Lettre Ouverte à Monsieur le Président du Conseil Départemental,

Notre organisation syndicale est très sensible à la désertification médicale.

 

Au sein de l’union locale CGT du Mâconnais, nous avons été interpellé récemment, à plusieurs reprises, par des témoignages concernant la dégradation de l’accès aux soins dentaires. Au vu des informations dont nous disposons la situation semble être la même, voire pire, dans un certain nombre d’autres secteurs du département.

C’est pourquoi nous vous sollicitons afin qu’une action soit menée dans ce domaine, au même titre que celle que vous avez conduit, avec pertinence, pour ce qui concerne les médecins généralistes et certains spécialistes, à ouvrir des centres de santé délocalisés répondant mieux aux besoins de la population de Saône et Loire.

Afin de vous rendre plus palpable les conséquences de ce problème, voici quelques-unes des véritables situations de détresse dans lesquelles se sont retrouvées des personnes, face à l’absence de possibilités d’obtention de rendez-vous dans un délai raisonnable dans les cabinets dentaires et aussi et surtout pour des cas d’urgence les week-ends :

- Un jeune homme de trente-six ans avec une rage de dents, aucune disponibilité chez son dentiste pour le recevoir en urgence, trois jours plus tard, il était admis à la polyclinique du Val de Saône pour une opération en urgence suite à des kystes dentaires infectés avec risque de septicémie. Il a dû être hospitalisé dix jours et dû subir deux opérations.

- Une jeune femme de trente-sept ans avec une rage de dents le jeudi, a contacté son dentiste le vendredi pour un RDV en urgence resté sans réponse, a contacté quarante-six dentistes le samedi, seul cinq dentistes lui ont répondu, lui indiquant qu’il fallait qu’elle joigne le 15 le dimanche. Le dimanche, après plus d’une heure trente d’attente pour avoir un dentiste de garde, on lui apprend qu’on ne pouvait pas la recevoir car les urgences dentaires du dimanche sont de 9 h à 12 h et sur seulement deux villes (Autun et Charnay-les-Mâcon) pour tout le département de Saône et Loire.

- Un homme d’une cinquantaine d’années qui a dû supporter deux mois une douleur dentaire, n’ayant pu obtenir un rendez-vous à une échéance plus raisonnable.

 

Le constat est qu’aujourd’hui, il y a une réelle carence de dentistes sur le département avec notamment des difficultés accrues en cas d’urgence le weekend. Devoir attendre plusieurs semaines voir même plusieurs mois avant de pouvoir se faire soigner c’est risqué l’aggravation de son état de santé général, les choses peuvent se dégrader très rapidement.

Bien qu’étant informés que le conseil départemental n’a que peu d’obligations en matière de santé (une missive a été adressée par ailleurs à l’Agence Régionale de Santé), nous vous interpellons tout de même car il est temps que quelqu’un fasse cesser cette situation scandaleuse, d’autant qu’elle affecte très probablement plus fortement certains groupes sociaux (personnes âgées, handicapées ou au RSA...) globalement moins mobiles géographiquement, pour lesquels votre collectivité porte une responsabilité particulière.

La CGT revendique l’accès aux soins pour toutes et tous sur l’ensemble du territoire.

 

Nous vous demandons donc en tant que Président du Conseil Départemental d’agir, en interpellant les services de l’État mais aussi et surtout en mettant à court terme des moyens financiers pour implanter des cabinets dentaires avec des professionnels salariés par le département ou mettre à disposition des dentistes les six centres de santé et ses antennes qui seraient plus accessibles et surtout un service d’urgences dentaires pour les week-ends.

Nous restons à votre disposition pour tout échange,

Veuillez agréer nos salutations distinguées,

Mme QUANDALLE Emilie – Secrétaire Générale de l’Union Locale CGT de Mâcon