lundi 25 octobre 2021

 

Marie-Guite Dufay, représentant les Régions de France, et Sébastien Martin, président de l'AdCF-intercommunalités de France, étaient à Bercy pour cette annonce ministérielle. Les premières conclusions sont attendues pour janvier 2022. 146 territoires sont concernés, dont deux en Saône-et-Loire.

 

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, Carole Delga, présidente de Régions de France, représentée par Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, Sébastien Martin, président de l’ AdCF-Intercommunalités de France, et Alexandre Saubot, président de France Industrie, ont présenté ce jour un point d’étape sur le programme Territoires d’industrie, trois ans après son lancement, à l’occasion d’un comité de pilotage réuni au ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance.

Annoncée par le Premier ministre le 22 novembre 2018, l’initiative « Territoires d’industrie » a pour objectif d’accélérer la reconquête industrielle dans 146 territoires identifiés pour leur potentiel industriel. Territoires d’industrie est un dispositif décentralisé, coordonné par les conseils régionaux en lien avec les préfectures de région et les intercommunalités.

Le programme consiste à faire coopérer les pouvoirs publics (Etat, régions, intercommunalités, opérateurs publics) et les industriels d’un même territoire pour établir un diagnostic, élaborer une feuille de route et apporter des solutions concrètes et adaptées aux besoins du terrain et cohérentes avec les priorités de développement régionales. Avec un quadruple objectif : attirer, recruter, simplifier et innover. La démarche est animée localement par un binôme élu-industriel, et coordonnée dans le cadre d’un partenariat Etat-régions.

Trois ans après le lancement du programme, les 146 Territoires d’industrie ont mis en place des stratégies globales autour d’actions structurantes : création de centres de formation ou d’écoles de production, rénovation de zones d’activités, plateformes d’écologie industrielle, etc. Certains ont pu bénéficier de moyens d’ingénierie conséquents, avec notamment l’appui de 50 chefs de projet.

Plus de 1 400 projets ont par ailleurs été soutenus dans le cadre du plan France Relance, via le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires, pour plus de 27 250 créations d’emplois et 5,4 milliards d’euros d’investissements industriels.

Au total, en trois ans, l’Etat, les opérateurs et les régions auront engagé près de 2 milliards d’euros pour le programme Territoires d’industrie.

Devant le succès du dispositif et la mobilisation des industriels, le Premier ministre a annoncé le 6 septembre dernier un nouveau renforcement du fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires à hauteur de 150 millions d’euros, dont 50 millions d’euros pour les territoires en reconversion industrielle et le développement de projets collectifs, et 100 millions d’euros pour les enveloppes régionalisées. Afin d’amplifier l’effet-levier, les régions s’engagent à subventionner des projets supplémentaires dans le cadre du programme Territoires d’industrie en fonction des besoins locaux et en lien avec les dispositifs de financement qu’elles ont mis en place par ailleurs.

Enfin, les ministres ont mandaté le délégué aux Territoires d’industrie, Guillaume Basset, pour engager des discussions avec les directions générales des opérateurs publics, pour renforcer le panier de services mis à disposition des territoires à l’aune des enjeux de sortie de crise (décarbonation, industrie du futur, compétences notamment) et envisager une prolongation du programme jusqu’en 2026. L’objectif serait de pouvoir accompagner de nouveaux projets qui, dans l’industrie, sont par nature de moyen ou long terme.

Les conclusions sont attendues pour janvier 2022.

 

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a déclaré : « Territoires d’industrie, c’est le témoignage d’une envie d’industrie dans nombre de nos territoires, souvent liée à une histoire exceptionnelle et des savoir- faire uniques. C’est aussi la conviction que la reconquête industrielle passe très largement par les territoires, sur des sujets aussi majeurs que les compétences, le foncier ou encore la transition écologique. En termes de méthode, ce programme incarne la stratégie du cousu-main du Gouvernement puisqu’on a donné carte blanche aux Territoires d’industrie pour élaborer leurs projets. C’est la réalité locale qui préside à chaque projet de territoire en faisant confiance aux acteurs territoriaux dans la relance de leur économie. Cette méthode innovante, fondée sur les propositions des acteurs locaux, a permis d’inspirer d’autres dispositifs (Contrats de Relance et de Transition Écologique ou le projet de loi « 3DS »), qui offrent des réponses concrètes sur la transition écologique, la santé, le logement ou encore la mobilité dans nos territoires. »

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, a déclaré : « La force du programme Territoires d’industrie, c’est de réunir les élus locaux et les industriels pour construire une vision partagée des actions à mener pour renforcer économiquement le territoire et créer des emplois avec l’appui de l’Etat et de la Région. Outre les projets de décarbonation, de modernisation, d’innovation ou encore de (re)localisation de productions en France, Territoires d’industrie répond aux besoins en compétences, en finançant des écoles de production ou des plateaux techniques d’antennes de CFA par exemple. C’est du très concret à l’heure où les entreprises rencontrent des difficultés à recruter : 2 000 personnes ont pu être formées grâce à ce dispositif. De même que, dans le cadre de France Relance, 1 400 entreprises ont été accompagnées par le fonds d’accélération, avec 27 000 emplois créés à la clé. Ce programme, c’est l’illustration d’une méthode, celle du quinquennat, qui allie puissance d’action et déconcentration dans les territoires. »


Marie-Guite Dufay, représentante de Régions de France, a déclaré : « Le dispositif « Territoires d’industrie » obtient des résultats et est plébiscité par les acteurs car il s’appuie sur une bonne méthode que nous aimerions voir appliquée plus largement au service de la relance et, demain, du plan d’investissement « France 2030 ». Une méthode fondée sur la confiance, où la décision est prise au plus près du terrain, entre la Région et les services de l’Etat, en responsabilisant les acteurs locaux, élus et industriels, car ce sont eux qui connaissent le mieux les spécificités et les besoins de leur territoire. C’est conforme à l’esprit de l’« Accord de méthode » que nous avons signé avec le Premier ministre il y a un an. Puisse cette manière de travailler, où l’Etat délègue et trouve des relais dans les territoires, nous inspirer pour poursuivre notre combat collectif au service de la reconquête industrielle, de la résilience de notre économie, de la cohésion et l’attractivité de nos territoires. »

Sébastien Martin, président de l’AdCF-Intercommunalités de France, a déclaré : « Le programme Territoires d’industrie que nous appelions de nos vœux est désormais bien installé dans nos intercommunalités et produit ses effets concrets. Les moyens du plan de relance permettent d’accélérer les projets et de renforcer nos ambitions. Le travail collaboratif entre élus intercommunaux et entreprises est essentiel pour notre revitalisation industrielle. C’est sur des sujets très concrets de formation, de logement, de transport, d’attractivité et de connaissance des métiers industriels, de transition écologique et énergétique... qu’il faut agir pour cette revitalisation. C’est au cœur de nos bassins d’emploi que nous pourrons le faire. »

 

Cliquez ici pour en savoir plus

 

TERRITOIRES D'INDUSTRIE : Une nouvelle étape du programme est annoncée

Marie-Guite Dufay, représentant les Régions de France, et Sébastien Martin, président de l'AdCF-intercommunalités de France, étaient à Bercy pour cette annonce ministérielle. Les premières conclusions sont attendues pour janvier 2022. 146 territoires sont concernés, dont deux en Saône-et-Loire.

PRISSÉ : Un nouveau chai à futs pour les Vignerons des Terres Secrètes

Il peut accueillir désormais jusqu'à 947 pièces bourguignonnes

VINS DE BOURGOGNE À L'EXPORT : La suspension de la taxe Trump dope les ventes au USA

Les États Unis sont le 1er marché en valeur des vins de Bourgogne en 2020, second marché en volume, derrière le Royaume Uni.

La CCI 71 et le CESER Bourgogne Franche-Comté échangent sur les perspectives de développement du frêt et de la multimodalité

Michel SUCHAUT, président de la CCI de Saône-et-Loire, a accueilli vendredi 1er octobre, à la CCI à Mâcon, Dominique ROY, président du CESER Bourgogne-Franche-Comté, accompagné des membres du Bureau et de la commission Mobilités-Energie.

ÉCONOMIE - CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE : Accord de libre échange entre l’Union européenne et le Vietnam, des marchés à développer et à découvrir

Si l’exposition internationale consacrée à Maï-Thu à Mâcon rencontre un franc succès, les acteurs du territoire n’ont pas souhaité s’arrêter à l’aspect culturel de cet événement et lui donner un élan économique et social avec la venue de l’ambassadeur du Vietnam ce jeudi…

ÉCONOMIE - Alain Griset à Mâcon : Le commerce indépendant face au ministre délégué aux PME...

Interpellé par Virginie De Battista, présidente de Mâcon Tendance, association des commerçants.es du centre ville, le ministre délégué aux PME a largement évoqué le cas particulier du commerce ce jeudi matin en préfecture.

ÉCONOMIE - Alain Griset à Mâcon : « Malgré la dette, nous n'augmenterons pas les impôts des entreprises »

La croissance permettra de rembourser. Et oui, la foi en la croissance retrouvée est de rigueur à quelques mois de la présidentielle ! Point de croissance, point de salut. Retour sur la visite du ministre délégué aux PME en préfecture de Mâcon.

BATIMENT : 200 emplois à pourvoir en Saône-et-Loire, et une activité en croissance de 14% !

Fabien Rossignol, Président de la FFB71, a livré un premier bilan "post-covid" alors que son mandat à la tête de l'organisation patronale départementale touche à sa fin.

ECONOMIE : + 13,15% de chiffres d'affaires pour les entreprises de Saône-et-Loiresur au 1er semestre 2021

Laurent Letourneaux, président du MEDEF 71, évoque la situation économique en cette rentrée 2021

ECONOMIE - Michel Suchaut : «Pour la Saône-et-Loire et la Côte d'Or, bientôt la naissance de la CCI Métropole de Bourgogne»

Président (photo) et directeur de la CCI de Saône-et-Loire travaillent depuis le début de la mandature à la fusion des CCI de Saône-et-Loire et Côte d'Or. Un projet qui aboutira au 1er janvier 2022. Les principes et les enjeux de cette nouvelle organisation en détail. 

ENTREPRISE : Ekks-Granini France à Mâcon, un après crise entre ambition et innovation

Vendredi dernier, Florence Frappa, directrice générale d’Ekks-Granini France, a réuni l’ensemble des salariés du site de Mâcon pour évoquer la situation de l’entreprise. Une première depuis dix-huit mois et le début de la crise sanitaire.

MÂCON : Bientôt le temps des grands changements à Weldom !

L'enseigne de bricolage, jardinage et décoration présente à Mâcon depuis 2004 va connaître un remodelage et un agrandissement à partir de la rentrée.

ECONOMIE : «Les entreprises prises au piège du prix des matières premières» alerte la CPME 71

L'organisation patronale observe une augmentation moyenne sur un an de 25,2 % des matières premières importées, et des hausses qui crèvent parfois les plafonds...

PRISSÉ : Une crise sanitaire bien amortie pour les Vignerons des Terres secrètes

Ils étaient rassemblés en assemblée générale vendredi.

ENTREPRISE : Lamberet recrute pour son site de Saint-Cyr-sur-Menthon

Lamberet_Saint-Cyr-Sur-Menthon_Usine_005.jpg
50 postes sont à pourvoir immédiatement !

HOTELLERIE FRANÇAISE : -59% de baisse d'activité en France, -88% à Paris !

UMIH LAISSEZ NOUS TRAVAILLER 2611.jpg
« (...) Cette réalité est niée par le Gouvernement. La situation devient intolérable quand nous voyons à l’inverse d'impétueux groupes nationaux et/ou mondiaux sans vergogne, s'enrichir de notre misère », déplore le président de l'UMIH Hôtellerie.