mardi 20 avril 2021

Communiqué

Samedi 30 janvier la Coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale a appelé à des rassemblements pour les libertés dans toute la France, contre la loi « Sécurité globale », le fichage et les violences policières. Pari réussi contre vents, pluies et marées : 60 marches et rassemblements ont été dénombrés. Ce sont au total plusieurs dizaines de milliers de manifestant·es qui se sont mobilisé·es dans le calme et sans violences. Partout, une grande jeunesse, une même détermination, un enracinement renouvelé, et la même fougue : l'appel des libertés.

A Mâcon déjà quatre rassemblements se sont tenus avec la même détermination: fêtes et rassemblement pour les libertés face au gouvernement. Samedi 27 février une manifestation départementale aura lieu à Chalon !

Aussi, Samedi 27 à 14h, nous repartirons de l’esplanade du port Villiers, pour une carna’marche des libertés regroupant des artistes (qui ne peuvent plus se produire ) des adeptes du sound système, qui toutes et tous partagent notre attachement aux libertés. Des covoiturages sont organisés depuis Mâcon et Cluny :

Départs à 13H00 : un départ de Cluny (devant l'ancienne gare) un départ de Macon Sud (parking de covoiturage de l'autoroute) et un départ de macon Nord (parking de Covoiturage de Macon Nord)

En 1898, dénonçant les « lois scélérates » de 1893 et 1894 visant à réprimer le mouvement anarchiste, Léon Blum écrivait « : dirigées contre les anarchistes, elles ont eu pour résultat de mettre en péril les libertés élémentaires de tous les citoyens. » 

Aujourd'hui, sous le prétexte de la lutte contre le terrorisme nous constatonsdepuis une dizaine d’année une avalanche de lois liberticides et sécuritaires. Cela s'accélère aujourd'hui et conduit à faire de chacun de nous un suspect, dangereux à priori, parce que susceptible de passer à l'acte. A quand une Police de la pensée ? Parce que nous refusons une société dans laquelle l'individu serait appelé à répondre de ce qu'il est et non plus de ce qu'il fait, nous appelons donc les citoyens  à une manifestation départementale pour exiger le retrait :

• de la proposition de loi "Sécurité Globale" dans son intégralité,  

• du nouveau Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO),

• des trois décrets du 2 décembre 2020 portant sur l’extension des fichiers de police PASP, GIPASP et EASP, organisant un fichage massif de la population et un contrôle de toutes ses opinions.

• de l'article 18 du projet de loi confortant les principes républicains dite loi Séparatisme » qui trahit ses intentions en n'imposant que des interdits, de nouveaux délits pénaux et des contrôles de toute la population, prenant le risque de rompre l’équilibre historique.

• des articles 6 à 8 du projet de loi confortant les principes républicains» qui laissent planer une épée de Damoclès sur les associations en leur faisant signer er respecter sous peine d’amende, dissolution ou remboursement des subventions, le contrat d’engagement républicain » à ce jour non encore formulé...

Alors que la question policière a été portée au premier plan du débat public avec la révélation par des vidéos amateurs puis par la presse de la multiplication des excès, abus et violences illégitimes des forces de l'ordre, la majorité au pouvoir réagit par l'agression, avec la multiplication sans précédent de lois et décrets répressifs et liberticides qui menacent directement le cœur battant de notre démocratie. Contre la volonté de la population qui demeure solidaire face à l'urgence sanitaire et sociale.

Sous prétexte de "protéger ceux qui nous protègent", le pouvoir politique déploie un arsenal qui renforce d'une part l'impunité des policiers et gendarmes mis en cause dans des violences graves ou mortelles et qui, d'autre part, entrave directement la liberté d'opinion, la liberté d’informer et d’être informé, la liberté d’expression, la liberté d’association, la liberté de manifestation et la liberté de contestation légale de manière générale. Dans un contexte où de plus en plus de secteurs socioprofessionnels sont confrontés à la brutalité de la répression d'Etat, la majorité gouvernementale s'engage dans une vaste offensive liberticide pour instaurer la surveillance de masse et l'extension continue de l'appareil sécuritaire jusqu'à y intégrer des vigiles privés armés.

Le « Beauvau de la sécurité » s'est ainsi ouvert le 1er février en consacrant le mépris du pouvoir exécutif pour les principaux acteurs et représentants de la société civile. L'objectif de cette opération gouvernementale n'est pas de recréer du dialogue ou d'instaurer un équilibre entre la population et les forces de l'ordre, mais d'avaliser des propositions écrites d'avance.

« Des réponses de court-terme » d'abord, destinées à satisfaire les revendications des syndicats policiers les plus bruyants. Mais, précise le site du ministère de l'Intérieur, il s'agit également « de poser les bases de la future loi de programmation de la sécurité intérieure pour 2022 ». Encore une ! Et ce, à des seules fins électoralistes.  

Si les syndicats de policiers et leurs avocats sont bien conviés à ces séances de travail, aucun autre syndicat n'a été sollicité, ni aucune ONG de défense des droits humains ni aucun collectif de victimes non plus.

La souveraineté réside dans le peuple : elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable (1793)

 

Le collectif #Stop Loi Sécurité Globale regroupe  :

AMI 71 –AIAPEC –ATTAC Macon – CIMADE - CCFD  terre solidaire -––  Comité de soutien à la Maskarade- CNNR 71 – Comité de soutien à Jérôme Laronze- Gilets Jaunes 71 - LDH section de Chalon et Macon- Libre Pensée 71—MAN 71 - Planning familial 71 - - Macon citoyen – Solidaires 71 – FSU-SNU71- UL CGT – Confédération paysanne 71 - EELV 71- Parti socialiste 71 - PCF 71- Ensemble 71 - Refondations 71-- La France Insoumise 71- NPA  71- PRG 71

 

SAÔNE-ET-LOIRE : Un Dijonnais, recherché depuis 4 ans, arrêté par les gendarmes à Marmagne

Faisant l'objet d'un mandat d'arrêt pour détention de téléphones en prison, il a été interpellé au cours d'un banal contrôle routier.

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : L’épidémie continue de progresser dans la région

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png
+8,8 % de tests positifs et 24 personnes en réanimation en Saône-et-Loire. Rappelons quand même que 1,9% des personnes positives sont décédées du covid en France depuis le début de l'épidémie ; 2,08% dans le monde. Des chiffres qui replacent les choses dans leur juste perspective. 

Participez au Job Dating Virtuel de l’Industrie le 30 avril. Inscrivez-vous au préalable, c’est obligatoire !

Publi-information - Vous recherchez un emploi ou une formation en alternance dans l’industrie ?...

MÂCON : La ville mise à l’honneur dans le guide vert « Sites & cités remarquables de France »

Michelin, en partenariat avec l’association « Sites & Cités Remarquables de France », publie ce 15 avril un nouveau Guide Vert. Constitué de deux tomes, il réunit près de 300 villes et territoires parmi lesquels Mâcon et son patrimoine sont mis en valeur.

SENNECÉ-LÈS-MÂCON : Après la grève à Carrefour Supply Chain, des salariés devant la justice…

ACTUALISÉ - Requête en référé auprès du TGI de Mâcon : La direction de Carrefour Supply chain déboutée.

MÂCON : Une section sportive football au collège Schuman dès la rentrée

C’est une première ! Si par le passé, l’établissement avait déjà proposé des classes avec option sport (handball et natation), aucune section sportive optimisant à la fois la réussite scolaire et sportive n’avait été développée au collège Schuman. Un manque qui sera comblé à la rentrée prochaine.

FOOTBALL : Le Mâcon Olympique Club est né

La nouvelle association a été présentée ce matin en présence de Jean Payebien, adjoint aux Sports. Elle regroupe quatre clubs de foot : l’UF Mâconnais, le RC Flacé, l’AC Turque et le FC Sennecé au sein d’une seule et unique structure.

MOTARDS EN COLÈRE À MACON : La foule des grands jours sur l'esplanade, contre le contrôle technique moto

Bien longtemps qu'on n'avait pas vu autant de monde rassemblé sur l'esplanade... Les Motards en colère, emmenés par la Fédération du même nom, ont traversé la cité lamartinienne cet après-midi, faisant une halte sur « l'espla » le temps que la délégation dépose une motion en préfecture. À VOIR AUSSI, notre vidéo

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Les réponses apportées par le Conseil régional à la crise conséquente au covid

Ce vendredi 9 avril, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a présenté son compte administratif et voté un budget supplémentaire. La commission permanente a décidé de nouveaux engagements financiers. Des fonds européens viennent abonder le plan de relance régional.