dimanche 26 septembre 2021

La CFDT a pris acte de la présentation des comptes 2014 du groupe Areva dont les pertes sont considérables, à hauteur de 4,850 milliards d’euros.

Une partie majoritaire de ces pertes est de nature financière avec des dévalorisations d’actifs, des dettes fiscales, des provisions pour pertes. Une part significative de ces résultats est aussi attribuable à la stratégie du groupe et à l’organisation de la filière nucléaire française.

 

La CFDT considère que la négociation collective a pour but de trouver l’équilibre entre organisation du travail et plan de charge d’une part, emploi et garanties collectives d’autre part. La négociation collective n’a pas pour but de servir de réassurance au risque financier imputable aux seuls actionnaires et par conséquent à l’État actionnaire dans Areva. Ce n’est pas aux salariés d’assumer les risques financiers issus des décisions stratégiques validées par les actionnaires, dans le monde de l’entreprise et même dans celui de Messieurs Macron et Valls...

 

La CFDT Areva constate que la Direction a décidé de s’inscrire dans un processus construit d’échange avec les représentants du personnel et les organisations syndicales au niveau central et local sur la stratégie du groupe dans un premier temps, puis sur les aspects organisationnels et sociaux dans un second temps. Le plan de 1 milliard d’euros de diminution des coûts ne suffira pas à lui seul à sauver Areva, car il ne couvre pas les pertes financières. Une recapitalisation apparaît d’ores et déjà nécessaire pour assurer la pérennité du groupe Areva. L’État doit aussi prendre toute ses responsabilités dans la gestion de la filière nucléaire et sa stratégie qui ont été à l’origine de certains problèmes d’Areva.

 

Le syndicat met en garde l’État et la Direction générale contre la perte de savoir-faire et de compétences critiques en cas de changement brutal et inadapté de périmètre du groupe par des cessions ou externalisations non contrôlées. Les syndicalistes exige ainsi le maintien du modèle intégré du groupe dans son ensemble.

La CFDT Areva prendra toutes les responsabilités sociales qui lui incombent au service des salariés du groupe Areva, des salariés prestataires et sous-traitants. Elle accepte de s’inscrire dans un processus construit d’examen de la situation d'Areva pour pérenniser et sécuriser l’emploi et les compétences, la sûreté et la sécurité des sites nucléaires du groupe, les garanties collectives et les conditions de travail dans le groupe Areva.

 

Pour le syndicat, l’avenir du groupe prendra racine dans ses compétences exceptionnelles et ses savoir- faire. La valeur professionnelle et la mobilisation des salariés sont le principal gage de compétitivité. La CFDT les assure de son engagement total à leurs côtés.

La CFDT Areva appelle les salariés à répondre aux actions unitaires qui pourront être décidées en central et en local pour la défense du groupe Areva et continuera les démarches qu’elle a engagées tant vers la gouvernance du groupe que vers les responsables politiques et l’État. 

 

La CFDT 71

MÂCON - Festival : Les Barbacane classics reviennent !

Barbacane Classics est LE festival de musique classique dédié au jeune public, produit par l’association Le Concert impromptu.

TRIBUNAL DE MÂCON : 1 200 appels téléphoniques passés depuis la prison en 6 mois à sa compagne

L’auteur de ces appels comparaissait ce lundi, dans le cadre de la comparution immédiate, devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour appels malveillants réitérés entre le mois de mars 2020 et juillet 2021.

SAÔNE-ET-LOIRE : Lionel Duparay nouveau président de l'OPAC

Il succède à Dominique Lanoiselet à la présidence de l’organisme. À voir aussi, tous les membres du nouveau conseil d'administration.

MÂCON : Le point sur les différents chantiers dans le centre-ville

Jean-Patrick Courtois, maire, accompagné de Gérard Colon, conseiller délégué au suivi des délégations de service public, de plusieurs élus et des partenaires institutionnels ont visité les chantiers ce lundi après-midi. De la place Genevès au parking Monnier en passant par la salle des Cordeliers, l’îlot Laguiche ou encore La Visitation.

MÂCON : Il frappe sa compagne de 18 ans, maman de son fils, et lui mord la joue jusqu’à la défigurer

« Si les voisins n’appellent pas la police, ça se termine comment votre histoire ? » demande la juge. Récit d’une scène de barbarie samedi dernier à Mâcon, pour laquelle l’auteur a été jugé ce lundi après-midi.

MÂCON : C'est parti pour le 1er défi déplacements doux pour se rendre à l'école !

À l’occasion de la semaine européenne de la mobilité, la Ville de Mâcon organise le « Défi déplacements doux » du 20 au 24 septembre dans les écoles élémentaires.