samedi 15 juin 2024

 

Nous avions publié au soir du 22 avril le communiqué de l'association Local Libertaire de Mâcon qui relatait et dénonçait une violente agression physique devant le local sis avenue Jean Jaurès dans la nuit du 13 au 14 avril par « un groupuscule d'extrême droite ». La victime avait refusé de porter plainte pour des raisons toutes personnelles, « n'affectionnant pas particulièrement les forces de l'ordre » a confié récemment une personne de son entourage. La plainte n'a finalement pas été nécessaire aux policiers pour identifier les auteurs de l'agression. la vidéo-protection a parlé pour elle : deux hommes de 30 et 31 ans sont bien visibles sur la vidéo, en train de se battre et de frapper la victime au sol.

Les deux hommes ont été interpellés par la police à leur domicile et ont été jugés cet après-midi par le tribunal correctionnel de Mâcon dans le cadre d'une comparution immédiate.

 

Le fin mot de l'histoire, un "différend" idéologique qui tourne mal

Les deux prévenus étaient passés devant le local vers minuit pour remettre leur collecte d'autocollants décollés par leur soin, autocollants considérés comme insultants provocateurs, visant les groupes revendicatifs et violents. À cette heure, les choses n'iront pas plus loin.

Deux heures après, les deux hommes rentrent chez après avoir été boire un verre. Ils repassent devant le local et, voyant la lumière, s'arrêtent pour regarder à la fenêtre. Un jeune homme sort et leur adresse des propos véhéments. Très vite, l'altercation dégénère et l'un des deux le frappe de coups de poings et l'envoie au sol, puis continue de le frapper à coups de pied. La scène a été filmée intégralement par la vidéo-protection de la rue. Les images sont très choquantes, la brutalité s'exprime sans retenue. Les deux copains sont avec deux autres personnes. L'espace de quelques secondes, ils s'acharnent à quatre sur le jeune homme au sol. Un autre homme, plus âgé, sort du local pour lui venir en aide. Échange de coups à nouveau. Un femme sort également avec un marteau dont elle ne fera pas usage. C'est dire le niveau de tension. Le jeune à terre s'est relevé et est parti chercher un barreau de chaises pour menacer ses agresseurs et le faire fuir, ce qu'il font, l'un d'eux avec un salut nazi. « Je ne suis pas d'extrême droite, je ne suis pas fascho, je n'ai rien à voir avec tout ça. Mais c'est vrai que c'est énervant de toujours entendre ce genre d'insultes » répond-il à la juge qui les interroge sur leurs convictions politiques. L'autre dira simplement, qu'il est patriote, qu'il aime son pays, sans parvenir à expliquer son geste (il a rejoint son copain pour frapper la victime au sol...).

 

Dans le box des accusés, les deux hommes expriment des regrets. Ils semblent sincères. Ils disent ne pas se reconnaitre dans ce qu'ils ont fait. « Je ne me suis pas rendu compte de ce que je faisais, je ne pensais pas avoir été aussi violent » dira le déclencheur de cette violence débridée après le visionnage accablant de la vidéo. Pourtant, il a pris le temps de se filmer avec son portable en train de tabasser le jeune homme. Il a envoyé la vidéo à quelques amis, vidéo qui s'est retrouvée, malencontreusement ou pas, sur le fil Télégram du groupe Ouest Casual, fil Télégram au contenu particulièrement explicite : « 14/04/2024 Mâcon - Suite à la publication d'une vidéo provocante sur les réseaux sociaux, 4 Mâconnais décident de rendre visite aux antifas devant leur local, à mains nues » peut-on lire sous la vidéo qui montre la victime au sol assaillie. Le message continue sur ces mots : « Une dizaine d'afas sont présents bien outillés. Pas de bol, ils finiront avec 3 mecs à terre. » La conclusion est troublante : « Mâcon, c'est l'Allemagne ! » En dessous, deux photos côte à côte pour faire un avant/après. L'avant : un autocollant Groupe antifasciste Mâcon et environs, avec le slogan juste en dessous "Pas de quartier pour les fachos" ; l'après : une capture de la vidéo montrant la victime au sol se protégeant la tête.

Maître Charret, avocate des prévenus, apporte une précision utile à la perception de l'extrême tension qui règne entre ces groupes aux idéologies politiques diamétralement opposées : « le 23 juillet dernier, à l'issue d'une manifestation, la victime d'aujourd'hui les poursuit et leurs lance des bouteilles en verre, au risque de les blesser. »

En somme, ce 14 avril, il s'agit d'un règlement de compte.

 

Mais un peu plus loin sur Télégram, autre post, autre lieu, autre mobilisation du groupe Ouest Casual, rien à voir avec les actes commis le 14 à Mâcon, mais révélateur d'un état d'esprit : « 29/04/2024 Milan - Nous étions plus de 1 500 hier pour rendre hommage à Sergio Ramelli, jeune militant fasciste de 18 ans assassiné par la racaille communiste en 1975. » C'est sans ambiguïté...

Ces posts ne sont pas présentés lors de l'audience, mais nous les évoquons car, en effet, ils montrent l'état d'esprit du groupe qui a relayé la rixe du 14 avril.

 

Dans ses réquisitions, la procureure parlera de la haine qui s'est exprimée cette nuit-là et l'inquiétude qu'elle inspire. Ajoutons que ces actes ont été commis sans état d'ivresse.

Pour aggraver son cas, le déclencheur de la bagarre est là aussi pour répondre des chefs de port prohibé d'arme de catégorie B et de port sans motif légitime d'arme blanche le 24 décembre à Mâcon. Il est interpellé par la police alors qu'il est au volant de sa voiture, alcoolisé cette fois-là...

 

Verdict - Le déclencheur de la rixe écope de deux ans de prison ferme avec mandat de dépôt. Même si c'est la première fois qu'il commet de tels actes, une arme chargée a été retrouvée dans sa voiture, ainsi qu'un poing américain trois mois et demi avant. « C'était simplement pour l'emmener chez mes parents car ma femme ne souhaite pas que je garde ces armes à la maison. » Un peu léger pour le tribunal, surtout un 24 décembre...

Son acolyte, bien qu'en récidive légale (condamné en 2018 à trois mois avec sursis pour violence conjugale), prend 12 mois avec bracelet électronique. Sa participation à ce règlement de compte n'est pas de première intention. Par ailleurs, sa situation familiale et professionnelle stables ont largement plaidé en sa faveur. Il a deux enfants, il est technicien de maintenance en CDI à l'hôpital. Sa compagne est présente à l'audience, elle travaille également.

Ils ont également interdiction d'entrer en contact avec la victime, de quelque manière que ce soit.

 

Rodolphe Bretin

 

À lire aussi : MÂCON : Passage à tabac devant le Local Libertaire dans la nuit du 13 au 14 avril

 

MÂCON : 3 blessés dont 1 gravement hier soir au cours d'une rixe à l'entrée de la fête foraine

Actualisé mardi à 11h20 : Les deux personnes en garde à vue ont été mises en examen puis placées sous contrôle judiciaire. Les investigations se poursuivent pour apporter toute la lumière sur cette affaire.

MÂCON : Il frappe son copain de deux coups de couteau et prend la fuite par le balcon

L'auteur des coups de couteaux, retrouvé deux mois après, a été jugé mardi au cours d'une comparution immédiate. Une amitié qui n'aura pas fait long feu...

MÂCON – Passage à tabac devant le Local libertaire : deux hommes interpellés et jugés ce vendredi

Nous avions publié au soir du 22 avril le communiqué de l'association Local Libertaire de Mâcon qui relatait et dénonçait une violente agression physique devant le local sis avenue Jean Jaurès dans la nuit du 13 au 14 avril par « un groupuscule d'extrême droite ». La victime avait refusé de porter plainte pour des raisons toutes personnelles, « n'affectionnant pas particulièrement les forces de…

MÂCON : Passage à tabac devant le Local Libertaire dans la nuit du 13 au 14 avril

macon-infos a été destinataire d'un communiqué du Local Libertaire de l'avenue Jean Jaurès faisant état d'une violente agression physique par « un groupuscule d'extrême droite » devant le local cette nuit-là. La police a ouvert une enquête mais la victime n'a pas déposé plainte. Le déroulé des faits par le Local Libertaire et les infos du Parquet.

SAÔNE-ET-LOIRE : L'A6 fermée à hauteur de Chalon suite à l'accident d'un camion citerne

ACTUALISÉ : La camion-citerne transportait un hydrocarbure. Le point de situation à 22h par la préfecture.

MÂCON : Un mort et trois personnes intoxiquées dans un incendie rue des Trappistines

L'alerte a été donnée samedi après-midi à 16h20. Une cinquantaine de pompiers a été mobilisée au 140 de la rue des Trappistines sur un feu d'appartement, adresse de la maison-relais des Trappistines, gérée par la Fondation Abbé Pierre et qui accueille des personnes en grande précarité. ACTUALISÉ : le préfet s'est rendu sur place en début de soirée.

VARENNES-LES-MÂCON : Trois hommes épinglés pour transport et détention d'une tonne de cigarettes

Ils ont été interpellés mardi par les gendarmes suite à la découverte des cigarettes dans un fourgon tombé en panne sur l'autoroute et transporté dans un garage à Varennes. Le conducteur n'était pas avec son véhicule... Les trois hommes ont été jugés en comparution immédiate cet après-midi.

SAÔNE-ET-LOIRE : Jusqu'à 7km de bouchons sur l'A6 cet après-midi, à hauteur d'Uchizy, suite à un accident

Un agent pénitentiaire a été grièvement blessé. ACTUALISÉ : Il est décédé des suites de ses blessures

CHARNAY : Un incendie de container chez Dubois isolation

RECTIFICATIF : Il était écrit que l'incendie avait touché l'entreprise Ecobat. Or, il s'agit de l'entreprise Dubois isolation. Toutes nos excuses pour les désagréments engendrés par cette erreur à l'entreprise Ecobat.

RCEA : Délit de très très grande vitesse à hauteur de Milly-Lamartine

Il ne lui manquait plus que des ailes pour s'envoler...

SAÔNE-ET-LOIRE : 26 000 usagers privés d'électricité suite à un incendie sur deux transformateurs à Gueugnon

L'incendie s'est déclaré cette fin d'après-midi. Le préfet a activé le centre opérationnel départemental en préfecture. ACTUALISÉ. Les usagers ré-alimentés rapidement. 

TRIBUNAL DE MÂCON : Il nie en bloc les violences sur sa femme, malgré le rapport du médecin légiste qui l'accable

Audience bien compliquée pour la juge vendredi après-midi, qui avait IA en comparution immédiate suite à des violences commises sur son épouse à deux périodes distinctes, les dernières ayant été signalées début octobre par l'hôpital de Mâcon.

CLUNY : 600 m² d'une maison bourgeoise partis en fumée !

Un dimanche glacial dans le département mais un dimanche de feu à Cluny.