mercredi 14 avril 2021

COVID19_71.jpg

 

Communiqué de l'ARS Bourgogne-Bourgogne-Franche-Comté :

La baisse du taux d’incidence observée dans la région est à mettre au crédit des efforts individuels et collectifs des habitants de Bourgogne-Franche-Comté. Une mobilisation à poursuivre face à la menace sérieuse que constituent les variants du virus présents en tous points du territoire.

À environ 160 pour 100 000 habitants, l’incidence de l’épidémie place cette fois la région en-dessous de la moyenne nationale (185 pour 100 000 habitants). La circulation virale, cependant plus de trois fois supérieure au seuil d’alerte, diminue doucement en Bourgogne-Franche-Comté, preuve que les mesures collectives et les gestes de prévention ont un effet direct sur la trajectoire épidémique.

Ce léger recul ne doit toutefois pas faire oublier la forte contagiosité des variants du virus, qui peut générer un nouveau phénomène d’emballement épidémique. La présence des variants dits sud-africains et brésiliens n’est pas significative sur le territoire régional (un peu plus de 2%).

Santé publique France établit en revanche à 16% le taux de circulation du variant dit britannique. C’est dans la Nièvre que ce variant est le plus actif (30%), chiffre qui reste en-deçà de la moyenne nationale (36%). Ce signal appelle une vigilance particulière, dans un département qui affiche par ailleurs cette semaine un rebond de l’incidence en population générale, contrairement à la tendance régionale.

Toujours au-dessus du pic de la première vague

L’activité hospitalière demeure très soutenue, les établissements de santé de la région n’étant de fait pas sortis de la deuxième vague, avec plus de 1 500 patients pris en charge pour des formes graves de la COVID, soit davantage encore qu’au pic de la première vague.

3 666 décès sont répertoriés en établissements de santé ; 2 146 décès dans les établissements médico-sociaux de Bourgogne-Franche-Comté.

La couverture vaccinale progresse

La campagne de vaccination demeure bien engagée, avec plus de 138 000 personnes ayant reçu une première injection dont plus de 55 000 ont bénéficié d’une deuxième injection (au 17/02). La couverture vaccinale dans les EHPAD et USLD de la région s’élève à près de 68% pour la première injection et plus de 36 % pour les deux injections.

À partir du 25 février, plus de 1 250 médecins de Bourgogne-Franche-Comté, qui ont opéré des commandes auprès des officines, pourront administrer le vaccin AstraZeneca à leurs patients de 50 à 64 ans présentant des comorbidités.

La dynamique vaccinale des plus fragiles et des plus exposés permet de gagner du terrain contre le virus tous les jours. Mais chacun d’entre nous doit s’astreindre sans relâche à poursuivre les efforts pour éviter les contaminations et casser les chaînes de transmission de la COVID-19 le plus précocement, en respectant les gestes barrières et en suivant les préconisations de dépistage et d’isolement au moindre doute.

L’ARS rappelle en particulier qu’à compter de ce lundi 22 février, la durée de l’isolement de tous les patients dont le test sera positif passera de 7 à 10 jours.

 

Tableau_ARS_Bourgogne_-_Franche-Comté_1902.jpg

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Les réponses apportées par le Conseil régional à la crise conséquente au covid

Ce vendredi 9 avril, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a présenté son compte administratif et voté un budget supplémentaire. La commission permanente a décidé de nouveaux engagements financiers. Des fonds européens viennent abonder le plan de relance régional.

COVID-19 - Académie de Dijon : Le nombre de classes fermées a bondi dans toute l'académie

Le rectorat établit un point de situation au jeudi 1er avril. En Saône-et-Loire, les écoles de Crêches-sur-Saône et Lucie Aubrac à Blanzy sont les plus fortement impactées par cette 3ème vague de covid.

Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme : Tous en bleu le 2 avril

Le déploiement des unités d’enseignement maternelles et élémentaires se poursuit en Bourgogne-Franche-Comté sous la conduite de l’ARS et des services de l’Education nationale.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : 131 places supplémentaires ouvertes dans les IFSI de la région ; 60 dans les IFAS

La présidente de la Région et le directeur de l'ARS étaient au centre hospitalier de Mâcon ce lundi 29 mars afin de présenter les engagements financiers significatifs au service du système de santé, des équipements et de la formation des soignants. ACTUALISÉ : le point sur la situation épidémique en Saône-et-Loire.

ÉDUCATION NATIONALE : Les profs appelés à la grève ce mardi

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
Plusieurs orgnaisations syndicales appellent les enseignants de l'académie de Dijon à la grève ce mardi 23 mars.

BOURGOGNE - Cité des vins : 1ère pierre le 29 mars à Mâcon !

CITE VINS BOURGOGNE VIDEO - 1.jpg
L'interprofession annonce le lancement des travaux sur les trois sites Beaune, Chablis et Mâcon. À voir aussi, la vidéo de présentation des trois sites de la future cité.

VINS DE BOURGOGNE : Sotheby's est le nouveau partenaire des Hospices de Beaune

La plus ancienne et la plus célèbre vente de vins caritative du monde a terminé son contrat avec Christie's. Pour cinq ans, Sotheby's est le nouveau partenaire des Hospices de Beaune.

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ : Marie-Guite Dufay demande à Olivier Véran que les infirmiers libéraux puissent vacciner contre le covid-19

Capture d’écran 2019-12-08 à 02.15.42.png
La Présidente de Région, interpellée par le conseil de l’Ordre des infirmiers de BFC, écrit ce jour à Olivier Véran pour lui faire part de son incompréhension. « A l'heure où la vaccination doit plus que jamais s'intensifier, il est incompréhensible que nos infirmiers et infirmières libérales ne soient pas autorisés par le gouvernement à vacciner au même titre que les sages-femmes et les…

BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ - Mars bleu : C'est le mois du dépistage du cancer colorectal

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser leur test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars bleu, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers rappelle l’importance de réaliser son test malgré l’épidémie de Covid-19.