samedi 22 janvier 2022

Communiqué :

Dans un climat politique nauséabond où l’extrême droite hyper-médiatisée impose ses thématiques, y compris à gauche, il est urgent d’imposer un discours anticapitaliste.

Un tapis rouge aux idées d’extrême droite

Racisme, sexisme, homophobie, antisémitisme… difficile d’échapper au matraquage médiatique qui continue de propulser le presque candidat Zemmour. Mais si l’extrême droite se sent pousser des ailes, c’est que le climat politique lui est favorable. Une partie de ses idées est reprise par le pouvoir. Macron lui a déroulé le tapis rouge car il a intérêt sur le plan électoral à ce que l’extrême droite incarne l’opposition à sa politique pour mieux l’agiter comme un épouvantail au second tour et pouvoir l’emporter en s'appropriant la position du sauveur suprême. Emmanuel Macron a ancré les thématiques les plus réactionnaires dans le paysage politique, à coups de détournement de la laïcité, de loi « séparatisme », de loi « sécurité globale »... Pour mater les résistances sociales, comme le mouvement des Gilets jaunes, il a renforcé l’appareil répressif et réduit les libertés dans une logique dangereuse propice à une dérive autoritaire aux relents fascites. Les tribunes de militaires, les manifestations de policiers (avec le soutien de plusieurs responsables de gauche) sont autant de signes annonciateurs de cette dérive machiavélique.

Zemmour-Le Pen, des candidats au service du capitalisme

Marine Le Pen avait déjà usurpé le slogan, c’est maintenant Zemmour qui se prétend le candidat « antisystème ». Or son programme est totalement compatible avec le capitalisme et prépare des nouvelles attaques contre les travailleurEs. Car au-delà de ses discours racistes, c’est aussi le meilleur ami du patronat.

Pour lui, les salariéEs ne travaillent pas assez, il veut revenir sur les 35 heures, baisser les cotisations patronales, repousser l’âge de la retraite à 65 ans, s’opposer à l’augmentation des salaires et des minimas sociaux...

Quant au RN, il n’est pas le défenseur des classes populaires qu’il cherche à diviser à coup de démagogie nationaliste. Pour lui, le seul coupable c’est l’immigréE, l’étrangerE, jamais les patrons qui fabriquent le chômage et la précarité pour se gaver de profits.

Tous les deux participent d’une même offensive contre les classes populaires et constituent les deux versants d’un même projet. Marine Le Pen fait mine de s’offusquer des propositions de Zemmour... mais son modèle politique, c’est le gouvernement raciste, sexiste, homophobe et autoritaire de Victor Orbán en Hongrie !

Pour un antiracisme et un antifascisme décomplexés

Focaliser sur l’immigration, l’Islam, la sécurité, la protection des frontières, c’est stigmatiser, discriminer, et c’est aussi dévoyer les colères populaires pour qu’elles ne se retournent pas contre les vrais responsables. Pourtant, face à la crise sociale, démocratique et écologique, l’anticapitalisme n’a jamais été autant d’actualité.

Il y a donc urgence à porter, lors de l’élection présidentielle, une candidature qui déplace le débat sur les préoccupations de notre camp social et mette un terme à cette insupportable offensive politico-médiatique des extrêmes droites qui nous conduit à la barbarie. Pour combattre Zemmour et Le Pen, il faut développer un discours antiraciste et antifasciste décomplexé, mais aussi s’attaquer à l’ensemble du système, car les réactionnaires se repaissent des désespoirs, des inégalités croissantes creusées chaque jour par les capitalistes.

Pour répondre aux aspirations de millions de jeunes et de travailleurEs, il faut défendre des mesures qui répondent aux urgences sur le terrain social, de l’emploi et du pouvoir d'achat, de l’écologie radicale, des libertés démocratiques ou de l’égalité des droits, et porter la nécessité de construire une société libérée de l’exploitation et des oppressions.

C’est ce que porte la candidature de Philippe Poutou à la présidentielle. Rejoignez-nous pour la soutenir !

 

NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) 71

 

 

PRÉSIDENTIELLE : Arnaud Montebourg renonce

À voir, la vidéo de son allocution à Bibracte

POLITIQUE : Les Jeunes avec Macron présentent leurs voeux

Ce samedi soir, Alexandre Vuillot, référent départemental du mouvement les Jeunes avec Macron, a présenté ses vœux à la presse, place Saint Pierre devant la Mairie.

Professeur Peyromaure : «L'hôpital est à genoux, ce ne sont pas quelques centaines de patients covid en plus ou en moins qui vont changer la donne»

Un entretien avec Sonai Mabrouk à écouter et ré-écouter en ces temps d'hystérie collective, de petites phrases vulgaires et assassines au plus haut sommet de l'Etat, et de stigmatisation d'une partie de la population.

POLITIQUE : Le député Benjamin Dirx à l'heure des voeux

Le député de la 1ère circonscription de Saône-et-Loire s’est exprimé sur l’année écoulée et fait le point sur les projets réalisés, les chantiers en cours lors d'un point presse, les cérémonies de voeux étant annulées.

VOEUX 2022 : macon-infos vous souhaite une année 2022 éclairante, pour un avenir joyeux et lumineux

Se retrouver, danser, chanter, jouer ensemble, avancer main dans la main, se serrer les coudes, s'embrasser, respirer à plein poumon dans la cour, sourire, rire aux éclats, se donner l'accolade, se taper dans le dos... tout cela, c'est la vie, l'amitié, la fraternité...

EXPRESSION POLITIQUE : «L’État a institué la vaccination obligatoire de facto, il doit en assumer les conséquences !»

Deux parlementaires, l'un de Bourgogne, l'autre de la Manche, s'élèvent contre ce qu'ils nomment l'hypocrisie de l'Etat quant à sa politique vaccinale contre le covid.

EDITO : Covid, ton univers impitoyable !...

Nous attendions un démenti aux propos du professeur Montagnier, nous l'avons eu... Mercredi soir, Alain Fisher, spécialiste de la thérapie génique et président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, promoteur inconditionnel des vaccins Pfizer et Moderna, a donné une conférence de presse sur le sujet, conférence organisée par l'ARS de Bourgogne–Franche-Comté.

POLITIQUE : SDECA et opération "Quartiers de Noël" posent questions aux élus du groupe Mâcon citoyens

Ève Comtet-Sorabella et Gabriel Siméon, élus communautaires de gauche, ont voté contre le Schéma de développement économique et d'accueil des entreprises (SDECA) jeudi dernier lors de la présentation par les cabinets AID et MODAAL. Ils ont souhaité expliquer leur opposition sur ce dossier au cours d'une conférence de presse ce mardi.

POLITIQUE : La sénatrice du 71 Marie Mercier solidaire des communes face à la stagnation de la DGF

« Le projet de loi de Finances 2022 qui sera bientôt examiné au Sénat ne répond pas aux difficultés structurelles » déclare-t-elle dans un communiqué

PRÉSIDENTIELLE : Pour la GRS, c'est Arnaud Montebourg

Après avoir débattu lors de conférences régionales, les adhérents.es de la Gauche Républicaine et Socialiste ont départagé les candidatures de Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg, Yannick Jadot et Fabien Roussel, dont les noms ont été parrainés par au moins un membre du collectif d’animation national de la GRS.