samedi 4 décembre 2021

 

C’est pour le rappeler haut et fort que trois associations mâconnaises “Agir pour la laïcité, et les valeurs républicaines, observatoire de la Laïcité 71”, “DDEN 71”, Délégués Départementaux de l’Education Nationale” et “UFAL 71, Union des familles laïques” ont rédigé à l’attention de Monsieur le Préfet de Saône-et-Loire un courrier le questionnant sur plusieurs points relatifs à l’application des lois sur la laïcité en vigueur dans notre pays.

Dans la fonction publique aucune formation initiale n’est prévue pour débattre et acquérir les principes de la laïcité, le “vivre ensemble“, qu’une campagne informative de l’Éducation nationale a dernièrement lancé, étant loin d’être suffisant pour résumer la charte de la laïcité dans ses fondements. Aujourd’hui les associations ne se réfèrent qu’à la loi 1901 pour exister, elles devraient aussi adhérer aux lois des principes républicains de 1905. Loin pour ces trois associations signataires de la lettre d’être antireligieux mais, par contre, la vigilance doit être de mise sur les principes fondamentaux de la laïcité.

Ainsi ces membres ou représentés au sein du Collectif Laïque National s’interrogent sur plusieurs points dont la loi du 24 août de cette année où plusieurs points restent flous et ambigus, dont le « Vivre ensemble » évoqué plus haut, qui ne doit pas oublier la liberté de conscience et de séparation des églises et de l’état, piliers de la laïcité.

Et puis l’interrogation sur une information surprenante selon laquelle les gendarmes de Mâcon bénéficieraient d’une formation sur la laïcité qui se passerait au sein de la communauté des « frères de Taizé ». Si cela est confirmé l’interrogation des trois associations, “Agir pour la laïcité”, “DDEN 71” et “UFAL 71” serait alors de nature juridique, confrontée à la loi du 9 décembre 1905, et symbolique, parler de laïcité dans un espace cultuel étant de fait incongru.

Propos relevés lors d’un point presse devant la préfecture de Saône-et-Loire tenu par les représentants des trois associations, M. Eric Binet pour “Agir pour la laïcité”, M. Jean-Louis Conti pour “DDEN 71” et M. Jean Escalier pour “UFAL 71”.

MsP

POLITIQUE : La sénatrice du 71 Marie Mercier solidaire des communes face à la stagnation de la DGF

« Le projet de loi de Finances 2022 qui sera bientôt examiné au Sénat ne répond pas aux difficultés structurelles » déclare-t-elle dans un communiqué

PRÉSIDENTIELLE : Pour la GRS, c'est Arnaud Montebourg

Après avoir débattu lors de conférences régionales, les adhérents.es de la Gauche Républicaine et Socialiste ont départagé les candidatures de Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg, Yannick Jadot et Fabien Roussel, dont les noms ont été parrainés par au moins un membre du collectif d’animation national de la GRS.

200 millions d'€ sur 3 ans pour 5 000 équipements sportifs de proximité

Le député de la 1ère circonscription Benjamin Dirx, rapporteur spécial du budget sport, salue cette annonce présidentielle en matière de financement des équipements sportifs. « Elles sont dans la continuité de l’engagement de la majorité pour le sport, notamment en prévision des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. »

POLITIQUE – Conseil municipal de Mâcon : Un vœu partagé mais qui tombe à l'eau...

Lundi soir en clôture du Conseil municipal, l'opposition a proposé au conseil d'adopter un vœu portant sur la crise climatique et intitulé « Répondre ensemble à l'urgence environnementale ». D'accord sur le fond, la majorité l'a néanmoins rejeté pour le principe.

COVID-19 : Quatre soignantes appellent à l'aide les citoyennes et les citoyens pour sauver la santé et l'hôpital

À la veille de l'obligation vaccinale pour les soignants, quatre d'entre elles ont pris la plume pour exprimer leur incompréhension, leurs doutes et leur colère bien légitimes devant ce qui va advenir ce 15 septembre. « Bonjour à vous tous qui serez peut-être un jour patients ou qui l’êtes, aidez-nous à préserver la santé et l’hôpital !

POLITIQUE : Arnaud Montebourg candidat à la présidentielle...

...pour « éviter à la France la douleur d'un deuxième quinquennat Macron ou le danger d'un premier quinquennat Le Pen ».