mercredi 18 mai 2022

 
 

Thierry Buatois, président de la CPME71, répond à quelques questions au lendemain de l'intervention télévisée d'Emmanuel Macron.

Le Président de la République s’est adressé hier soir aux Français. Qu’en retirez-vous aujourd’hui, principalement pour les TPE/PME que vous représentez en Saône-et-Loire ?

Au-delà des indispensables mesures sanitaires qui relèvent de sa responsabilité, il a affirmé, à juste titre, la nécessité de travailler davantage pour continuer à financer notre modèle social. Dans ce contexte, le « report de l’âge légal de départ à la retraite » sera effectivement indispensable lors de la réforme des retraites dont notre pays ne pourra indéfiniment faire l’économie. 
Taxer moins le travail et faire en sorte de veiller à ce que les demandeurs d’emploi soient incités à retrouver le chemin des entreprises semblent également des mesures de bon sens. Aujourd’hui, les chefs d’entreprise ne parviennent pas à s’expliquer les difficultés de recrutement qui sont les leurs alors que la France compte plusieurs millions de chômeurs indemnisés.
Par ailleurs, et s’il est vrai que l’État peut, et doit, avoir un rôle moteur pour doter notre pays d’infrastructures telles que de nouveaux réacteurs nucléaires, il lui appartient également de veiller à équilibrer les finances publiques en réduisant ses propres dépenses de fonctionnement, permettant ainsi de réduire le déficit et la dette publique. On peut légitimement déplorer le silence assourdissant du président sur ces points. 

Bruno Le Maire, Ministre de l'Économie, a annoncé peu avant que le Prêt garanti par l'État (PGE) est prolongé jusqu'en juin 2022. Encore un aménagement du dispositif de « sortie de crise » ?

Nous espérions un étalement du « remboursement des prêts » alors que Bruno Le Maire annonce que le Prêt garanti par l'État (PGE) est prolongé jusqu'en juin 2022. Pour autant, on ne décèle pas encore trop de panique chez les entreprises qui ont pu en bénéficier concernant le remboursement. C’est la deuxième fois que le dispositif est prolongé. L'objectif est de soutenir nos PME encore en difficulté malgré une certaine reprise. Je le répète, nous sortons peut-être de la crise sanitaire, et encore, rien n’est fait, mais sûrement pas de la crise économique, on rentre plutôt dans le vif du sujet dans les trimestres à venir, notamment sur le sujet de la main d’œuvre et de l’approvisionnement des matières premières et certains produits manufacturés.

Est-ce néanmoins une nouvelle bien accueillie que ce dispositif prolongé ?

Ce n'est pas le remboursement qui est prolongé de 6 mois. Le PGE, comme son nom l'indique, c'est une dette. C'est un emprunt qu'il faudra rembourser. On peut décaler le remboursement de deux ans. Si vous le décalez de deux ans, vous devez rembourser votre prêt sur 4 ans. Donc, si on peut encore signer un PGE jusqu’en juin de l’année prochaine, c’est une bonne nouvelle, bien évidemment, mais cela ne répond pas à la question de ceux qui sont déjà fortement endettés et qui se demandent s'ils vont pouvoir rembourser sur 4 ans leur actuel PGE.

Ce que nous attendions, à la CPME, au-delà bien sûr de cette mesure qui est positive, c'est de pouvoir étaler encore un peu plus le remboursement des prêts par l'État. Est-ce que demain, je vais générer assez d'activité, assez de chiffre d'affaires pour rembourser mon endettement ? C'est ça la vraie question.

Qu’en disent les TPE/PME que vous représentez sur le remboursement de ces prêts ?

Pour la majorité, beaucoup d'entre elles ont décalé le remboursement d'une année supplémentaire tel que le permet la loi aujourd'hui. Pour l'instant, on engrange de l'activité. Et puis, lorsque ça sera le moment de rembourser, on devrait pouvoir faire face à nos remboursements. Donc, il n'y a pas trop de panique par rapport au remboursement des PGE. Néanmoins, si l'activité est repartie d'une façon dynamique, il faut que cette dynamique dure longtemps, parce qu’il faut pouvoir amortir le poids de l'endettement sur les quatre années de remboursement, et cela, sans activité sur le moyen terme, cela sera très compliqué. Effectivement, beaucoup d'entreprises se disent : si je pouvais rembourser au-delà de mes 4 ans d'amortissement, je serais beaucoup plus serein quant à mon avenir.

Ces fameux prêts ont encore une réelle utilité alors ?

Ils ont eu une utilité très importante parce que bien évidemment, quand l'économie s'arrête, vos frais fixes continuent, eux ! Cela a permis à beaucoup d'entreprises de passer cette période sans activité sans pour autant déposer le bilan. C’est très important. Et puis, pour les investissements, cela a été bien évidemment un outil très intéressant puisque c'est garanti à 90 % par l'État. Pour ces raisons, c'est un bon soutien pour l’entreprise. Mais invariablement, cela implique en remboursement tôt ou tard. D'où cette demande que nous faisons, de pouvoir l’étaler un peu pour passer cette période d'une façon un peu plus sereine.             

 

PRISSE : 2021, une année « presque » parfaite pour les Vignerons des Terres Secrètes

C’est ce qui se dégage de l’assemblée générale annuelle et ordinaire qui s’est tenue vendredi 6 mai au chai de Prissé.

ECONOMIE : Dirigeants.es d'entreprise, donnez votre avis sur les priorités de la CCI Métropole de Bourgogne dans les 5 prochaines années

Quelles doivent être les priorités d’actions pour les CCI à l’avenir ? Chefs d’entreprises, dirigeants et entrepreneurs, participez à la consultation des CCI, réagissez aux propositions et déposez les vôtres : vous avez la parole jusqu’au 5 juin ! 

MÂCON - Économie : Inobyz donne des ailes aux startupers

Fabian Humbert, président d'Inobyz, a annoncé, entre autres, l'ouverture d'une formation de développeur informatique en septembre à Mâcon au cours de cette première soirée de remise de prix. Découvrez toutes les startups primées.

MÂCON : Orgamy, la start-up mâconnaise n’a pas fini d’innover

Ce lundi, Orgamy accueillait Jean-Patrick Courtois, au Locow rue Victor Hugo à Mâcon. Récompensée en mars par le prix du Talent du numérique 2021, l’entreprise continue d’améliorer sa plateforme de secrétariat numérique afin d’améliorer l’organisation des soins complexes sur tout le territoire national.

Télétravail et coworking : un développement post-covid avec Locow Coworking

Avec la crise sanitaire, le télétravail est un modèle qui s’est grandement répandu au sein des entreprises. Malgré l’allègement des mesures, le distanciel reste à la page. Le point avec Thierry Valdor, patron de Locow coworking à Mâcon, qui a lancé les chèques télétravail.

ENTREPRISES : Ubitransport (Mâcon) acquiert ACTOLL pour former un leader de la mobilité intelligente

Le 5 avril 2022, Ubitransport acquiert la société ACTOLL. Le rapprochement de ces deux acteurs majeurs donne naissance à un groupe leader de la mobilité intelligente combinant billettique connectée et solutions de paiement, capable d’adresser tout type de besoin et de territoire.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : Les entreprises anticipaient une croissance de leurs activités en 2022

La Banque de France publie les résultats de son enquête annuelle sur l’activité des entreprises en Bourgogne-Franche-Comté. Les données sont encourageantes, mais à prendre avec mesure car l'étude a été réalisée avant le conflit en Ukraine...

ENTREPRISE : La sécurité, priorité numéro un chez Metso Outotec France

400 ! C’est le chiffre du jour pour Metso Outotec France. 400 comme le nombre de jours consécutifs sans accident de travail avec arrêt !

ÉCONOMIE : À Mâcon, les structures d'insertion et les entreprises locales se rencontrent pour évoquer des partenariats

Sur l’invitation de BGE et du Dispositif Local d’Accompagnement (DLA), en partenariat avec le Pôle Ressources Insertion par l’Activité Economique et le FQP (France Qualité Performance), une trentaine de personnes s'est réunie vendredi matin pour un petit déjeuner RSE au restaurant Le Comptoir d’Antoine à Mâcon.

ÉCONOMIE - Défaillances d'entreprises : La Saône-et-Loire s'en sort plutôt bien sur l'année 2021

Le groupe Altares a dévoilé les chiffres des défaillances d’entreprises en Bourgogne-Franche-Comté pour l’année 2021.

ST-MARTIN-BELLE-ROCHE : L'usine eurosérum devrait fermer au 3ème trimestre 2022

119 emplois sont menacés sur le site de St-Martin-Belle-Roche annonce ce jour la coopérative laitière française Sodiaal dans un communiqué.

MÂCON : Le Traiteur du Val de Saône face à la crise sanitaire

Alex Bénat, associé avec Clément Badet, s’exprime concernant son activité de traiteur pendant cette période de pandémie.

ÉCONOMIE : Plus de 17 millions d'€ de plus pour la filière nucléaire en Saône-et-Loire

Une enveloppe accordée dans le cadre du plan France Relance à 11 projets.

ENTREPRISE : Mathilde Créations rachète Decoclico.fr à Adeo

Quatre ans après sa reprise à la barre du tribunal par Labruyère Développement et Industrie, branche Capital investissement du Groupe Labruyère, Mathilde Créations affiche aujourd'hui une belle santé et une présence forte à l'international, dans l'univers de la décoration et du parfum d'intérieur.

MÂCON : Le salon du vrac industriel VRAC TECH se tient au Spot cette semaine

Un évènement fédérateur pour les entreprises industrielles intégrant la gestion du vrac dans leurs installations, à tous les stades du process et de la manutention.

ST-AMOUR : Un salon en région vaut mieux que Paris pour Louise Hérault (Louh Maroquinerie)

Elle était une des très rares entrepreneuses de la région de Mâcon à participer au salon parisien MIF (Made in France) qui s'est déroulé du 11 au 14 novembre porte de Versailles. Rencontre.

ENTREPRISES : "Nous sortons peut-être de la crise sanitaire, mais sûrement pas de la crise économique" pour la CPME71

Thierry Buatois, président de la CPME71, répond à quelques questions au lendemain de l'intervention télévisée d'Emmanuel Macron.

MÂCON : MBA ouvre l’acte 1 de Saône Digitale

Une cité fluvestre d’avant-garde va remplacer une friche industrielle…

ENTREPRISE : Lamberet va dévoiler sept innovations en avant-première

Lamberet, qui est un des acteurs majeurs de la carrosserie frigorifique en Europe, sera présente au salon du transport Solutrans du 16 au 20 novembre prochains…

TERRITOIRES D'INDUSTRIE : Une nouvelle étape du programme est annoncée

Marie-Guite Dufay, représentant les Régions de France, et Sébastien Martin, président de l'AdCF-intercommunalités de France, étaient à Bercy pour cette annonce ministérielle. Les premières conclusions sont attendues pour janvier 2022. 146 territoires sont concernés, dont deux en Saône-et-Loire.