lundi 26 février 2024

 

 

C'est une des missions de la CCI que d'aider les porteurs de projets à concrétiser leur souhait d'entreprendre. Ce jeudi, la Chambre consulaire organisait un après-midi de rencontre ouvert à toutes et tous avec des experts de différents domaines. L'occasion de faire un état des lieux des créations. À lire aussi, la CAF partenaire du créateur et du travailleur indépendant.

 

« Devenir chef d'entreprise, c'est difficile, complexe, cela s'apprend » exprimait Christelle Dupont, directrice entreprenariat à la CCI. « Et l'on ne peut pas être bon partout. À la CCI, on ne fait pas de business plan, pas d'étude de marché ni de prévisionnel comptable. On ne fait pas à la place de la personne. En revanche, l'on donne une méthodologie et on oriente, on pose les bonnes questions, ce qui permet à l'entrepreneur de faire des choix éclairés. La mission de la CCI, c'est d'accompagner. Nous proposons des parcours complets ou des aides thématiques et ponctuelles. C'est à la carte, selon les besoins. »

Si les mesures sanitaires anti-covid n'ont pas stoppé la création d'entreprise, avec plus de 5 326 créations en 2020* sur les deux départements bourguignons qui œuvrent ensemble, l'on peut constater néanmoins que l'année 2021 a vu une très nette augmentation de la création, avec près de 7 500 créations. Le besoin et l'envie d'entreprendre se sont donc affirmés après cette année 2020 de triste mémoire. 2022 a ensuite vu une légère baisse de 5 %.

Les entreprises immatriculées au registre du commerce et des sociétés représentent quasi 90 %* des créations, les 20 % restant ont donc été immatriculées au registre des métiers (artisans). Les deux registres ont fusionné au 1er janvier 2023 pour ne faire plus qu'un sous le nom de RNE, registre national des entreprises.

52 %* des entreprises créées en 2022 ont été des entreprises de service ; 31,10 % des entreprises de commerce et 16,84 % des entreprises industrielles. À noter encore la chute de la création des entreprises de service entre 2021 et 2022, passant de 3 890 à 3 685. Baisse observée également dans le commerce (2352 en 2021 contre 2201 en 2022) et, mais une moindre mesure, dans l'industrie, avec 1 207 créations en 2021 pour 1192 en 2022.

Le régime de la micro-entreprise est très prisé avec 36,82 %* des créations.

 

La CAF partenaire du créateur d'entreprise et du travailleur indépendant

En effet, cet organisme privé sous tutelle de l'Etat, connu de toutes et tous pour ses prestations familiales, verse aussi le RSA ou la prime d'activité au créateur et à l'entrepreneur lorsque l'activité n'est pas ou peu rémunératrice. Dans le cas de la prime d'activité, il est tenu compte de la situation du foyer (nombre d'enfants, situation professionnelle du conjoint ou de la conjointe).

La CAF a créé il y a deux ans « le parcours attentionné » pour les travailleurs non salariés concernés. Ces travailleurs indépendants rémunérés par le RSA ou la prime d'activité représentent 10 % du porte-feuille de la CAF, à savoir quelque 9 700 personnes.

Si ce principe n'est pas une fin en soi pour un entrepreneur, il a le mérite de sécuriser une création et d'aider l'indépendant dans le cas d'une activité saisonnière ou de difficulté passagère.

Rodolphe Bretin

*Chiffres CCI Côte d'Or - Saône-et-Loire

 

Manon et Angélique, pour vous aider

25 personnes sont venues sur la rencontre vita'créa proposée par la CCI, en partenariat avec la Chambre des Métiers, la Région Bourgogne-Franche-Comté, la BPI et le Crédit agricole