FONDtr2

 

 

samedi 31 juillet 2021

Croquelicot2020 (8).JPG

 

Annette Prieur, native de Palinges en Saône et Loire, exerce depuis quatre ans une activité de biscuiterie à la suite d'une reconversion.

Juriste de formation et de tempérament commercial, sa vie a été faite de hasard et de rencontres. À peine ses études terminées, elle prend une année sabbatique et part au Mexique apprendre l'espagnol.

Puis, les circonstances de la vie l'amènent à résider plusieurs années en Italie, son pays d'origine.

« J'ai toujours eu une curiosité vers l'autre, vers l'ailleurs », confie-t-elle. « Entre mon parcours d'origine et l'atterrissage en Mâconnais, j'ai beaucoup voyagé dans le monde puisque j'ai fait une première partie de carrière à l'export pour le compte d'entreprises françaises. J'ai travaillé à promouvoir le savoir-faire français à l'international. J'ai toujours été très cocorico et très fière de ce que nous offre les talents, les terroirs. La France a une tradition d'arts. »  

Sur la fin de son parcours de salariée avant d'enfiler sa blouse de biscuitière, Annette Prieur a beaucoup travaillé aux États-Unis. Elle s'occupait à l'époque de la faïencerie de Gien et du marché américain pour les arts de la table.

Après plusieurs années passées à barouder, le temps de la stabilité est venu. Annette a quitté Paris où elle résidait depuis plus de 20 ans pour revenir en Bourgogne.

« Un jour, j'ai dit basta ! Être directrice commerciale n'a pas de sens pour moi. J'avais à l'époque un job très alimentaire. J'avais alors l'idée d'être dans le faire, dans le concret, de vouloir fabriquer. Je suis une fille de la terre. J'ai passé toute mon enfance à la campagne. Je suis très attachée à la terre, vraiment reliée à elle. Quand je mettais sur ma fiche tout ce qui me rendrait heureuse, il y a eu des évidences qui se sont faites notamment dans le domaine de l'alimentaire. Lorsque je me suis ré-ancrée ici, ma démarche a été d'aller voir la chambre des métiers pour rencontrer des artisans en pensant pouvoir faire quelque chose ensemble. J'ai fait de belles rencontres notamment dans les métiers de bouche. « Ces fiançailles » que j'espérais n'ont finalement jamais abouties. À force de travailler sur l'alimentaire, je me suis prise au jeu et je me suis lancée. J'ai donc créé une biscuiterie.

Pourquoi ? Pour moi, le biscuit est vraiment le compagnon de tous les âges, de tous les moments de la vie et le compagnon de la convivialité intergénérationnelle. C'est un produit qui répond à des besoins assez universels. »

N'ayant pas de formation dans ce domaine, la jeune cheffe d'entreprise se fait alors accompagner par des professionnels de la boulangerie/pâtisserie. Grâce à la Région Bourgogne, elle bénéficie d'une subvention qui lui permet de s'appuyer sur une ingénieure agroalimentaire spécialiste de la biscuiterie pour développer ses recettes.

Cette femme passionnée, proche de la nature, ancrée dans le terroir a commencé toute seule pendant un an dans la fabrication artisanale 100% biologique avant d'être rejointe par des salarié(e)s. Les locaux de Crèches étant devenus trop petits, la société Nutrianne, qu'elle préside, s'est installée il y a un an à Hurigny.

Comment est née la marque Croquelicot ? Croquelicot vient de la fleur du Coquelicot symbole d'une fleur poussant sur des terres saines. Annette a toujours adoré cette fleur rouge qu'elle trouve magnifique.

Petit à petit, Croquelicot a fait son chemin.

La spécificité des biscuits  tient à leur aspect alvéolé et croquant. De petites tailles, ils sont fabriqués de manière artisanale. Les biscuits salés sont notamment de petits formats.

La production est de l'ordre de 3 tonnes par mois, soit150 kg/jour. La biscuiterie produit une saveur par jour. Actuellement, il existe 7 saveurs salées et 7 sucrées.

Les biscuits sont vendus en vrac à des détaillants : épiceries indépendantes, magasins Bio. La biscuiterie fournit également la cantine scolaire d'Hurigny.

L'entreprise travaille, dans la mesure du possible, avec de petits producteurs régionaux et de proximité et pour les produits exotiques avec des fournisseurs pratiquant le commerce équitable.

« Ce qui m'anime le matin ? J'adore ce que je fais. Je suis à l'atelier 6 jours sur 7. J'aime beaucoup l'aventure humaine dans notre start up biscuitière et le projet. En 2021, nous allons augmenter l'effectif à la production. Notre entreprise a fait une démarche RSE (Responsabilité sociale et environnementale). Notre activité s'établit dans le respect de l'environnement et le respect social de nos salariés », souligne la présidente.

 M.A.

 

 Croquelicot2020 (1).JPG

 Photos : M.A.

Croquelicot2020 (2).JPG

Croquelicot2020 (3).JPG

Biscuits salés

Croquelicot2020 (4).JPG

Vincent au fourneau

Croquelicot2020 (11).JPG

Croquelicot2020 (5).JPG

1 000 paquets commandés par une mairie en région parisienne

Croquelicot2020 (7).JPG

Annette Prieur

 

SAÔNE-ET-LOIRE : 24 pompiers, dont 14 du département, en renfort dans le Sud

La colonne Bravo est partie ce matin du centre de secours de Mâcon.

PIERRECLOS : Le Comptoir de campagne a 1 an !

Pierreclos devient Petite ville de demain.

MÂCON : Prox’aventures, ou quand la police se rapproche des jeunes

L'association de policiers Raid aventure est passée par Mâcon pour des ateliers de découverte installés au parc des Blanchettes lundi après-midi.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE - Roger Thévenot : « une faute a été commise lors de l’émargement des assesseurs sans intention de nuire et sans préjudice pour la personne »

Le droit de réponse du maire de Crêches suite aux accusations d'Alain Houdinet, chef de l'opposition au conseil municipal.

SAÔNE-ET-LOIRE : Nettoyage, sécurisation et, parfois, fermeture des voies vertes et bleues suite aux intempéries

Les violents orages qui se sont abattus sur la Saône-et-Loire dès vendredi soir ont provoqué de gros dégâts sur l’ensemble du département, notamment à hauteur des voies vertes de trois secteurs. Celui du Charolais Brionnais, déjà touché en juin du côté de Marcigny, est particulièrement concerné.

GASTRONOMIE : Marie-Guite Dufay rend hommage à Michel Lorain

Le chef historique du restaurant la Côte Saint-Jacques à Joigny avait atteint, en 1986, les trois étoiles du Guide Michelin. Il est décédé le 22 juillet dernier à l'âge de 87 ans.

MÂCON : « Pass sanitaire ? Passera pas ! » clament les manifestants

Sous la pluie, ils se seront retrouvés place St-Pierre pour clamer leur refus du PASS sanitaire samedi matin à Mâcon. Opposés au PASS tout court, opposés à l'obligation vaccinale anti-COVID, réunis sous un même cri “LIBERTÉ”. Une manifestation qui s'est déroulée dans de nombreuses villes en France ce 24 juillet. À voir aussi, notre vidéo.

MÂCON : Un ado se défenestre du 5ème étage

Non, il n'est pas mort et n'est pas quadragénaire... Actualisé à 17h45.

CHARNAY : La route de Davayé fermée à la circulation à partir de lundi

Et pour une semaine pour des travaux sur le réseau d’eau et d’assainissement…

MÂCON : Les spectacles de l’Été frappé concernés par le pass sanitaire

La Ville de Mâcon a communiqué ce matin les modalités de mise en œuvre du pass sanitaire…

DAVAYÉ : Vitilab inauguré, la transition numérique et robotique est lancée !

Le Vitilab a été inauguré ce lundi matin. Cette nouvelle structure dépendante du Vinipôle Sud Bourgogne est innovante à plus d’un titre…