dimanche 26 septembre 2021

IMG_5399.jpg

La galerie Mary Ann accueille pour la 1ere fois Pascal Lemoine et Suzanne Philidet, des plasticiens contemporains qui étonnent par leur façon de maîtriser le verre, de le faire raconter, ou tout simplement vibrer à travers celui qui le regarde.

 

Pascal Lemoine (artiste installé en Saône et Loire à Dyo et qui expose dans le monde) s’exprime à travers une technique singulière qui combine le verre et la terre. Ses créations inspirent par leur polyvalence symbolique mais aussi intriguent par leur réalisation. Heureusement, l’artiste aime dévoiler ses secrets :

« Il m’a pris du temps pour savoir comment faire adhérer la porcelaine, la terre sur le verre. Je suis passé par l’émail mais celui-ci n’avait pas cette notion de terre, de sol dessous. J’ai dû expérimenter pour aller dans cette direction. C’est une technique mais c’est aussi un support pour aller vers quelque chose, raconter quelque chose.
J’ai commencé à travailler le verre quand je faisais des urnes funéraires. J’écrivais des textes sur des urnes émaillées, opaques et, en écrivant, en gravant sur l’émail j’allais chercher la lumière en même temps. Je créais des transparences infimes. Petit à petit, j’ai laissé les urnes, mes pièces ont pris d’autres formes. Je les ai laissé aller en fait.
En prenant un peu de recul, plus tard, je me suis aperçu que la jonction pour tout était peut être la métamorphose. Parce que je ne travaille pas par projet, en fait. Je vais et je fais des pièces. Les choses, elles viennent. C’est ma façon de travailler, ça vient comme ça, ça ne part pas de quelque chose d’intellectuel. Même si j’en ai conscience après. Ça me semble beaucoup plus clair après.
Sur une même pièce une personne peut voir quelque chose de minéral, une autre va voir plutôt quelque chose de végétal ou animal. Ce qui résonne, c’est un peu la même chose chez les gens, c’est cette intériorité. C’est quelque chose qui passe le temps, qui est dans le temps, qui s’oppose et, en même temps, qui est un mouvement lent.
Le mouvement d’une huître qui va voir son monde en restant dans le même endroit. Son monde vient à elle, passe à travers elle. C’est cette idée du passage qui me plaît, et on la voit sur certaines pièces. On est encore dans le passage, on est encore dans ces choses qui nous passent. » 

 

Les œuvres de Pascal Lemoine s’intercalent dans l’espace de la galerie avec celles de Suzanne Philidet, une autre artiste subtile du verre qu’il a invité à le rejoindre.Suzanne Philidet qui, dans son atelier près de Lyon, crée et restaure des vitraux, écrit aussi des histoires sur des plaques de verre fusionné thermoformé :

« Ce qui m’intéressait dans ces plaques, c’est la transparence et la matière. Car je travaille sur la mémoire des eaux. Je me promène à travers mes créations dans différents pays qui ont eu par endroit des histoires particulières, je m’attache à ce lieu et j’imagine. L’eau, en fait, c’est quelque chose de vivant et fluide qui n'imprime pas directement la mémoire visuelle, qui ne garde pas l'histoire.
Je me fais alors la porte-parole de ces eaux et je retrace les histoires que ces eaux ont vécu à cet endroit là. C’est un peu une démarche archéologique : comme on peut aller chercher au fond de la terre pour dater certaines périodes, moi je vais chercher au fond de l’eau. C’est pour ça que je les fais carrés, c’est un peu en référence au carottage archéologique.
Et je me prends comme ça, des plaques dans l’eau, qui ont vécu des histoires par rapport aux batailles, aux exploits parfois des explorateurs, parfois des légendes, j’ai travaillé sur des films qui ont une référence avec l’eau. Donc je rajoute de l’imaginaire à l’imaginaire en quelque sorte. Ça part d’un livre parfois qu j’ai lu, émissions de radio, reportages dans des magazines comme Géo. Parfois j’ai envie d’une couleur et je cherche quelque chose en fonction de cette couleur là.
A partir de cela, je fais des esquisses en aquarelle, j’imagine les volumes. Car les plaques sont plates au départ. C’est un verre très blanc que j’utilise, je le colore avec des couleurs qu’on utilise pour le vitrail et qui permettent ce jeu entre opaque et transparent. »

L’exposition des deux artistes restera à la galerie Mary Ann pendant trois semaines.

 

Cristian Todéa

 

IMG_5394.jpg

IMG_5395.jpg

IMG_5396.jpg

IMG_5397.jpg

IMG_5400.jpg

IMG_5402.jpg

IMG_5404.jpg

IMG_5406.jpg

IMG_5407.jpg

IMG_5409.jpg

IMG_5414.jpg

IMG_5415.jpg

IMG_5418.jpg

IMG_5425.jpg

IMG_5426.jpg

IMG_5435.jpg

Pascal_Lemoine.jpg

SORTIR EN MÂCONNAIS-BEAUJOLAIS-CLUNISOIS : Des idées pour le week-end

SORTIR_STEL_-_1.jpg
Les Confréries gourmandes en folie à Mâcon, Virades de l'espoir à Hurigny, Tour des Crus à La Chapelle, salon du livre à Cluny, foire nature à Cuisery, basket à Prissé, visites de ville, expositions… L'embarras du choix.

MÂCON : Les confréries gourmandes en folie ce week end !

Publi-info - Tout le programme du week end en détail

SOLUTRÉ : Trois jours de concerts à la Maison du Grand site avec Le Crescent

Rendez-vous les 27, 28 et 29 août pour les soirées Roche

SAÔNE-ET-LOIRE : Le centre Eden participe le 7 août à la 30eme nuit des étoiles

Projections spéciales du film « dans les yeux de Thomas Pesquet »

CLESSE : Voyage autour de la sensibilité avec les œuvres de trois artistes

Jusqu’au 25 juillet, la salle du Pressoir à Clessé accueillent deux photographes et une artiste peintre. Tous trois emmènent les visiteurs dans un voyage qu’ils nomment « Sensibilités » autour de carnets indien et malgache.

EXPO DALI CHEZ LES VIGNERONS DES TERRES SECRÈTES : Salvador 2, un enfant de remplacement

C'était vernissage vendredi soir, en présence du collectionneur.

MÂCON - Expo : Atelier 13 et paysages en mouvance à la salle François Martin

Brigitte Läengle-Pollhammer et Günter Pollhammer exposent jusqu’au 11 juillet à la salle François Martin…

MÂCON - Expo : À la découverte de Mai Thu, sa vie, ses oeuvres au musée des Ursulines

L’exposition Mai Thu (1906-1980), écho d’un Vietnam rêvé, est présentée au Musée des Ursulines jusqu’au 24 octobre.

FESTIVAL DES VENDANGES DE L'HUMOUR : Rendez-vous en novembre pour 8 spectacles et le concours jeunes talents!

Annulées à la dernière minute l'année dernière pour cause de covid, c'est une édition bis qui se jouera au mois de novembre, la 23 bis, avec un top départ le 12 novembre, au cœur du vignoble, à Chaintré.