jeudi 6 mai 2021

 

Étude du patrimoine archéologique et partage des connaissances : l’Inrap lance un plan de recrutement de 75 archéologues en CDI en 2021

 

La publication de la plus ancienne carte en Europe (dalle de Saint-Bélec), les expertises à Notre Dame de Paris, l’étude du site de l’Ilet à Guillaume à La Réunion (retenu par l’édition 2021 du Loto Patrimoine), la mise au jour des sépultures préhistoriques de Casseneuil, l’analyse des centres anciens de Montauban ou Limoges... et les centaines d’autres sites fouillés ces derniers mois par l’Inrap éclairent la richesse de notre patrimoine et sa nécessaire préservation.

Aujourd’hui, l’intérêt pour le patrimoine archéologique reste toujours aussi populaire. Selon un sondage Inrap et Harris-Interactive (cf. inrap.fr) : 83 % des personnes interrogées déclarent que « développer et soutenir l’archéologie est important pour leur pays » et 92 % des Européens sont favorables au principe de l’archéologie préventive.

En France, malgré d’autres urgences qui ont surgi durant la pandémie de la Covid-19, l’Etat a soutenu de façon inégalée l’action des archéologues. Les missions principales de l’Inrap (la préservation du patrimoine par l’étude et le partage des connaissances) s’en trouvent renforcées et nécessitent donc de conforter nos équipes.

 

Anticiper la transmission des savoirs et des savoirs faire : le recrutement de 75 archéologues en CDI, dès 2021

Pour préparer le renouvellement des compétences et assurer la transmission des savoirs, l’Inrap vient de lancer, fin mars 2021, un plan de recrutement de 75 archéologues en CDI. Celui-ci a vocation à aboutir d’ici l’été. Il s’ajoute au premier plan de recrutement engagé en 2020 malgré les aléas de la crise sanitaire et qui avait permis le recrutement effectif de 16 nouvelles et nouveaux archéologues en CDI à l’automne dernier. Dans le contexte, ce plan de recrutement de près d’une centaine d’agents de très haut niveau en 2 ans est, évidemment, un effort important.

Il est trois fois supérieur au nombre de départs à la retraite attendus sur 2020-2021

 

Assurer la pérennité des missions de l’Institut et sa dimension scientifique unique en Europe : l’élaboration d’un plan de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences à moyen et long terme

À partir de 2024 et jusqu’à 2032, plusieurs centaines d’archéologues de l’Inrap vont partir à la retraite. Pour s’y préparer et anticiper au mieux cette situation, l’établissement public élabore un plan de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences qui sera finalisé dès 2022 et permettra à l’Institut de faire face au « choc démographique et scientifique » induit par la pyramide des âges des agents de l’Inrap avec un objectif de 800 recrutements en CDI sur la période.

 

Un modèle social ambitieux et assumé

Au-delà de cette démarche, l’Inrap assume et continue à mettre en œuvre un modèle social ambitieux et assumé. Malgré la très grande variabilité de son activité dans le temps et dans l’espace (plus de 40% de son activité s’inscrit dans le cadre d’une activité ouverte à la concurrence), l’établissement a fait le choix de sécuriser un niveau élevé de 90 % d’agents en contrats à durée déterminée. Les agents recrutés en CDD le sont, eux, pour des besoins ponctuels répondant à des surcroîts temporaires d’activité.

 

L’Inrap

L’Institut national de recherches archéologiques préventives est un établissement public placé sous la tutelle des ministères de la Culture et de la Recherche. Il assure la détection et l’étude du patrimoine archéologique en amont des travaux d’aménagement du territoire. Il réalise chaque année plus de 2 000 opérations archéologiques (diagnostics et fouilles) pour le compte des aménageurs privés et publics, en France métropolitaine et outre-mer.

Ses missions s’étendent à l’analyse et à l’interprétation scientifiques des données de fouille ainsi qu’à la diffusion de la connaissance archéologique. Ses 2 200 agents, répartis dans 8 directions régionales et interrégionales, 42 centres de recherche et un siège à Paris, en font le plus grand opérateur de recherche archéologique européen.

 

Quelques chiffres

Budget : 162 millions d’euros

Recherche : 22 000 journées de travail consacrées à la recherche

Publics en 2020 : 2 130 000 visiteurs ont bénéficié d’actions de valorisation partout en France avec plus de 520 initiatives en régions malgré la crise sanitaire

 

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ - Confinement du printemps 2020 : les plus modestes plus fragilisés

En Bourgogne-Franche-Comté, près de 20 % des personnes de plus de 15 ans estiment que leurs finances se sont dégradées lors du premier confinement du printemps 2020 mis en place pour juguler l’épidémie de Covid-19. L'analyse de l'INSEE en détail.

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Une décroissance lente de l’épidémie, mais toujours de fortes de tensions hospitalières

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
La vaccination s’ouvre dès ce week-end aux + de 18 ans présentant au moins une comorbidité, notamment une obésité. NDLR : Rappelons que 1,8% (1,9% la semaine dernière) des personnes positives au covid sont décédées en France depuis le début de l'épidémie ; 2,0% des personnes positives dans le monde (2,12% la semaine dernière). Des chiffres qui replacent les choses dans leur juste mesure. 

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : 578 interventions « prévention Covid » en 2021 par l'Inspection du travail

Compte tenu de la dégradation de la situation sanitaire, le protocole national pour la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de Covid-19 a été actualisé fin mars.

SEGUR DE LA SANTÉ : Une 1ère enveloppe de 31 millions d'€ pour les établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté

Le GHT Bourgogne Méridionale reçoit 924 300€, dont 508 500€ pour l'hôpital de Mâcon. En Saône-et-Loire, la plus grosse enveloppe va à l'hôpital de Montceau-les-Mines.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : La 3ème vague épidémique n'a pas impacté la courbe des décès en mars

En Bourgogne-Franche-Comté, la mortalité évolue au niveau d'un plancher similaire à celui du mois de mars 2019 (source INSEE).

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Les réponses apportées par le Conseil régional à la crise conséquente au covid

Ce vendredi 9 avril, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a présenté son compte administratif et voté un budget supplémentaire. La commission permanente a décidé de nouveaux engagements financiers. Des fonds européens viennent abonder le plan de relance régional.

Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme : Tous en bleu le 2 avril

Le déploiement des unités d’enseignement maternelles et élémentaires se poursuit en Bourgogne-Franche-Comté sous la conduite de l’ARS et des services de l’Education nationale.