Communiqué Femmes Solidaires comité de Saône-et-Loire :

 

Valérie Bacot ou les multiples peines

 

Femmes Solidaires a toujours dénoncé les violences faites aux femmes dans le cadre familial et dans toutes les situations.

De toute la France, les médias, les hommes, les femmes sont particulièrement attentifs autour du procès de Valérie Bacot.

Comme Femmes Solidaires l'a fait par le passé pour d'autres victimes, comme nous le faisons chaque jour, Femmes Solidaires ne cautionne pas les multiples peines subies par Valérie Bacot.

Sa vie, de sa petite enfance à sa vie de femme et de mère, n'est remplie que de peines subies. Cette fille, cette adolescente, cette femme, cette mère, violée, violentée, rabaissée par les injures, prostituée, n'a été victime que de peines atteignant sa dignité.

De plus, cette semaine, être obligée de raconter une nouvelle fois sa vie, son histoire, puis entendre ses enfants, sont encore des moments douloureux et concrétise encore une fois toutes les violences subies. Tuer n'est pas rien et Valérie Bacot le sait bien. Pour ses enfants, c'est elle qui est passé à l'acte. Comme l'ont dit ses enfants, c'était lui ou elle, l'issue fatale approchait et c'est elle, qui pour une fois a pris la décision d'en finir.

Femmes Solidaires sera toujours aux côtés des femmes victimes de violences. Le mouvement Femmes Solidaires se félicite que toutes les instances de l'état se mobilisent pour aider les femmes, et mettent en place des moyens au service des victimes. MAIS CE N'EST PAS SUFFISANT.

Il faut aussi apprendre depuis le plus jeune âge, le respect entre filles et garçons.

Il faut que tous les services de l'état et les entreprises bénéficient de formation sur l'accueil des femmes victimes de violences. Il faut que Hommes et Femmes œuvrent pour l'égalité, dans le travail, pour les salaires. Personne ne doit se sentir supérieur à l'autre.

Ouvrons partout en France des maisons d'accueil réservées aux femmes en danger.

ET NE NOUS TAISONS PAS.

Quand nous sommes témoins de violences envers des filles, des adolescentes, des femmes, avertissons les autorités, aidons les victimes, comme en cas de crues ou de larcins dans nos quartiers, nos villages...

SOYONS SOLIDAIRES ET VIGILANTS.