mardi 16 avril 2024

 

En tournée en France, les deux protagonistes de « 14 jours pour aller mieux » étaient au Pathé Mâcon ce vendredi soir pour présenter le film d'Edouard Pluvieux en avant-première devant plus de deux cents personnes.

 

Comment est venue l'idée du film ?

Maxime Gasteuil : « L'idée du film vient d'une expérience vécue en 2016, avec un des coproducteurs du film Benjamin Demay, qui est mon producteur de spectacle dans la vie et Edouard Pluvieux le réalisateur du film. C'est un film en famille parce qu'on fait tout ensemble depuis une dizaine d'années. À un moment de ma carrière, moi je viens d'un milieu d'artisan où on remplit des objectifs, où on a une vie, entre guillemets, normale, cette vie de saltimbanque me fait peur et me fait douter parce que on a beau créer on ne rencontre peut-être pas le public et le succès. Comme je suis assez cartésien, je me dis si ça ne prend pas là, on va arrêter et revenir à la vie d'avant. Ben me propose de faire ce stage pour me rassurer et m'ouvrir des portes. Je suis grande gueule, réfractaire et plein de préjugés pour moi il n'y a rien que des tarés. Je suis donc arrivé en me disant que j'avais aucune envie d'y aller. Je me faisais tout un monde de ce genre de stage et en fait ce sont que des gens de la société civile. Il y a vraiment de tout, des gens passés par les médicaments, les psy. Ce sont des gens qui essayent de s'en sortir et qui ne vont vraiment pas bien. La sensibilité qu'on a tous les trois nous a demandé d'en faire une comédie bien sûr mais de rire avec eux et surtout pas de rire d'eux ou de rire contre eux. On ne fait pas du tout l'apologie de ces stages. C'est plutôt une histoire d'amour, de bonheur, de paternité, de milieu social, de mensonge lié à ce stage et autour de ça. »

 

Romain Lancry : « Si on doit se moquer de quelqu'un dans le film c'est précisément de Maxime. C'est lui le débile dans l'histoire. »

 

Comment s'est construit votre personnage ?

M G : « Au moment du 1er stage j'ai dit à Ben on est dans p...de film où sont les caméras ? Je suis issu d'un milieu province, au fin fond de la France on n'a pas ces outils là. Nous, quand on ne va pas bien on continue à travailler. Dons, moi je ne comprends pas avec qui je suis et pourquoi, ils utilisent ce genre d'outils. Parce que allez expliquer à mon peur que pour aller mieux, il faut faire un calin à un sapin, ça va vraiment le déranger, je crois. Je suis le fils de mon père, j''arrive avec mes préjugés qui se cassent directement. Je suis touché de voir ces gens qui vont mieux de jour en jour, qui lâchent des personnalités qu'ils s'étaient inventées. Au fil des jours, on se rend compte que le guide du stage n'est ni un druide, ni un gourou, mais juste quelqu'un qui réunit des gens, qui les met au même niveau, sans jugement, sans ego. Il faut imaginer des ballons remplis de problèmes qu'il vient percer. Tout se vide et on rigole énormément. 

Je suis rentré réfractaire et je suis sorti de là beaucoup plus curieux avec plus d'empathie aussi. »

 

R L : « Tous les acteurs qui jouent les stagiaires dans le film, sont tirés de personnages que Maxime a réellement rencontré dans le stage. Tout est vrai. Pour des raisons scénaristiques, certains personnages réels ont été mixés par exemple Esteban qui joue à la fois un gars qui se pend pour Jesus et qui ne finit pas ses phrases, Maxime a rencontré les deux personnes. On vivait un peu en autarcie pendant 2 mois. On a crée des affinités. »

 

M G : «  C'est un film choral d'une grande sincérité. La simplicité pour nous d'être heureux c'est d'être en famille, de partager, de parler surtout. »

 

Quelle scène vous a le plus marqué et pourquoi ?

M G : « C'est la scène du cercle à la fin quand je reviens tout penaud en leur disant ça ne vous gêne pas si je peux m'installer avec vous parce que je n'ai plus que vous en fait. Le mec a vraiment tout perdu en croyant qu'il avait tout. C'est important pour un comédien qu'en face, il y ait de l'écoute. Moi, ça m'a galvanisé pour jouer ça. On l'a refait 3 ou 4 fois et j'ai toujours été puiser au plus profond. J'ai découvert cette couleur chez moi et je m'en suis délecté. J'ai passé un très bon moment à jouer la tristesse et ce personnage un peu désorienté qui n'a plus rien. On était à la fin du tournage donc tous un peu fatigués et il est sorti de là de belles émotions sincères et très généreuses. »

 

R L : « J'ai été touché par cette même scène du cercle final parce que je connaissais Maxime comédien mais je ne l'avais jamais vu encore dans un moment d'émotion pure et j'ai été agréablement surpris de voir ce vrai moment qui fonctionne et ça été un très beau moment pour moi. »

 

Quels sont vos projets ?

M G : « On tourne un deuxième film en juin, juillet qui s'appelle Ragnar le breton avec la même bande en réel et production, à l'affiche c'est moi et Mathias Quiviger. Ensuite, j'ai encore une tournée avec Retour aux sources et on termine ce spectacle en mars 2025 au Grand Rex à Paris. Après, on prépare avec Dadju un album de blues. »

 

R L : « Je suis en train de préparer mon film. Je l'ai co-écrit avec mon binôme de toujours Vladimir Rodionov. On le tourne en mai, juin. C'est une comédie autour de l'univers des anges gardiens. Les deux anges sont interprétés par Élodie Fontan et moi même. »

 

14 jours pour aller mieux, un film touchant qui invite à réfléchir sur la vie, l'amitié et la quête du bonheur.

Sortie en salles le 6 mars.

Maryse Amélineau

Photos © Maryse Amélineau

Maxime Gasteuil

Romain Lancry

CINEMA : A l'affiche au Pathé Mâcon à partir de mercredi

Voici le programme du 17 avril au 23 avril.

THÉÂTRE DE MÂCON - Changeons de saison : Une soirée d'équilibriste en bord de Saône

Dans le cadre de son événement "Changeons de saison" le théâtre avait invité la compagnie le grand jeté pour présenter sa valse de Newton au centre Paul Bert.

MÂCON - Changeons de saison#4 : Le théâtre s’ouvre sur la ville

La manifestation Changeons de saison a démarré fort au théâtre et hors les murs ce samedi. Bonne nouvelle, ça continue demain ! 

SORTIR EN MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-CLUNYSOIS : Des idées pour le week-end

Le théâtre - scène nationale est dans tous ses états pour son désormais traditionnel changement de saison, mais les autres lieux culturels ne sont pas en reste ! La programmation est ample et éclectique. Et pour ceux qui veulent chiner, la saison des brocantes et autres vide-greniers bat son plein. 

MÂCON - Lycéens en coeur pour les Restos : Le grand soir, c'est ce soir !

Les lycéens en cœur reviennent sur scène avec un nouveau spectacle caritatif sur le thème de la Famille ! Les élèves de l’école Arc-en-ciel partageront avec fierté leurs créations. Venez, venez, laissez-vous enchanter par leur magie bienfaisante ! Sans oublier la participation des Zinzin Circus ! LE PROGRAMME ICI-MÊME

SPOT MÂCON : Un copieux programme au second trimestre

Des chanteurs de légende, des salons gourmands et familiaux, du sport, une bonne cause...

SORTIR EN MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-CLUNYSOIS : Des idées pour le week-end

Le printemps est de retour et ça se sent. Les randonnées et autres activités de plein air recommencent et viennent s’ajouter à la programmation culturelle toujours aussi foisonnante et éclectique.

MÂCON - PATHE CINEMA : Deux rencontres à venir les 22 mars et 1er avril

Avec les réalisateurs Valeria Selinger et Yannis Youlountas.

MÂCON : L’Héritan fête le court-métrage cette semaine

La MJC invite petits et grands à venir explorer la magie du court et participer à la sélection de courts métrages.

CINÉMA : Louise Violet au Pathé Mâcon, au profit de l'association "espoir en tête", c'est ce soir !

« Vous avez tous un super pouvoir : votre générosité. Avec les rotariens, faites avancer la recherche fondamentale sur le cerveau »

MÂCON : Rendez-vous à la MJC de l'Héritan pour le festival Ô FÉMININ !

C’est l’occasion de mettre en valeur la diversité et la richesse des talents féminins, interpeller sur les problématiques de la condition féminine et combattre les idées reçues masculin/féminin ! Le progamme ici-même

SORTIR EN MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-CLUNYSOIS : Des idées pour le week-end

La saison des salons a repris (maison & jardin à Mâcon, vins de France à Charnay), les brocantes reprennent, c'est le temps de mettre le nez à la fenêtre. 

MÂCON - Accords croisés : "Un bel exemple de la diversité et de la qualité culturelle de notre ville »

Julien Sauvageot, directeur adjoint de la médiathèque, a présenté la démarche de cette deuxième édition d’Accords Croisés du 20 au 24 Mars. Concerts, documentaire, ateliers, le programme est riche.

CINEMA : A l'affiche au Pathé Mâcon à partir de mercredi

Cette semaine, le cinéma fête son 11ème anniversaire ! 

SORTIR EN MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-CLUNYSOIS : Le plein d'idées pour le week-end

Théâtre, fête de l'écologie, tournoi international de tennis féminin, championnat de France d'aviron, exposition, concert etc. l'embarras du choix...

MÂCON : Open mic & Battle de danse hip hop ce soir au Crescent !

C’est devenu une règle au Crescent : jazz et hip hop font bon ménage... il paraîtrait même que certains musiciens de jazz auraient largement influencé les pionniers du hip hop au début des années 80. Et ici, on aime les mélanges et on aime le hip hop !

SORTIR EN MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-CLUNYSOIS : Des idées pour le week-end

Jazz, petite balle jaune ou atelier cuisine, encore un week end riche en diversité dans le Mâconnais.

MÂCON - Cinéma : L'embobiné dévoile son programme des deux prochains mois

Court-métrages, long-métrages, ciné-concerts, documentaires, films d'animation... tous les rendez-vous en mars et avril programmés par l'association mâconnaise des cinéphiles.

SORTIR EN MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-CLUNISOIS : Le plein d'idées pour le week-end !

Spectacles, poésie et slam avec Diofel, soirée pleine lune, ateliers, journées des écritures, battle de hip hop etc. Encore une fois, il y en a pour tous les goûts.