lundi 27 mai 2024

 

N.A.-S. avait bu plus que de raison et s’en est pris à sa compagne, mère de son fils, qui lui demandait de partir. Incarcéré depuis dimanche pour l’avoir frappée et blessée samedi à 1h00 du matin, il était jugé dans le cadre d’une comparution immédiate. Et pour cause…

 

La victime était là aussi et a témoigné à la barre, le visage encore tuméfié. Elle a bénéficié de 7 jours d’interruption temporaire de travail (ITT). Dans la nuit de vendredi à samedi, il est venu chez elle, à 1h00, pour voir son fils de 3 ans... 

Il a bu. Suspectant une relation extra-conjugale après vérification de la connexion du portable de sa femme, il s’énerve et, alors qu’elle lui demande de quitter les lieux, l’envoie au sol et la frappe de coups de poing dans la figure.

Avant cela, il venait de fracasser un carreau, se blessant à la main. Du sang partout… Quand il rentre dans l’appartement, sa compagne le voit fortement alcoolisé. Le lendemain matin, en garde à vue, son taux d’alcoolémie 7h après est encore de 0,84 mg par litre d’air expiré.

 

Les cris ont attiré l’attention d’un voisin, qui appelle la police. Elle aussi contacte les forces de l’ordre. Après l’avoir frappé, il a filé.

Les policiers le retrouveront à 3h00 du matin dans un immeuble à proximité, avenue Edouard Herriot. L’interpellation est musclée, les policiers l’embarquent de force après l’avoir menotté. Conduit d’abord à l’hôpital, il refuse les soins à sa main blessée et insulte le personnel soignant. En garde à vue ensuite, il refuse d’abord de se soumettre au test alcoolémie avant d’accepter, au matin.

 

A 31 ans, son casier judiciaire est déjà impressionnant : 16 mentions et 14 condamnations, dont les premières en tant que mineur. Vol, violence, vol aggravé, recel, association de malfaiteurs, outrage, extorsion. Au début, il était fumeur de cannabis, aujourd’hui, c’est l’alcool. Dès qu’il boit, rien ne va plus. Alcool mauvais, très mauvais !   

En 2018, il prend 2 ans dont 6 mois avec sursis pour violences ayant entraînée une ITT supérieur à 8 jours.

Ce 17 juin, il était en liberté surveillée et devait recevoir des soins…

 

« La violence a commencé quand j’étais enceinte » confie la victime, qui a eu peur de mourir cette nuit de vendredi à samedi.

Même s’il reconnaît son problème avec l’alcool et demande pardon, le tribunal décide son maintien en détention et le condamne à 2 ans de prison dont 6 mois avec sursis probatoire d’une durée de 2 ans. Il a évidemment interdiction de contact par quelque moyen que ce soit avec la victime, et obligation de travailler à sa sortie. La partie civile est déclarée recevable : il devra payer 1 500 € de réparation à sa compagne - désormais ex - et 800 € au titre des frais d’avocat.

Rodolphe Bretin

 

 

 

MÂCON : Il frappe son copain de deux coups de couteau et prend la fuite par le balcon

L'auteur des coups de couteaux, retrouvé deux mois après, a été jugé mardi au cours d'une comparution immédiate. Une amitié qui n'aura pas fait long feu...

MÂCON – Passage à tabac devant le Local libertaire : deux hommes interpellés et jugés ce vendredi

Nous avions publié au soir du 22 avril le communiqué de l'association Local Libertaire de Mâcon qui relatait et dénonçait une violente agression physique devant le local sis avenue Jean Jaurès dans la nuit du 13 au 14 avril par « un groupuscule d'extrême droite ». La victime avait refusé de porter plainte pour des raisons toutes personnelles, « n'affectionnant pas particulièrement les forces de…

MÂCON : Passage à tabac devant le Local Libertaire dans la nuit du 13 au 14 avril

macon-infos a été destinataire d'un communiqué du Local Libertaire de l'avenue Jean Jaurès faisant état d'une violente agression physique par « un groupuscule d'extrême droite » devant le local cette nuit-là. La police a ouvert une enquête mais la victime n'a pas déposé plainte. Le déroulé des faits par le Local Libertaire et les infos du Parquet.

SAÔNE-ET-LOIRE : L'A6 fermée à hauteur de Chalon suite à l'accident d'un camion citerne

ACTUALISÉ : La camion-citerne transportait un hydrocarbure. Le point de situation à 22h par la préfecture.

MÂCON : Un mort et trois personnes intoxiquées dans un incendie rue des Trappistines

L'alerte a été donnée samedi après-midi à 16h20. Une cinquantaine de pompiers a été mobilisée au 140 de la rue des Trappistines sur un feu d'appartement, adresse de la maison-relais des Trappistines, gérée par la Fondation Abbé Pierre et qui accueille des personnes en grande précarité. ACTUALISÉ : le préfet s'est rendu sur place en début de soirée.

VARENNES-LES-MÂCON : Trois hommes épinglés pour transport et détention d'une tonne de cigarettes

Ils ont été interpellés mardi par les gendarmes suite à la découverte des cigarettes dans un fourgon tombé en panne sur l'autoroute et transporté dans un garage à Varennes. Le conducteur n'était pas avec son véhicule... Les trois hommes ont été jugés en comparution immédiate cet après-midi.

SAÔNE-ET-LOIRE : Jusqu'à 7km de bouchons sur l'A6 cet après-midi, à hauteur d'Uchizy, suite à un accident

Un agent pénitentiaire a été grièvement blessé. ACTUALISÉ : Il est décédé des suites de ses blessures

CHARNAY : Un incendie de container chez Dubois isolation

RECTIFICATIF : Il était écrit que l'incendie avait touché l'entreprise Ecobat. Or, il s'agit de l'entreprise Dubois isolation. Toutes nos excuses pour les désagréments engendrés par cette erreur à l'entreprise Ecobat.

RCEA : Délit de très très grande vitesse à hauteur de Milly-Lamartine

Il ne lui manquait plus que des ailes pour s'envoler...

SAÔNE-ET-LOIRE : 26 000 usagers privés d'électricité suite à un incendie sur deux transformateurs à Gueugnon

L'incendie s'est déclaré cette fin d'après-midi. Le préfet a activé le centre opérationnel départemental en préfecture. ACTUALISÉ. Les usagers ré-alimentés rapidement. 

TRIBUNAL DE MÂCON : Il nie en bloc les violences sur sa femme, malgré le rapport du médecin légiste qui l'accable

Audience bien compliquée pour la juge vendredi après-midi, qui avait IA en comparution immédiate suite à des violences commises sur son épouse à deux périodes distinctes, les dernières ayant été signalées début octobre par l'hôpital de Mâcon.

CLUNY : 600 m² d'une maison bourgeoise partis en fumée !

Un dimanche glacial dans le département mais un dimanche de feu à Cluny.