vendredi 18 juin 2021

Communiqué :

 

Pour une région qui vous protège : assurer la sécurité dans les transports, dans les lycées et les espaces publics

 

En Bourgogne Franche-Comté, on observe des tendances à la hausse pour les violences dans les transports, les violences dans les établissements scolaires (notamment les collèges et les lycées) ou à leurs abords, et les violences dans les lieux publics, qui ne sont guère différentes de celles remarquées dans le reste du pays. Par ailleurs, l’année 2020 et le début de l’année 2021 ont été émaillées de nombreuses scènes de violences urbaines (Nevers, Sens, Dijon, Montbéliard…) dont certaines ont duré plusieurs jours, faisant de nombreux blessés et des dégâts importants tant au domaine public que privé.

Afin de faire face à ces phénomènes que les forces de l’ordre combattent au mieux de leurs capacités opérationnelles, la région peut, par des actions fortes et déterminées, apporter un réel soutien aux acteurs déjà engagés. A cet égard, différents moyens existent, ils peuvent être techniques ou humains.

Au nombre des moyens techniques, la vidéo-protection est un outil particulièrement efficace. Mise en place selon des règles précises et encadrées par la loi, cette technique est à la fois préventive mais peut également être fort utile dans le cadre d’une enquête policière. L’aspect préventif de la vidéo-protection n’est plus à démontrer. Il est désormais acté par différentes études que les délinquants évitent soigneusement les zones qui sont protégées par ces types de matériels. Il en est de même pour la protection des biens privés qui, lorsqu’ils sont équipés de ce genre de dispositifs, sont bien moins souvent attaqués. Cependant, si une attaque ou une agression survient, la présence d’un système de vidéo-protection s’avère fort utile pour les enquêteurs. On ne compte plus en effet le nombre de criminels qui ont été identifiés puis arrêtés grâce à des caméras de surveillance. Fort de ces constats validés par les professionnels de la sécurité, la région développera tout un programme d’aide à l’installation de ces types de dispositifs, en particulier vis à vis des locaux, des bâtiments et des installations les plus vulnérables.

La sécurité dans les transports sera également une priorité. Pour cela, en dehors des dispositifs techniques d’alerte et de surveillances mis en place, la région favorisera le recrutement d’agents de sécurité armés qui seront déployés dans les trains, les véhicules de transport en commun et les gares. Cette présence effective et dissuasive, en étroite collaboration avec les autres services concernés (police, gendarmerie et polices municipales), viendra renforcer les forces de l’ordre et contribuera à la sécurisation de l’ensemble du réseau ferroviaire et routier régional.

En ce qui concerne les lycées, en étroite collaboration avec les services de l’éducation nationale et en partenariat avec les chefs d’établissements et les enseignants, un programme, visant à améliorer la sécurité dans et aux abords des lieux d’enseignements sera mis en œuvre. Sur la base d’un plan de sécurité concerté pour chaque lycée, la région participera au financement des équipements indispensables mais aussi au recrutement d’agents de sûreté. Une unité mobile régionale de sûreté sera ainsi constituée et mise à la disposition, en tant que de besoin, des chefs d’établissements qui en feront la demande. Une attention particulière sera apportée aux abords des lycées, lieux particulièrement propices aux trafics de stupéfiants, aux violences et au racket. La sécurité de nos enfants n’est pas négociable !

Enfin, en étroite collaboration avec les services de police et de gendarmerie, les lieux publics les plus criminogènes seront identifiés pour être équipés en matériels de surveillance. Reliés à des centres de gestion opérationnelle, la sécurisation de ces sites sera ainsi optimisée et les délais d’intervention des forces de l’ordre s’en trouveront raccourcis.

Une fois élu, dans le cadre « d’une région qui vous protège », Julien Odoul, tête de liste du Rassemblement National et de ses alliés, mettra en œuvre un plan de sécurité et de sûreté cohérent, efficace et novateur à l’échelle de toute la région pour assurer la protection des Bourguignons et des Francs-Comtois. Les actes prendront le pas sur les mots pour que la Bourgogne Franche-Comté redevienne au plus vite un territoire où il fait bon vivre.

 

Olivier Damien, ancien commissaire divisionnaire de police

Tête de liste de L’Avenir Français en Saône-et-Loire sur la liste de Julien Odoul

 

COVID-19 : 28 classes fermées en Saône-et-Loire

Le nombre de classes fermées est divisé par 2 dans l'académie

PANNE NATIONALE DE TÉLÉPHONE : Retour à la normale pour les numéros d'urgence

ACTUALISÉ à 10 h 30. Par précaution, les numéros alternatifs resteront fonctionnels tout le week-end

Régionales : Toujours pas de Beuvray cette année pour les socialistes

A moins d’un mois des Régionales ils n’ont pas souhaité se rassembler avec leurs amis là où Arnaud Montebourg les avait entraînés à partir de 2004.

Le moustique-tigre sous surveillance en Bourgogne - Franche-Comté

Il peut être vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et Zika.

RÉGION BFC : La commission permanente attribue 65,5 millions d'€ d'aides

Le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté octroie notamment une prime exceptionnelle covid de 1.200 euros par mois aux élèves des instituts de formation paramédicale en stage qui sont réaffectés en renfort dans les établissements de santé.