samedi 8 octobre 2022

Communiqué :

 

Mettre fin à la surprotection du loup

 

Le Plan national d’actions sur le loup et les activités d’élevage, dit « Plan national loup », élaboré en 2018, s’appliquera jusqu’en 2023. Il devra, après cette date, faire l’objet d’une refonte pour réguler autrement la présence de ce prédateur réintroduit en France dans les années 90 sans la moindre concertation préalable avec les élus locaux et les éleveurs. C’est là un exemple parmi tant d’autres d’une vision urbaine et technocratique de la ruralité, qui ignore ou fait fi des réalités des territoires et de leurs habitants.

En trente ans, les loups ont multiplié les actes de prédation, créé une angoisse permanente chez de très nombreux éleveurs et occasionné des dizaines de millions d’euros de dépenses publiques affectées à la protection des exploitations et à l’indemnisation des éleveurs.

Cette situation ne peut plus durer. Il en va de la survie d’ancestrales activités agropastorales qui ont, n’en déplaise aux tenants d’une écologie radicale et aveugle, bien plus apporté à la garantie de la biodiversité et à l’aménagement des territoires que la réintroduction du loup.

Avec, au bas mot, environ un millier de loups selon le dernier comptage réalisé, l’espèce n’est plus du tout menacée. Rappelons que le Plan Loup 2018-2023 fixe un seuil de viabilité de l’espèce à 500 individus. Il est urgent, face à la pression de plus en plus forte du loup sur les territoires qu’il continue de coloniser, d’engager une véritable concertation avec les ministres de l’Agriculture des états européens aux fins de révision de la Convention de Berne ratifiée par la France en 1989 et de la directive européenne du 21 mai 1992 « Habitats, Faune, Flore ». Il s’agit ainsi d’obtenir le déclassement de ce prédateur qui doit passer du statut d’espèce strictement protégée à celui d’espèce protégée, ce qui permettrait de retirer le « Canis Lupus » des espèces nécessitant une protection stricte.

En tant que membre du « Groupe Loup », je proposerai, lors de la réécriture du nouveau « plan national loup », qui entrera en vigueur en 2024 : 

- la fin de la surprotection du loup qui se fait aux dépens de la sauvegarde d’une agriculture pastorale basée sur l’élevage des troupeaux dans les pâturages ;  

- la prise en compte du rôle majeur de l’élevage pastoral et la valorisation du travail des éleveurs dans la protection de l’environnement et de ses nombreux écosystèmes ;

- l’attribution en faveur de davantage de territoires du statut de « zones difficilement protégeables » contre les attaques du loup. Comme par exemple au bénéfice du bocage très parcellisé du Charolais Brionnais, qui rend très complexe la mise en place d’équipements de protection dont l’efficacité reste de surcroît bien aléatoire.

- le droit de légitime défense devra être reconnu aux éleveurs lorsque leurs troupeaux sont attaqués.

Protéger coûte que coûte le loup au nom de la biodiversité et de son bien-être, aux dépens d’activités humaines ayant toujours existé et du bien-être, celui-là jamais évoqué, des ovins, poulains ou autres veaux mutilés, éventrés, massacrés par un prédateur qui ne contente pas de tuer pour se nourrir, est une aberration. Il faut y mettre fin. 

J’ai sollicité à cet égard une rencontre avec Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire ainsi qu’auprès de Christophe Bechu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.   

En attendant et après de nombreux échanges avec Monsieur le préfet de Saône-et-Loire, très conscient de la détresse des éleveurs, je salue l’action des services de l’État qui, depuis les premières attaques, font en sorte d’accélérer les procédures, et me réjouis de la création d’une brigade nationale loup supplémentaire que nous avions été nombreux à demander.

J’apporte tout mon soutien aux éleveurs, impuissants devant ces attaques et les assure de ma totale détermination pour leur permettre d’exercer leur métier sereinement.

 

MÂCON : Il lui casse un doigt, dernier acte de 25 ans de violences conjugales

D.D., 53 ans, se retrouve encore dans le box des accusés ce 7 octobre. Il comparaît pour des violences commises le 5 octobre sur son épouse (sous curatelle).

MÂCON – Collège Schuman : C'est reparti pour les cordées de la réussite, qui s'enrichissent du tutorat

Depuis 3 ans, le collège Robert Schuman accueille des étudiant.e.s. de l'ENSAM de Cluny qui témoignent de leur parcours jusqu'à l'école d'ingénieur.

MÂCON : Le Spot fête ses 10 ans avec les enfants et sert la cause d'Octobre rose

Mercredi après-midi à 16h30, le Spot ouvrait ses portes au public pour fêter ses 10 ans. Les enfants ont été invités à courir pour la cause.

MÂCON : Achetez une brioche aux Papillons blancs, au profit des enfants handicapés

Comme chaque année, l’association « Les Papillons blancs » vous donne rendez-vous dans la galerie marchande d’Auchan jusqu’à samedi pour leur traditionnelle vente de brioches.

ÉCOLOGIE : La Chambre d’Agriculture accueille le premier enjambeur électrique de Saône-et-Loire

Plusieurs fois mis à l’épreuve lors de démonstrations techniques dans notre vignoble, l’enjambeur 100 % électrique Alpo de la marque Sabi Agro va poser ses valises sur les domaines expérimentaux de la Chambre d’Agriculture afin d’évaluer ses performances dans un objectif de neutralité carbone.

SANCÉ : Le site de compostage de la cantine, pour le cuit et le cru, une expérience et un modèle à suivre

Gilles Jondet, maire de Sancé et vice-président de MBA, en charge du traitement des déchets, a choisi les semaines européennes du développement durable, 18 septembre au 8 octobre, pour mettre en lumière l’initiative de la commune.

MÂCON - Travaux en centre-ville : Les rues de la Barre et Philibert-Laguiche concernées

Des travaux de réseaux se tiendront dans le centre-ville pendant plusieurs semaines.

SAÔNE-ET-LOIRE : Le Département lance son schéma de développement du tourisme et des loisirs

Elisabeth Roblot, vice-présidente en charge du tourisme et de l’attractivité, a réuni lundi les offices du tourisme et les EPCI de Saône-et-Loire à l'occasion du lancement de l'élaboration de son futur schéma de développement et de promotion du tourisme 2023-2026.

CLIN D'OEIL : Laura, élève au lycée Alexandre Dumaine, vous présente la Margarita

Les métiers de la salle et du service sont à l'honneur sur macon-infos. En partenariat avec le lycée Dumaine, un ou une élève présente un cocktail préparer et servi au restaurant d'application. Vendredi dernier, Laura, 1ère HRA*, proposait et préparait des Margaritas.

CONSEIL RÉGIONAL : La commission permanente du 30 septembre attribue 54 millions d'€ d'aides

Plus de 300 000 € sont accordés à l'institut ESS de Tramayes

ROMANECHE-THORINS : “Du vestiaire à la Cave” déroule le tapis rouge

Pleins feux sur la collection du magasin. Miss Bourgogne a défilé aussi.

CHARNAY : La marche nordique inaugure son local pour marcher et rêver !

L’association a été créée en 2021 et déjà, par la volonté de ses membres, elle a pu inaugurer son local vendredi, après une rénovation complète par les adhérents, dans la Grande Rue de la Coupée, au numéro 25 B, c’est alors dire le dynamisme du club !

MÂCONNAIS BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Bilan à mi-parcours de l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat et de renouvellement urbain (OPAH)

Lancée en juin 2019 pour une durée de 5 ans, Mâconnais Beaujolais Agglomération porte une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat et de Renouvellement Urbain (OPAH-RU) jusqu’en juin 2024.

PROJET DE PARC HISTORIQUE À TOURNUS : Le Collectif Pas d’ECLAT demande des comptes au président Accary

Il l'a fait en manifestant son opposition au projet devant le conseil départemental ce jeudi en début d'après-midi.

MÂCON : Le renouvellement de la DSP pour quatre parkings à l'ordre du jour du Conseil muncipal lundi soir

Une délibération qui a fait l'objet d'un échange électrique entre la cheffe de l'opposition Eve Comtet-Sorabella et le rapporteur Gérard Colon. Le renouvellement de la DSP interviendra en juin 2023. Les élus de gauche ont voté contre cette délibération.

HURIGNY : Au plus près de la réalité pour un exercice incendie à l’école primaire

9 h 15 ce matin à l’école primaire d’Hurigny, travail scolaire et calme studieux règnent dans chaque classe de l’école, depuis le CP jusqu’au CM2. Le directeur, David Duquennoy, arpente le couloir de l’établissement…

ALIMENTATION : L’UFC-Que Choisir 71 part en campagne pour rendre obligatoire le Nutri-Score !

L'association de défense des consommateurs sera vendredi matin au centre E.Leclerc Mâcon.