samedi 15 juin 2024

Initiée par la ville de Charnay, la galerie éphémère « Les arts du Vieux Temple » est dédiée aux arts plastiques et aux arts visuels. Elle a pour vocation de réunir le temps d’un week-end des artistes locaux ou régionaux afin de faire connaître leur travail et leur engagement artistique.

Du 24 au 26 mai, six artistes plasticiennes : Camille Barberi, Sabine Feliciano, Olivia Ferrand, Justine and Cow, Cindy Larrat et Julie Sarloutte, jouent avec les techniques traditionnelles que sont la broderie, le crochet, le feutre pour ouvrir des sentiers poétiques et oniriques. Leur travail brouille les frontières entre art et artisanat, entre le travail de la main et le jeu de la pensée.

Le vernissage de l'exposition s'est tenu vendredi soir à la salle du Vieux Temple en présence de l'adjoint au Maire en charge de la culture Jean-Claude Basset.

 

Cindy Larrat, le feutre invite au rêve

 

Cindy cherche à concevoir des objets qui invitent au rêve et stimulent l’imagination. La nature et la vie sont ses principales sources d’inspiration.

Elle travaille la laine feutrée à partir du poil de mouton. « Je fabrique la matière à partir de la fibre que je mélange avec de l'eau et du savon et l'action du frottement fait que ça feutre », explique l'artiste. « Je pars de l'étape avant le filage, avant que ce soit en pelote c'est la laine mèche qui est en fibre. Je la dispose sur des formes préparées avant, en frottant avec l'eau et le savon, j'obtiens une autre matière. C'est vraiment le processus autant que la pièce finale qui est intéressant parce que l'on a une transformation de la matière. Ce côté magique est fascinant.

Les créations de Cindy invitent à l'imagination, au rêve et à la poésie tactile.

 

Julie Sarloutte, peintre à l'aiguille

 

Julie a fréquenté les Beaux-Arts de Paris. Elle est spécialisée dans les portraits de personnages de pop culture en broderie. Elle essaie dans son travail de faire coïncider la culture populaire et l’Art, souvent considéré comme élitiste. « J'ai eu le déclic de passer de la peinture à la broderie et je détourne le médium. Je créé des portraits colorés et joyeux », confie-t-elle.

Julie s’attache à ce que la broderie soit valorisée dans ses oeuvres, un acte engagé pour que l’art textile soit reconnu en France. »

 

Camille Barberi, la passion du textile

 

Sa passion pour le textile lui vient de son enfance. Sa grand-mère était costumière.

Camille emprunte des végétaux qu'elle incorpore sur ses tissus. Elle pratique une technique singulière : l'écoprint, une sorte de photographie textile de végétaux où elle utilise des sels métalliques, du tissu, de la vapeur et des plantes.

Elle a imaginé une autre technique la broderie plastique, elle s'est inspiré de la broderie d'or et a utilisé du scoubidou pour réaliser des broderies en volume. L'idée est de reprendre des formes d'insectes en voie de disparition, les recréer en plus grand et en plastique pour leur donner une certaine éternité.

Camille invente aussi la broderie botanique où elle brode autour des plantes pour leur apporter une part d'éternité.

« Apprendre des techniques anciennes, les conjuguer avec de nouvelles matières, en créer aussi, est pour elle une façon de rendre hommage à ces savoir-faire en voie de disparition.

Son travail tient à la fois du graphisme et de la sculpture. Ses créations s’inspirent de la Nature.

 

Le fil de la vie avec Sabine Feliciano

 

Artiste textile plasticienne, formée en école d'art, Sabine est intéressée par le temps, la décrépitude, la transformation- renaissance en borderie. Elle oriente également son travail sur le corps de la femme. Elle s'inspire du quotidien et des matériaux du quotidien.

Malaxant les fibres, l'artiste caresse le fil de la vie. Les matériaux se transforment de nouveau. Tissu, crochet et broderies se mélangent pour devenir langages.

« La broderie apporte la finesse au travail. C'est très long mais c'est méditatif. Il y a toujours une pointe d'humour. J'aime beaucoup ajouter des éléments qui interrogent un peu. »

Ses thèmes de prédilection : tout ce qui interroge, dérange, pose questionnement sur le quotidien.

 

Olivia Ferrand, l'art du crochet

 

Autodidacte, elle a découvert le textile grâce au crochet. « Avec le crochet, on peut faire et défaire une maille à la fois et c'est indolore », explique Olivia. Petit à petit, elle a découvert des matières qui ont toujours des choses à lui raconter. « Il faut que j'écoute ce que les matières ont à me raconter. J'ai baigné dans le textile toute petite et ça m'a rattrapée alors que j'ai fait des grandes études. Je me suis rendue compte que si je n'utilisais pas mes doigts, j'étais très malheureuse. »

Olivia explore les propriétés plastiques de la maille. Au crochet s'est ajouté le tricot mais le crochet est au cœur de sa création. La broderie est venue ensuite, puis le feutrage de la laine qui lui permet de créer des volumes.

« Mon message serait plutôt dans ma démarche qui est de ralentir le temps et de garder une capacité d'émerveillement. Mon atelier est une espèce de bulle où je ralentis le temps au maximum. »

 

Justine & Cow, bâtir de nouveaux possibles

 

Tailleur de cristaux sur baccara de métier, l'artiste travaille des matériaux issus du recyclage. « Je remets en route des ouvrages dit de dames », voilà comment Justine définit son travail. Elle met à l'honneur l'ouvrage de dames. « Ces dames virtueuses, bien trop sages qui restaient silencieuses à travailler dans leur cuisine ». Sa démarche est d'aller retrouver de vieux ouvrages jetés parfois cassés. Elle débrode, redessine, garde le début de l'histoire de la dame, rebrode par dessus et ainsi raconte une nouvelle histoire. « L'histoire est celle de refuser de porter la culotte. Je rends hommage à toutes ces femmes qui m'ont précédée. Mon métier c'est jouer. Jouer c'est vivre ! Il y a de l'humour mais pas que, il y a aussi des messages cachés derrières. »

 

Tout au long du week-end, le public aura lui aussi la possibilité de jouer avec le textile grâce à des ateliers proposés par les artistes à la salle du Vieux Temple.

L’exposition est ouverte le samedi 25 mai de 10h à 19h et le dimanche 26 mai de 10h à 17h. Les artistes seront présentes et se relayeront afin d’accueillir les visiteurs.

L’entrée est libre et gratuite.

Maryse Amélineau

Photos © Maryse Amélineau

Julie Sarloutte

Justine and Cow

Olivia Ferrand

Cindy Larrat

Camille Barberi

Sabine Feliciano

MÂCON : 4 artistes exposent leurs peintures et sculptures salle François Martin

4 entrées en matière, 4 aventures à découvrir jusqu’au 26 mai

MÉDIÉVALES DE BERZÉ : Une découverte éblouissante que cette ville fortifiée en miniature

Elle est l’œuvre de l'Arlequins Jean-Claude Buchs (chemise bleue) et se laisse admirer au château Berzé-le-Châtel tout le week-end. 

LIVRE : Le Mâconnais David Bessenay signe Anna et le mystère de la mine oubliée

Dans un petit village des années 1920, une jeune fille intrépide mais marginalisée en raison de ses origines ritales, vit des aventures épiques avec son seul ami, Antoine.

SAINT-AMOUR-BELLEVUE : L'actrice Juliette Tresanini ambassadrice de la Cuvée Saint-Amour à son nom

Samedi au marché des Vins et Créateurs au domaine du Moulin Berger à Saint-Amour-Bellevue, Juliette Tresanini a troqué son rôle de Sandrine Lazzari qu'elle interprète dans la série « Demain nous appartient » pour jouer celui d'ambassadrice du Saint-Amour Cuvée Juliette Tresanini 2023

EXPO : De Toumaï à Sapiens, l'évolution de l'humanité au Musée de la Préhistoire de Solutré

« De Toumaï à Sapiens... La longue marche de l'humanité », exposition visible jusqu'au 16 mars 2025

EXPO : « Ce qui précède », un dialogue entre la peinture de Charlotte Guibé et les collections de l'EMAP et du Musée des Ursulines

Cette exposition témoigne des liens tissés entre les musées, les écoles d'art et les artistes

MÂCON : « Poésie au trait », des créations artistiques dévoilées pour la première fois à la Médiathèque

Une exposition singulière et participative dans le cadre du Printemps des poètes

MÂCON – Nuit des conservatoires : Un concentré d’expériences et d’émotions artistiques

Organisée par Mâconnais Beaujolais Agglomération, la Nuit des conservatoires connait un véritable succès ce vendredi soir.

MÂCON : « 8 expressions » du collectif de l’Académie d’Art, ou le bouillonnement culturel de la ville

Les membres du bureau de l’Académie d’Art de Mâcon, exposent tous ensemble à la salle François Martin, du mardi 7, au dimanche 19 novembre 2023, la palette de leur travail, chacun avec sa propre technique, sa méthode et ses idées.

MÂCON : Première édition de L'incandescent Fest'Val du 13 au 15 octobre

Expo, spectacles, lectures, film, atelier, table ronde... Sous la direction de Claudine Gérez. 

MÂCON - Expo : Nathalie Baudry ouvre ses boites à souvenirs

Les oeuvres de l'artiste seront exposées jusqu'au 24 septembre à la salle François Martin.