jeudi 13 mai 2021

 

Communiqué du BIVB

Depuis 2012, à la demande de ses élus, le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB) ne traduit plus jamais le nom « Bourgogne », quel que soit le pays. L’objectif : aider les consommateurs à s’y retrouver, en mettant enfin en cohérence les étiquettes de nos vins et le nom du vignoble où ils sont nés.

Les vins de Bourgogne jouissent d’une belle renommée à travers le monde : une bouteille de vin de Bourgogne sur deux est vendue à l’export dans près de 170 pays. Toutefois, plus le consommateur vit loin de France, plus il peine à comprendre notre système d’appellations. Il se repère grâce à l’origine, le nom de notre vignoble. Il est donc indispensable d’afficher un seul nom puissant, synonyme d’excellence et de respect des origines : Bourgogne.

Historiquement, la Bourgogne est le seul vignoble français dont le nom est traduit dans diverses langues : « Burgundy » chez les anglophones, « Burgund » chez les germanophones, « Borgogna » en Italie... et bien d'autres selon les pays. Un héritage très ancien, dont l’origine est à puiser dès la construction de la région, qui est depuis toujours un carrefour d’échanges entre l’Europe du nord et du sud, de l’est et de l’ouest.

Ainsi, les producteurs et amateurs de vins de Bourgogne vivent dans un paradoxe. Les 200 millions de bouteilles de vins de Bourgogne commercialisées chaque année portent le nom « Bourgogne » sur leur étiquette : via leur appellation (Bourgogne, Crémant de Bourgogne, Bourgogne Aligoté...) ou la mention « Vin de Bourgogne / Grand vin de Bourgogne ». Pourtant, c’est bien dans un rayon intitulé Burgundy, Burgund, Borgogna... que les consommateurs vont acheter ces vins.

De quoi les rendre schizophrènes !

« Il nous est apparu nécessaire de revenir à notre nom d’origine,  Bourgogne, afin d’affirmer notre vraie identité, de manière unie et collective » explique François Labet, Président du BIVB. « Je dirais que, si nos appellations sont nos prénoms, alors Bourgogne est notre nom de famille. Celui qui nous réunit tous, avec nos valeurs communes et toute la diversité de nos vins. On ne traduit pas un nom de famille ! »

Petit à petit, les choses évoluent et l’on commence à voir apparaître, dans les medias ou sur certains sites partenaires à l’étranger, le mot Bourgogne, en français dans le texte. Cette position est assez bien comprise, même si les habitudes mettent du temps à évoluer. « Alors que “Burgundy” est le nom le plus connu pour ce vignoble français dans les pays anglophones, je garde à l’esprit que tous les autres vignobles français conservent leur nom d’origine, où qu’ils soient référencés dans le monde. Aussi, je comprends parfaitement pourquoi la Bourgogne ne veut plus être une exception et choisit de mettre fin à l’usage de son nom en anglais » explique Patrick Schmitt (Rédacteur en chef, The Drinks Business).

Egalement interrogé, Julien Camus, Président de la Wine Scholar Guild déclare : « Les terroirs, dont nous œuvrons à promouvoir et expliquer les identités à travers le monde, sont non seulement ancrés dans un lieu géographique, mais aussi dans une réalité culturelle et historique dont la langue est une composante majeure. Traduire le nom d’une région, c’est déjà lui retirer un peu de son identité. C’est pourquoi il nous tient à cœur de toujours nommer les régions viticoles dans la langue de leurs habitants. Elles en gardent l’accent qui les rend unique. »

 

 

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : L’épidémie recule doucement sans desserrer encore son étau sur l’hôpital

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
La vaccination s’ouvre dès lundi aux jeune de 16-17 ans présentant une pathologie à très haut risque de forme grave. NDLR : Rappelons que 1,83% des personnes positives au covid sont décédées en France depuis le début de l'épidémie ; 2,09% des personnes positives dans le monde. Des taux qui ne varient pas et qui replacent les choses dans leur juste mesure. 

VINS BOURGOGNE : Thiébault HUBER, réélu à la tête de Confédération des Appellations et des Vignerons de Bourgogne pour quatre ans

Jérôme Chevalier (Charnay) et Michel Barraud (Prissé) sont respectivement Président adjoint et trésorier.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ - Confinement du printemps 2020 : les plus modestes plus fragilisés

En Bourgogne-Franche-Comté, près de 20 % des personnes de plus de 15 ans estiment que leurs finances se sont dégradées lors du premier confinement du printemps 2020 mis en place pour juguler l’épidémie de Covid-19. L'analyse de l'INSEE en détail.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : 578 interventions « prévention Covid » en 2021 par l'Inspection du travail

Compte tenu de la dégradation de la situation sanitaire, le protocole national pour la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de Covid-19 a été actualisé fin mars.

SEGUR DE LA SANTÉ : Une 1ère enveloppe de 31 millions d'€ pour les établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté

Le GHT Bourgogne Méridionale reçoit 924 300€, dont 508 500€ pour l'hôpital de Mâcon. En Saône-et-Loire, la plus grosse enveloppe va à l'hôpital de Montceau-les-Mines.

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ : La 3ème vague épidémique n'a pas impacté la courbe des décès en mars

En Bourgogne-Franche-Comté, la mortalité évolue au niveau d'un plancher similaire à celui du mois de mars 2019 (source INSEE).

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Les réponses apportées par le Conseil régional à la crise conséquente au covid

Ce vendredi 9 avril, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a présenté son compte administratif et voté un budget supplémentaire. La commission permanente a décidé de nouveaux engagements financiers. Des fonds européens viennent abonder le plan de relance régional.