tampon_du_camp_de_montreuil-bellay.jpg

« La République reconnaît la souffrance des nomades qui ont été internés et admet que sa responsabilité est grande dans ce drame », a déclaré ce matin le président de la République François Hollande, lors d’une cérémonie d’hommage sur le site d’un ancien camp à Montreuil-Bellay, dans le Maine-et-Loire.

Le président a aussi rappelé que le député PS Dominique Raimbourg avait « proposé l’abrogation de la loi de 1969, dans le cadre du projet de loi Égalité et Citoyenneté. Il en sera, je l’espère, décidé par le Parlement, pour que les gens du voyage n’aient plus ce livret de circulation à produire, pour qu’ils soient des citoyens comme les autres. » Ce projet de loi doit être à nouveau examiné à l’Assemblée à partir du 7 novembre.

 

LIRE SUR LE MONDE

 

LIRE L'EDITORIAL DE LA CROIX

(photo : Tampon sur un document administratif (certificat de libération d'internés) du 23 janvier 1943 signé par le directeur du « camp de concentration de nomades de Montreuil-Bellay ». Source : Jacques Sigot / Rubrique « lieux de mémoire » sur la page « chemins de mémoire » du ministère de la Défense – www.cheminsdememoire.gouv.fr)