Les professionnels du spectacle, les chômeurs et les précaires étaient en action ce matin vendredi 9 avril devant le Pôle Emploi de Mâcon, pour une convergence des luttes.

 

C’est une action qui tombe à point nommé que cette opération coup de poing avec distribution d’un communiqué à l’entrée du Pôle Emploi de Mâcon, cela pour ne pas perturber le travail des employés et surtout l’accueil des ayants-droits.

« Occupons Mâcon », mouvement lancé depuis maintenant trois semaines à l’initiative du monde du spectacle mâconnais et qui a rejoint le mouvement national en occupant le théâtre de Mâcon, artistes des planches et de la rue, musiciens, comédiens, chanteurs, techniciens, voulaient, dès le début, s’adresser aussi à la précarité de tous, smicards, chômeurs, en fin de droit, travailleurs à temps partiel …

 

Ce matin leur action avait un goût d’actualité particulier, l’Unédic ayant publié hier une étude sur l’impact de la crise sanitaire sur l’emploi des intermittents du spectacle en 2020, véritable coup de massue porté à ce monde de la culture. Selon cette étude le revenu brut mensuel des intermittents du spectacle a diminué de 400 euros pendant cette année avec d’importantes disparités entre les différentes branches et selon les métiers du secteur culturel.

« Et cela continuera et empirera pour certains avec la réforme de l’assurance chômage entrant en vigueur le premier juillet, et qui touchera, elle, tous les métiers du spectacle et autres, réforme qui risque d’amputer les aides mensuelles de quelque 300 euros, cela pour des millions de personnes. » préviennent les manifestants.

« Autant se dire que ce mouvement social ne pourrait que prendre de l’ampleur à la vue des personnes concernées si celles-ci prennent conscience des dangers des réformes annoncées. Nous sommes là pour ça » annoncent-ils.

 

Nous ne reviendrons pas sur le cahier de revendications que nous avons développé dans nos articles les semaines précédentes, cahier qui s’adresse à tous les travailleurs, travailleuses privé.e.s d’emploi, y compris les primo-rentrants et précaires en emploi discontinu bien au-delà du monde de la culture.

 

« La crise sanitaire est un véritable train avec ses wagons, confinement, couvre-feux, fermeture des commerces non-essentiels, télé travail, enseignement distanciel-présentiel … qui peut en cacher un autre à venir : une crise sociale inédite amenant à une paupérisation d’une grande partie de la population.

Avec une prise de conscience, par le monde du travail, de lendemains qui déchantent. l’automne risque bien de prendre feu au niveau social… » 

MsP

 

 

Rencontre avec la directrice de Pôle emploi