Le Préfet de Saône et Loire, Julien Charles, accompagné des présidents du Département, de la Communauté d'Agglomération, du Pole d'équilibre territorial rural, des 10 appellations de Saône Et Loire, des Caves coopératives et du député Benjamin Dirx, s'est rendu au domaine Cheveau ce vendredi, pour dialoguer avec les viticulteurs et trouver des solutions suite aux nuits de gel qui ont fait de gros dégâts dans les vignes.

«  Il est encore un peu tôt pour dresser un bilan du gel, mais il y a déjà beaucoup de dégâts, en effet », a indiqué Aurélie Cheveau, présidente du cru Pouilly-Fuissé. Les dessus ont pris beaucoup mardi matin en gelée noire, cela a continué avec des gelées blanches. Les mi-coteaux sont un peu plus épargnés mais de toutes façons, il n' y a pas une vigne qui ne soit vraiment épargnée. On est sur un minimum de 20 à 30 % sur les vignes les moins touchées et je pense qu'on peut aller sur du 100% avec certaines vignes. Il n'y avait pas grand chose à faire étant donné les températures annoncées. Les bougies ont protégé un peu mais la nature reprend ses droits.Toute l'appellation Poully-Fuissé a été touchée de 30 à 70 %. Les impacts commerciaux vont se greffer par dessus. »

« Le Département va adapter ses dispositifs, en complément de l'État, pour tenir compte de cette situation. Il faut faire le point pour voir l'étendue des dégâts mais là aussi, vous pourrez encore compter sur le Département » a tenu à dire André Accary, son président.

« Tout le monde vous soutient aujourd'hui » a renchéri le député Benjamin Dirx. « À l'Assemblée nationale, il y a déjà un courrier parti hier pour demander au ministre de déclencher tous les mécanismes possibles pour venir en aide aux viticulteurs. Le cabinet du ministre a reçu les assureurs hier soir. Ensuite, il faut voir sur le long terme ce que l'on peut faire après. Il faut regarder les différents leviers, fiscalité, épargne, sur lesquels il faudra s'appuyer. Il faut travailler également sur la recherche, les bougies, l'hélicoptère et sur l'investissement demain. On reste à votre écoute. »

Parmi les questions soulevées par les viticulteurs, de nombreuses pistes ont été évoquées comme les défis techniques, la fiscalité, les charges sociales, la question des assurances et l'idée d'une mutualisation, le fermage, le problème du stock moyen (19 mois), le maintien des crédits, la défiscalisation des stocks dans les bilans.

« La situation est très compliquée pour les viticulteurs. Nous apportons aujourd'hui les dispositifs de soutien. Il faut en profiter », a conclu Benjamin Dirx.

Le préfet a poursuivi sa visite par Chânes pour le Beaujolais, Prissé pour les Saint Véran/Mâcon, Azé/Igé pour finir sur Lugny/Chardonnay.

M.A.

 

Photos : M.A.

 

Françoise de Lostende, Présidente de l'ODG Pouilly/Vinzelles/Loché

Aurélie Cheveau

 

Julien Charles, André Accary & Benjamin Dirx.

A leurs côtés également, Jérôme Chevalier, président de L'Union des Producteurs de Vin Mâcon

Avec Marie-Pierre Manciat à Chaintré

À Prissé