Françoise Mathieu–Humbert, directrice du Centre de Formation Automobile de Mâcon depuis seize ans, s'apprête à quitter ses fonctions dans les prochains jours pour une retraite bien méritée. Ce matin, elle est revenue sur les temps forts de son parcours au CFA pour macon-infos.

 

« Seize ans au CFA c'est beaucoup d'émotions, de richesses, de rencontres avec les jeunes, les familles, les salariés et les équipes de travail. C'est aussi beaucoup de temps forts dans nos milieux de formation. Il n'y a pas eu que les rentrées mais aussi les examens. Ces dernières années, nous avons traversé des périodes un peu lourdes avec ce confinement. Et l'objectif de maintenir coûte que coûte des formations auprès de nos jeunes pour qu'ils gardent le contact avec le CFA et l'entreprise, nous a amené à multiplier nos relations avec chacune d'elles.

Avant de prendre la direction de l'établissement, je venais de la Chambre de Commerce et d'Industrie. Je m'occupais de la formation continue du secteur tertiaire des salariés de l'entreprise et des demandeurs d'emploi.

Ici, nous étions dans un milieu complètement différent, celui de la formation professionnelle et de l'apprentissage.

J'ai eu également la satisfaction de travailler sur la réforme de l'apprentissage qui est une réforme fondamentale. Un virage que le CFA a bien pris.

Aujourd'hui, c'est quand même une fierté de voir que l'établissement accueille autant de jeunes et que l'on soit une vraie référence dans le milieu de la formation automobile et de l'apprentissage.

Depuis deux, trois ans, les effectifs sont en hausse mais 2021 est une rentrée vraiment exceptionnelle. C'est le résultat d'un travail d'équipe. D'une recherche de formations plus diversifiées sur des créneaux destinés à un public un peu différent, celui des demandeurs d'emploi et des adultes.

J'ai toujours aimé travailler dans le milieu de la formation, même si formation et apprentissage sont deux mondes différents. Il est vrai que certains matins, lorsqu'il fallait gérer des problèmes et trouver des solutions, c'était un peu épuisant, mais lorsque l'on rebondit, on se dit que c'est gratifiant. Et de voir nos jeunes quelques temps après, en place dans le monde professionnel et heureux de nous retrouver de l'autre côté de la barrière est une belle satisfaction. Certains sont devenus créateurs d'entreprise, d'autres maîtres d'apprentissage ou encore formateurs de jeunes. La réussite des jeunes en lien avec les entreprises est le plus important pour moi. Le CFA forme mais accompagne également. Il joue un rôle social et professionnel important. Au fil de ces années, on a beaucoup renforcé ce volet là, qui est indispensable.

L'établissement s'est aussi fortement investi dans l'olympiade des métiers avec de bons résultats dans ses sélections.

La formation est un milieu très riche qui apporte beaucoup de joies dans une carrière professionnelle. Je ne regrette pas du tout ce parcours.

À présent, une page va se tourner...

En tant qu'adjointe à la mairie de La Roche Vineuse, j'aurai d'autres dossiers à traiter. Je suis également investie dans des responsabilités associatives.

Je souhaite à la nouvelle équipe de réussir, de continuer sur cette lancée et de faire évoluer l'établissement en fonction des enjeux qui vont se profiler à l'avenir. »

 

Propos recueillis par Maryse Amélineau