de maintien du RSA.

Et bien nous y voilà, car comme l’exprime très bien l’autrice Alice Zeniter : « certaines personnes non-pauvres estiment que c’est pour elles un devoir de contrôler le pauvre pour la simple et bonne raison que, elles, ne sont pas pauvres et qu’elles arrivent à croire que si elles ne sont pas pauvres, c’est qu’elles savent gérer, investir ou faire fructifier, tous ces termes de non-pauvres que le pauvre ne connaît pas, que le non-pauvre pense que le pauvre ignore par bêtise ou par paresse. (…) le non-pauvre est donc d’accord pour aider le pauvre mais à condition qu’il puisse aussi éduquer le pauvre, à condition que le pauvre soit un bon pauvre ».

Et qu’est-ce qu’un bon pauvre pour la majorité départementale ? Et bien là aussi Mme Robin a une réponse et nous en livre une belle définition : un pauvre employable, un pauvre qui sait saisir la main tendue, un pauvre qui joue le jeu, un pauvre en mouvement…

Cela revient à considérer également que le pauvre est responsable de ce qui lui arrive et que ses freins à l’emploi relèveraient de sa responsabilité pleine et entière alors que nos territoires ne sont pas en mesure de proposer les solutions qui leur incombent : une offre suffisante en santé et en logement, une offre de transports adaptée aux besoins en déplacements, une offre de garde d’enfants adaptée aux horaires et aux contraintes financières des familles, etc.

Pour en revenir à Mme Robin, il semblerait que nous serons difficilement d’accord et que nous ne vivons décidément pas la même réalité.
Car la sienne est claire : elle est faite de certitudes du haut de son passé de cheffe d’entreprise, comme du haut de ses innombrables mandats passés et présents et, pour ne reprendre que les présents : du haut de ses indemnités de maire, du haut de ses indemnités de vice-présidente de l’agglomération MBA, du haut de ses indemnités de vice-présidente du Conseil départemental de Saône-et-Loire, du haut de ses indemnités de présidente du Pôle d’Equilibre Territorial et Rural.

Autant de postes financés par le contribuable qui mériteraient grandement, pour chacun d’eux, une personne à temps plein. Une personne qui pourrait réellement s’emparer des sujets liés à sa fonction et aux besoins de ses administrés. Il y a une solution simple pour en finir avec la pauvreté, c’est le partage. Le partage du travail bien sûr, mais aussi et surtout le partage des richesses. A Mâcon, comme ailleurs.
Et puisque nous parlons de « nos pauvres », je me contenterai de rappeler ici à nos élus que "charité bien ordonnée commence par soi-même".

Catherine Amaro
Co-cheffe de file France Insoumise du Mâconnais
Conseillère municipale et communautaire à Mâcon

 

EDITO : L'Union Européenne, l'opium des élites au pouvoir et des multinationales

Alors que les élections européennes se profilent à l'horizon, de plus en plus de voix s'élèvent contre la confiscation de la souveraineté nationale par le pouvoir politique. Confiscation qui date, rappelons-le, de 1992, année du traité de Maastricht approuvé par une très courte majorité de Français. Du bout des lèvres en effet, et à l'issue d'un débat qui est entré dans l'histoire pour les…

EUROPÉENNES : Jérémy Decerle en position éligible sur la liste conduite par Valérie Hayer

À lire aussi, le communiqué de soutien des députés Dirx, Marguerite et Rebeyrotte à la liste Besoin d'Europe. Les trois députés de Saône-et-Loire de la majorité présidentielle saluent la présence en bonne place de Jérémy Decerle. 

EUROPÉENNES - Sébastien Chenu (RN) à Mâcon : «Le 9 juin, dresser un cordon sanitaire autour de ceux qui ont ruiné le pays»

Le 9 juin se dérouleront les élections européennes, qui auront évidemment une dimension nationale. Sébastien Chenu, député du Nord, vice-président de l'Assemblée nationale et du RN, n'est pas candidat. Pour autant, en bon militant, il fait campagne pour Jordan Bardella. Il était à la cité des vins hier soir aux côtés d'Aurélien Dutremble, délégué du RN 71, et Valérie Deloge, conseillère régionale…

POLITIQUE : Remous au Conseil régional...

Les élu.e.s RN ont brandi des pancartes en conseil, provoquant une interruption de séance... La présidente annonce dans un communiqué vouloir porter plainte suite à un mot prononcé par un élus RN, «empruntant au vocabulaire Nazi » dénonce-t'elle... ACTUALISÉ : Le droit de réponse de l'élu ayant prononcé le mot «untermenschen», «sous-hommes en Français».

EXPRESSION SYNDICALE : « Le 8 mars, et après ? »

Les revendications de la CGT Mâcon pour véritable égalité femme-homme

ATTEINTE À LA LAÏCITÉ : Le Collectif Laïque National apporte son soutiens aux chefs d'établissements scolaires

L’association "Agir pour la Laïcité et les Valeurs Républicaines", association départementale de promotion de la Laïcité, est membre actif du Collectif Laïque National. Elle tenait hier à Mâcon son assemblée générale. L'occasion de faire passer le message suivant...

POLITIQUE : Un moratoire pour les zones de revitalisation rurale

L’initiative est saluée par les parlementaires de Saône-et-Loire

EXPRESSION POLITIQUE : Des élus locaux n'acceptent pas d'avoir été comparés à Poutine par le maire de Tournus

Ils s'insurgent contre la réaction du maire de Tournus à l'encontre d'un collectif qui a entamé une procédure contre le projet Eclat, parc historique porté par le Département sur la commune.

MÂCON – Conseil municipal : Règlements de comptes sur le budget

Après une longue intervention d'Eve Comtet-Sorabella pour le groupe d'opposition Mâcon Citoyens suite à la présentation du rapport d'orientation budgétaire, le maire Jean-Patrick a répondu par une leçon de gestion, taclant au passage la collectivité régionale...

MÂCON : Les Halles St-Pierre vendues à une société spécialisée qui réalisera les «Halles alimentaires marchandes et gourmandes»

Objet d’une délibération soumise au vote ce lundi soir en conseil municipal, la vente des Halles St-Pierre (situées derrière l’église du même nom) à la société OMC - Promotion a provoqué l’indignation du groupe d'opposition Mâcon Citoyens. Le maire a justifié une vente qui permet « une opération blanche ».

POLITIQUE : Bilan et perspectives pour Mâcon Citoyens à l'heure de la nouvelle année

Le groupe d'opposition au conseil municipal a mis en avant son point de vue sur la politique conduite par la majorité municipale : « La politique de prestige de la Ville à l'épreuve du concret, le quotidien des Mâconnais. »