vendredi 18 juin 2021

Capture d’écran 2019-05-17 à 22.59.02.png

Communiqué de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté du 26 juin 2020 :

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE :
Avec l’été, inscrire la prévention et la vigilance dans la durée


Si sa circulation est toujours faible en Bourgogne-Franche-Comté, le coronavirus reste présent. L’ARS en appelle à la responsabilité de chacun pour continuer d’appliquer scrupuleusement les mesures de prévention.

Ce 26 juin, les établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté prennent en charge 158 patients atteints de formes graves du coronavirus, dont 12 en réanimation.

3 821 sorties d’hospitalisation sont recensées par Santé publique France.

Depuis le début de l’épidémie, les épidémiologistes dénombrent 1 037 décès en milieu hospitalier, 682 dans les établissements médico-sociaux.

La politique de dépistage active engagée depuis le 11 mai se poursuit : plus de 13 000 résultats de tests ont été recensés ces 7 derniers jours, dont 55 positifs.



Sur une même période de 7 jours, selon l’Assurance maladie, environ 240 personnes, patients ou contacts, ont été invitées à respecter des consignes d’isolement pour casser les chaînes de transmission du virus.

Les opérations d’informations/consultations/dépistages, qui se déploient en zone rurale ou urbaine sous la conduite des délégations départementales de l’ARS et de leurs partenaires, n’ont pas révélé des taux de positivité supérieurs ou des  regroupements de cas.

Sur près de 900 tests ainsi pratiqués depuis la mi-juin, à Sens, Luxeuil, Chenôve, Besançon ou encore Chalon-sur-Saône, 4 seulement se sont avérés positifs.

Ces initiatives sont appelées à se poursuivre comme dès demain matin à Mâcon ou encore les 3 et 10 juillet à Dole.

Une trentaine de situations en collectivités sous surveillance


Depuis le 11 mai, près de 260 signalements de situations en collectivités ou toute autre forme de regroupements de cas ont été enregistrés par l’ARS. Une trentaine sont en cours d’investigation et de surveillance, mais aucun, à ce stade, n’est identifié comme préoccupant par l’Agence Régionale de Santé.

La typologie de ces signaux reste inchangée : émanant majoritairement d’établissements sanitaires, sociaux ou médico-sociaux, plus ponctuellement du milieu scolaire, professionnel ou familial élargi…

Quant à la moyenne des hospitalisations pour Covid-19, elle s’établit ces derniers jours autour de 2 entrées par jour ; en-dessous de 1 entrée par jour en réanimation.

Cette situation rassurante doit néanmoins nous conduire à maintenir dans la durée des comportements responsables pour éviter toute reprise épidémique. Les gestes barrières, et en particulier le lavage régulier des mains, la distance physique d’un mètre, le port du masque lorsqu’elle ne peut être respectée, sont les clés d’une mobilisation efficace pour faire barrage au virus. En cas de signe évocateur, même bénin, il reste indispensable de contacter un médecin sans attendre.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté attire notamment l’attention des familles à l’occasion de leurs retrouvailles et rassemblements : malgré l’émotion, chacun doit faire en sorte de veiller à se protéger et à protéger les siens.

 

COVID-19 : 28 classes fermées en Saône-et-Loire

Le nombre de classes fermées est divisé par 2 dans l'académie

PANNE NATIONALE DE TÉLÉPHONE : Retour à la normale pour les numéros d'urgence

ACTUALISÉ à 10 h 30. Par précaution, les numéros alternatifs resteront fonctionnels tout le week-end

Régionales : Toujours pas de Beuvray cette année pour les socialistes

A moins d’un mois des Régionales ils n’ont pas souhaité se rassembler avec leurs amis là où Arnaud Montebourg les avait entraînés à partir de 2004.

Le moustique-tigre sous surveillance en Bourgogne - Franche-Comté

Il peut être vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et Zika.

RÉGION BFC : La commission permanente attribue 65,5 millions d'€ d'aides

Le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté octroie notamment une prime exceptionnelle covid de 1.200 euros par mois aux élèves des instituts de formation paramédicale en stage qui sont réaffectés en renfort dans les établissements de santé.