Charnay_vs_Nantes_16012021_0020.jpg

Le match vu par speaker. La chronique de Rémy Mathuriau à dévorer d'un bloc.

 

Bonne année, et surtout bonne santé. Ben ! heu ! oui ! Comment dire ?

Cette phrase traditionnelle adressée à tous les Français début 2020 n’a pas franchement réussie à plus de 70 000 personnes à ce jour. Cette saloperie de virus est toujours présente, a l’air de se plaire, et n’a pas envie de s’en aller. Continuez de vous protéger, et de protéger les autres. Respectez au maximum les gestes barrières. Quant à la vaccination, et dès que votre tour sera arrivé, vous ferez bien comme vous voudrez. Pour l’instant, la neige annoncée floconne et commence à recouvrir les pare-brise. 

Quelques news de l’effectif

Ces dernières semaines, vous avez tous suivi sur macon-infos les quelques changements au sein de l’équipe du CBBS. Mikayla et Pauline parties, la blessure de Gabby.

Mais en échange, le Père Noel a été sympa, avec sa hotte remplie de nouvelles joueuses. En prem’s, l’artilleuse Meighane Simmons. En deuze, la meneuse de l’Equipe de France Olivia Epoupa. Oui oui vous avez bien lu !! Et en troize Mikaela Ruef qui nous arrive du pays de Crocodile Dundee, mais qui ne sera qualifiée que la semaine prochaine.

Matthieu Chauvet n’a pas besoin de téléphoner chez Amora afin de faire prendre la mayonnaise entre tout le monde, car ça il sait faire. Bon maintenant, le Cbbs peut se la péter un peu plus, car une de ses joueuses est appelée en équipe de France. Y’a rien là ? Merci et bravo aux dirigeants et à tous ceux qui ont œuvré dans l’ombre pour ces choix.

Polnareff chantait ‘’La chambre vide’’, le speaker chante ‘’La salle vide’’

Toujours pas de public dans les gradins du Cosec. Toujours pas d’ambiance non plus. Pas de couleur, de bruit, de chanson. Plus de convivialité. Interdits les bises et les serrages de mains. Rien. Les travées sont aussi vides qu’une bonne bouteille en fin de repas. Mais ça n’empêche pas qu’il y ait un match à speaker. Et de plus, un match important face une équipe de presque bas de tableau, et contre laquelle il est important de prendre des points. Les parrains du match qui étaient Intermarché Mâcon Sud, Handisertion Cap Emploi 71, ainsi que la cave des Terres secrètes et Cavicube, étaient forcément absents, mais le Cbbs a une grande pensée pour eux

Présentation des équipes

Une nouvelle recrue que j’ai omis de nommer, mais à laquelle il va falloir s’habituer, c’est Pinkie. Notre mascotte Pinkie 71, qui fait son grand retour sur le parquet charnaysien. Et qui m’a avoué d’être impatiente de retrouver les formidables supporters du Cbbs. Bienvenue à toi, et pour hier soir, tu as été formidable. Vivement qu’il y ait du public !!

Bon en face, c’est l’équipe de Nantes Rezé Basket. Nous, on a les Pinkies, eux ils ont les Déferlantes. Comme je suis assez con pour le faire, j’aurais pu écrire les Défer-Nantes. Mais non, je n’ai pas envie !! La déferlante étant comme chacun sait, une onde océanique (ta mère) soumise au déferlement. Les deux secondes culturelles sont terminées pour cette semaine. Avouons qu’elles sont mieux que celles de Roselyne Bachelot.

Le match, le match, le match 

Et c’est parti mon kiki pour quarante minutes de basket de Haute-Volta, comme on disait naguère sur le continent Africain. D’entrée de jeu, les Rezéennes marquent un pas très rassurant 3 points. Les Charnaysiennes répondent présentes et ne se laissent pas distancer. Meighane et Vionise marquent. Un léger écart de 4-5 points subsiste. (12-17) à moins de trois minutes du buzzer. Sixtine Macquet entre en guerre et fait passer le score à (14-18).

En parlant de tranchées, les Nantaises Lewis et Mané mettent cinq pions d’affilée, et creusent ainsi un écart (ambar) de neuf points (14-23). Puis 10, puis 11 (14-25), avant que Promise Amukamara ne sonne la révolte, et ne réduise légèrement le score à 39 secondes du coup de sifflet (16-25).

Bon, y’a pas le feu dans la maison, mais regardons voir où se trouve l’alarme (à l’œil). Ce qu’on peut appeler d’ailleurs une alarme gratuite. Pour ceux qui ne suivent pas, voyez avec Mâcon Infos, qui lui, fera suivre.

Second ¼ temps de la première mi-temps

Les Pinkies reviennent sur le parquet avec l’envie d’en découdre. Olivia, 2 points. Meighane, 2 points. Vionise 2 points. Le chrono nantais s’arrête pendant près de quatre minutes. Et en moins de temps qu’il n’en faut à mon pote André pour aller jouer de l’accordéon vers Suresnes (92150), les Pinkies remontent au score, avant que Kaleena Lewis ne se réveille. Et elle ne se prive pas pour mettre 2+1 points, ce qui fait, vous en conviendrez 3 de plus (22-28).

Le chrono se re-arrête pour les deux équipes pendant encore près de trois minutes. Meighane et Vionise se disent qu’il est temps d’y aller. Et en moins de temps qu’il n’en faut pour qu’un temple aztèque se transforme en Buffalo Grill, les Pinkies reviennent au score (30-31).

Mais les Rézéennes Ziomara Morrisson (la sœur de Jim ?) et Bintou Marizy font parler la poudre, et sont toujours devant au coup de sifflet de la fin de cette première mi-temps (32-35). Bon toujours pas le feu à la maison, mais les pompiers ont branché leurs tuyaux.

Pendant les quinze minutes de repos règlementaires et obligatoires

Comme on ne peut plus aller à la buvette, je vais voir s’il neige toujours et si ça tient. Eh bien oui, il neige toujours et ça tient.. Les deux chauffeurs du bus nantais commencent à se poser des questions quant au retour au pays du Muscadet (Rousselle).

Seconde mi-temps

Romana Hejdova met un 2 points d’entrée de jeu. En tac au tac, Prescillia Lezin marque 2 points, et Promise Amukamara balance un exocet qui vaut 3 points (37-37). En fait c’est comme si la partie redémarrait à (0-0), mais avec 37 points de plus pour les deux équipes. C’est à une véritable passe d’armes qu’on assiste. Un coup toi, un coup moi. Les deux protagonistes se rendent coup pour coup. Le bonheur pour une famille de vampires.

Mais Promise et Olivia y vont chacune de leur 3 points, et les Nantaises ne repasseront (petit patapon) plus devant au compteur (45-41). Vionise par deux fois deux points, puis Meighane propulse un missile sol-panier à 3 points (51-43). Sixtine rajoute 2 points, avant que Ziomara Morrisson ne tremble pas pour les derniers lancers francs de ce troisième ¼ temps (53-47). Y’a moins le feu à la maison, donc les pompiers ont débranché les raccords, et sont sur le retour.

Ultime ¼ temps  sur les quatre prévus au départ

Les joueuses du pays nantais tentent d’entretenir le suspense, et ramènent le score à -3 (53-50). Mais Promise en bonne infirmière qu’elle est, pose un bandage hémostatique et stoppe l’hémorragie. A 8’30 de la fin, toutes les joueuses prennent une petite pause pendant trois minutes. Draps de plages, tas de sable et ventilateurs sont installés sur le parquet. Mojitos et Pina Coladas sont proposés à volonté aux Déferlantes et aux Pinkies. A 5’20, tout est remballé, balayé, nettoyé, lavé en rangé.

La fin de match se profile, et se présente sous de bons auspices (partout) pour nos Pinkies. Mais les Déferlantes ne lâchent rien (56-52). Les Charnaysiennes sonnent l’hallali, oh! la! la!, enfoncent le clou (de girofle), et passent un 9-0 aux basketteuses de Loire-Atlantique qui tiquent (65-52). +13 au compteur. La quadrette pinkiesque Olivia-Vionise-Promise-Meighane, leur en fait voir de toutes les couleurs, avant que Marie Mané marque un 3 points. Vionise clôt le dossier Cbbs-Rezé Nantes Basket par un 2 points.

Le buzzer buzze sur le score de (76-58). 18 points dans la vue, bien vu. Qu’elle est belle et bonne cette victoire. Wahou !! Elle fait plaisir à tout un club, voire plus. Le ban Bourguignon résonne dans le Cosec pour la première fois en 2021. Les nouvelles joueuses vont devoir s’y habituer.

Les Pinkies recevront Montpellier samedi prochain, et Roche Vendée le samedi suivant.

 

Duel des scoreuses : Meighane 22, Vionise 21, Promise 15, Olivia 10, Sixtine 6, Prescillia 2 puis Jessica, Coralie, Sarah et Marianne pour le Cbbs.

Lewis 12, Mané 11, Morrisson 11, Dongue 10, Hejdova 5, Marizy 5, Lenglet 4 puis Dufon et Niang.

Rémy MATHURIAU

 

 

Charnay_vs_Nantes_16012021_0026.jpg