samedi 17 avril 2021


 

Communiqué de l’Agence régional de la Santé de Bourgogne-Franche-Comté :

 

Troisième vague de l’épidémie : dernier palier d’augmentation des capacités hospitalières, appel aux renforts de soignants

Face à l’afflux des patients qui nécessitent une hospitalisation, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté demande aux établissements de santé de déclencher l’ultime palier d’augmentation de leurs capacités de prise en charge en médecine et en réanimation, et en appelle aux renforts pour appuyer les soignants.

La troisième vague de l’épidémie se traduit désormais par une augmentation rapide du nombre de patients présentant des formes graves de la COVID et nécessitant une hospitalisation en Bourgogne-Franche-Comté.

Plus de 1 350 personnes sont prises en charge à ce jour dans les hôpitaux de la région, dont plus de 180 en soins critiques.

Ce mercredi 7 avril, l’ARS a demandé aux établissements de santé de la région de mettre en œuvre les mesures prévues dans le cadre de la stratégie territorialisée de prise en charge des patients COVID + correspondant au dernier palier d’augmentation des capacités d’hospitalisation dédiées à cette prise en charge.

Objectifs : garantir à chaque patient le nécessitant un lit en service de médecine ou une prise en charge dans les services de réanimation ou de soins intensifs, renforcer la gradation territoriale des unités de soins critiques pour fluidifier les parcours, accroître la mobilisation des services d’aval (soins de suite et de réadaptation /SSR, hospitalisation à domicile /HAD) ...

Les mesures prises par les établissements doivent permettre de mobiliser jusqu’à 1 700 lits de médecine pour les patients atteints de COVID-19, 140 lits de soins intensifs et 300 lits de réanimation.

De nouvelles déprogrammations

L’ouverture de ces nouvelles capacités nécessite de réaffecter d’importantes ressources humaines médicales et soignantes à la prise en charge de patients souffrant de formes sévères de COVID-19, et donc d’augmenter le niveau de déprogrammation des activités chirurgicales et/ou médicales non urgentes, dont le report n’engendre pas de risque de perte de chance pour les patients.

Ces déprogrammations font l’objet de décisions collégiales de la communauté médicale de chaque établissement prises au regard de l’état de santé de chaque patient.

Appel à renforts sur la plateforme RenfortRH

Pour faire face à ce nouvel afflux de patients, l’ARS en appelle également aux renforts des soignants. Tous les professionnels de santé disponibles sont invités à s’inscrire sur la plateforme nationale de renfort et de solidarité développée par le ministère des Solidarités et de la Santé.

Le site permet la rencontre entre les structures sanitaires, sociales et médico-sociales qui expriment une demande de renfort et les professionnels prêts à s’y engager.

Qu’ils soient salariés ou libéraux, étudiants ou retraités, les volontaires sont sollicités dans toute la diversité de leurs compétences.

Chaque professionnel est invité à s’inscrire sur la plateforme en renseignant ses coordonnées, ses disponibilités et ses compétences. Il est ensuite recontacté directement par les structures demandeuses.

En savoir plus : https://www.bourgogne-franche-comte.ars.sante.fr/plateforme-renfort-rh-crise-mise-en-relation-professionnelsetablissements

 

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : L’épidémie continue de progresser dans la région

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
+8,8 % de tests positifs et 24 personnes en réanimation en Saône-et-Loire. Rappelons quand même que 1,9% des personnes positives sont décédées du covid en France depuis le début de l'épidémie ; 2,08% dans le monde. Des chiffres qui replacent les choses dans leur juste perspective. 

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Les réponses apportées par le Conseil régional à la crise conséquente au covid

Ce vendredi 9 avril, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a présenté son compte administratif et voté un budget supplémentaire. La commission permanente a décidé de nouveaux engagements financiers. Des fonds européens viennent abonder le plan de relance régional.

COVID-19 - Académie de Dijon : Le nombre de classes fermées a bondi dans toute l'académie

Le rectorat établit un point de situation au jeudi 1er avril. En Saône-et-Loire, les écoles de Crêches-sur-Saône et Lucie Aubrac à Blanzy sont les plus fortement impactées par cette 3ème vague de covid.

Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme : Tous en bleu le 2 avril

Le déploiement des unités d’enseignement maternelles et élémentaires se poursuit en Bourgogne-Franche-Comté sous la conduite de l’ARS et des services de l’Education nationale.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : 131 places supplémentaires ouvertes dans les IFSI de la région ; 60 dans les IFAS

La présidente de la Région et le directeur de l'ARS étaient au centre hospitalier de Mâcon ce lundi 29 mars afin de présenter les engagements financiers significatifs au service du système de santé, des équipements et de la formation des soignants. ACTUALISÉ : le point sur la situation épidémique en Saône-et-Loire.

ÉDUCATION NATIONALE : Les profs appelés à la grève ce mardi

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
Plusieurs orgnaisations syndicales appellent les enseignants de l'académie de Dijon à la grève ce mardi 23 mars.

BOURGOGNE - Cité des vins : 1ère pierre le 29 mars à Mâcon !

CITE VINS BOURGOGNE VIDEO - 1.jpg
L'interprofession annonce le lancement des travaux sur les trois sites Beaune, Chablis et Mâcon. À voir aussi, la vidéo de présentation des trois sites de la future cité.

VINS DE BOURGOGNE : Sotheby's est le nouveau partenaire des Hospices de Beaune

La plus ancienne et la plus célèbre vente de vins caritative du monde a terminé son contrat avec Christie's. Pour cinq ans, Sotheby's est le nouveau partenaire des Hospices de Beaune.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Marie-Guite Dufay demande à Olivier Véran que les infirmiers libéraux puissent vacciner contre le covid-19

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
La Présidente de Région, interpellée par le conseil de l’Ordre des infirmiers de BFC, écrit ce jour à Olivier Véran pour lui faire part de son incompréhension. « A l'heure où la vaccination doit plus que jamais s'intensifier, il est incompréhensible que nos infirmiers et infirmières libérales ne soient pas autorisés par le gouvernement à vacciner au même titre que les sages-femmes et les…