mardi 18 mai 2021

 

Ne donnons pas à nos enfants une raison de plus de nous haïr dans 10 ans ou 15 ans.

 

« Il n'y a pas de traitement » entend-t-on régulièrement de la bouche des consultants ou éditorialistes de salons venant participer à la bouillie quotidienne servie par les chaînes d’info continue. Les chaînes de cacophonie continue devrais-je dire…

« La seule voie pour s'en sortir, c'est le vaccin » a-t-on entendu également quotidiennement depuis l'arrivée de celui-ci. Il est à peine autorisé d'en douter dans cet état d'urgence sanitaire qui dure au delà du raisonnable.

« La plupart des personnes qui contractent la ‎covid-19 ont des symptômes bénins ou ‎modérés et peuvent guérir grâce à un ‎traitement de soutien » peut-on lire sur le site de l’Organisation mondiale de la santé. « Si vous toussez et ‎avez de la fièvre et des difficultés ‎respiratoires, consultez rapidement un ‎médecin (...) » 

Il suffit également de taper covid sur google pour trouver cette phrase : « La majorité des personnes atteintes de la covid ‎ne ressentiront que des symptômes bénins ou ‎modérés et guériront sans traitement particulier. »

Cette réalité saute aux yeux quand on calcule le pourcentage de décès par rapport au nombre de cas testés positifs au covid avec les chiffres donnés sur cette même page : 2,4% de décès parmi les personnes infectées. 

À la lecture de ces phrases, avouons qu'il y a de quoi se poser des questions au regard de ce que subissent des pans entiers de la population… les étudiants, les restaurateurs, les artistes, le professionnels du spectacle, les patrons de salles de sport et leurs coachs, de très nombreux commerçants. Au regard aussi de qui est imposé à nos enfants à l'école...

Quand notre Président de la République et notre Gouvernement feront-il enfin confiance à tous les médecins, libéraux comme hospitaliers, qui défendent le traitement, le soin ? 

Médias parisiens et politiques ne jurent hélas aujourd’hui que par le vaccin, qui reste une bonne nouvelle, redisons-le pour ne pas être taxés dans la seconde de complotistes ou autre bêtise médiatique de ce genre.

Rappelons simplement qu’historiquement, le vaccin a été inventé par un médecin de campagne anglais, Edward Jenner, pour protéger d’une maladie ô combien plus grave que le covid : la variole ! Connue aussi sous le nom de petite vérole, elle entraînait entre 25 et 45% de mortalité.

Edward Jenner est-il entendu dans les premiers temps ? Point du tout ! À Londres, « personne ne l’écoute » raconte Jean-Noël Fabiani, chef de service à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, également professeur à l'université Paris-Descartes, et auteur de L’incroyable histoire de la médecine. « Jenner fait construire alors dans son jardin une petite hutte où il vaccine gratuitement les pauvres. Heureusement, les choses changeront et Jenner obtiendra la reconnaissance, mais après avoir été harcelé et ridiculisé. » Cela ne vous rappelle pas quelqu’un ?…   

En France, plus tard, Pasteur a trouvé un vaccin thérapeutique contre la rage, qui ne pardonnait guère non plus. 

Ces deux maladies tuaient des enfants ! 

Le vaccin est donc un progrès, une sacrée découverte et une sacrée bonne nouvelle. 

Pour autant, celles et ceux qui nous parlent de l’oxymétrie, de l’hydroxychloroquine, de l’azitromycine, de l’ivermectine, du zinc, des anti-coagulants, de la cortico-thérapie sont-ils tous fous ou inconscients ?

Plusieurs dizaines de médecins pourtant ont monté le collectif « Covid-19-Laissons les médecins prescrire » au mois de mars dernier pour défendre le soin, le traitement − « Covid-19, une pathologie qui se soigne » − et déplorer des « confinements dévastateurs pour la société française ». 

Une quinzaine de médecins en Saône-et-Loire ont signé le manifeste émanant de ce collectif et intitulé « Le droit d’être soigné, le devoir de soigner - La 4ème voie. »

Il est urgent de les soutenir. Nous le devons à nos étudiants et à tous les professionnels qui sont empêchés de travailler aujourd’hui. Nous le devons aussi à nos enfants ! 

En 2006, Denis Jeambar et Jacqueline Rémy publiaient Nos enfants nous haïront. Ils y parlaient des enfants des baby-boomers qui ont bénéficié de la croissance d’après-guerre. « Nous avons eu tous les atouts en main, nous avons grandi dans une société en pleine croissance » écrivaient-ils. Depuis, le chômage de masse est passé par là, la dette abyssale puis la crise climatique.  

Nous, les enfants des baby-boomers, ne donnons pas à nos enfants – leurs petits-enfants , une raison de plus de les haïr et de haïr leurs parents dans 10 ans ou 15 ans. 

Rodolphe Bretin

 

 

EDITO : Mitterrand, 2 ans de présidence de la République à gauche, 12 ans on ne sait où

De belles et grandes chose ont été réalisées la première année de son élection, comme la retraite à 60 ans, la 5ème semaine de congés payés, la création de l'ISF, l'augmentation du SMIC. Et puis après ? On cherche, on cherche encore, et l'on trouve si peu.

VELORUTION EN MÂCONNAIS : Pour le 8 Mai, les cyclistes ont fait le pont !

Répondant à l’appel de l’association Mâcon Vélo en Ville (M2V), association pour la promotion de l’usage du vélo en ville qui revendique 300 adhérents, une centaine de cyclistes, dont de nombreuses familles, se sont retrouvés devant la mairie de Saint-Laurent pour la 8ème Vélorution.

LA ROCHE VINEUSE : Pour la ministre Elisabeth Moreno, l'égalité homme/femme passe aussi par l'entrepreneuriat féminin

C'est ce qu'est venu dire la ministre déléguée à l’Égalité entre les femmes et les hommes, à la Diversité et à l’Égalité des chances ce jeudi à La Roche Vineuse, à la rencontre des Entrepren'heureuses. 

MÂCON - DAVAYÉ : Bernard Delaye, une vie dédiée au vin de Bourgogne et d'ailleurs

Portrait d'un homme de passion, reconnu entre autres aujourd’hui pour être le président du concours des Grands vins de France à Mâcon, maintenu cette année grâce à une organisation parfaitement huilée.

PETR MÂCONNAIS SUD BOURGOGNE : Un budget primitif 2021 adopté sans polémique !

PetrBudget230321 (2).JPG
Le comité syndical du Pole d'Équilibre Territorial et Rural (PETR) s'est réuni mardi soir à la salle de la Verchère.

DAVAYÉ : VitiLab, un espace inédit dédié à la viticulture et au numérique au domaine Les Poncetys

Vitilab Davaye220321.jpg
Un lieu d’un nouveau genre va faire son apparition sur le site de Vinipôle Sud Bourgogne à Davayé : le VitiLab - Innovative Viticulture, espace dédié au numérique et à la robotique en viticulture.

CRISE SANITAIRE : L’union locale CGT de Mâcon soutient les personnels de la culture

Un an après la première décision gouvernementale de fermer les salles de spectacle, plus de soixante lieux culturels sont aujourd'hui occupés.

DAVAYÉ - Lycée Lucie Aubrac : Artisans du monde présente la face cachée de nos vêtements

Artisans du Monde.jpg
Maud, bénévole de l’association « Artisans du monde », est intervenue devant les élèves du club solidarité du lycée pour aborder les faces cachées de la confection d’un jean.

SAÔNE-ET-LOIRE : Sept médecins spécialistes déjà recrutés par le Département, une antenne renforcée à Pierreclos

SANTE centre de sante departemental 2 phase 2.jpg
André Accary a accueilli ce mardi matin son homologue de l’Yonne, Patrick Gendraud, pour une présentation du centre de santé départemental. L’occasion aussi de faire un point sur les objectifs, réalisés et à venir, dans le domaine de la santé…

REGION DE MÂCON : Ciel jaune et sable partout ce matin...

SABLE SAHARA MACON - 1.jpg
A voir aussi, notre prise de vue vidéo à St-Amour. Actualisé : Les photos de Sandrine, à Senozan et les photos de David, à Charnay. Actualisé à 12h35 : les photos de Michel à Mâcon et à Oran (Algérie) !

EDITO : Contre le covid, le vaccin, c'est bien, le traitement c'est bien aussi

Ne donnons pas à nos enfants une raison de plus de nous haïr dans 10 ans ou 15 ans.

VINS DU MÂCONNAIS : Une femme à la présidence de l'Union des producteurs de Pouilly-Fuissé, une première !

CheveauPdte2021 (3).JPG
Aurélie Cheveau a reçu ce vendredi la visite et les félicitations du président du Conseil départemental André Accary et de son vice-président en charge de l'agriculture Frédéric Brochot. L'ODG a été créée en 1929 et n'avait encore connu aucune femme à la présidence !

RÉGION DE MÂCON : Le député Benjamin Dirx à l’heure du premier bilan de mandat

voeux Benjamin Dirx 2021 (12).JPG
Le député du Mâconnais présente ses vœux aux habitants et profite de l'occasion pour faire un premier bilan de mandat, ainsi qu'un point sur l'actualité du territoire et nationale, entre crise sanitaire et plan de relance…

MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS AGGLOMÉRATION : Retour de la truite dans la Denante, des efforts enfin récompensés

DENANTE DAVAYE.jpg
Une pêche électrique avait été réalisée en octobre 2020 pour estimer l'état du cours d'eau.

PHOTOS : Un léger manteau neigeux recouvre le Mâconnais

Neige_Charnay_DD_16012021_0010.jpg
Actualisé : les photos de Marie, à Charnay, au petit matin.

MÂCONNAIS SUD BOURGOGNE : Une nouvelle vision de l'aménagement du territoire en 2040 avec le PETR

ScotCharnay2021.jpg
Le PETR (Pôle d’Équilibre Territorial et Rural) Mâconnais Sud Bourgogne a tenu jeudi soir une réunion de pilotage sur le SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale), après plusieurs mois au ralenti en raison de l’épidémie de COVID et du report des élections municipales.

VIN DE BOURGOGNE - Julien Guillot : « Le Mâcon-Cruzille, un vin de paysage »

JULIEN GUILLOT MACON CRUZILLE - 1.jpg
L'interprofession des Vins de Bourgogne (BIVB) met à l'honneur cette semaine l'appellation Mâcon-Cruzille. L'occasion d'écouter un de ses fervents promoteurs, Julien Guillot, du Domaine des vignes du Maynes. Il dit sa vision de ce qu’il appelle « un vin de paysage, où le travail du vigneron est inhérent à celui de l'environnement qui l'entoure », et nous met le vin à la bouche...

ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES - Émilie Quandalle (CGT Mâcon) : « Ce scrutin est essentiel pour faire entendre votre voix et défendre vos droits »

Les élections professionnelles dans les TPE pour élire vos représentants syndicaux auront lieu en mars et avril.

MATERNITÉ DE MÂCON : Les naissances toujours en baisse

naissance-de-bébé.jpg
Pour la première fois depuis 20 ans, le nombre de naissances à la maternité passe sous les 1 400.