jeudi 19 septembre 2019
  • TRANSDEV TREMA JTP2019.jpg
  • SALON ESSENTIEL CHARNAY 2019.jpg
  • EMAP_2019_270x410.jpg

 

Communiqué :

Démocratie, quand tu nous tiens

Notre association est un groupe de citoyens qui ne veulent plus être spectateurs mais acteurs de notre vie et nous réagirons par le biais des médias et de nos élus. Notre objectif est de renforcer la participation démocratique. La démocratie c'est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple et chaque citoyen doit pouvoir s'exprimer et avoir un rôle important dans toutes décisions.

En septembre, avec Corinne Mossire présidente de l'association La Voix Des Français ''Agissons Pour La France'' et quelques membres, nous nous sommes rendus à Chardonnay, petit village entre Mâcon et Tournus comptant un peu plus de 220 âmes où Il y a quelques mois des "migrants" sont arrivés dans le plus grand secret. Nous voulions constater la réalité des faits et le déroulement du séjour de ces "demandeurs d'asile" au sein de notre Bourgogne mais aussi des ressentis divers et varié de la population.

A migrants nous préférerons l'appellation de "demandeurs d'asile", car c'est ainsi que ces personnes sont présentées sur notre territoire. Ce qui sous entend que ces personnes sont arrivées sur notre sol en toute illégalité, en violation complète des lois régissant l'entrée et le séjour sur notre territoire national.

Les Actions sont menées de main de maître par nos gouvernants... et dans notre dos... dans le plus grand secret, mais en toute légalité. Une quarantaine de demandeurs d'asile et non pas une quinzaine comme l'a signalé le JSL le jeudi dernier 20 octobre, ont été installés dans le château de Montlaville, château appartenant aux guides de France et comptant environ 78 couchages.

 

Les demandeurs d'Asile sont placés dans des "résidences privées", en conséquence personne ne peut rien dire, même pas les autorités de la Mairie.

De plus notre état, passe par l'ADOMA, filière de la SNI, (Société Nationale Immobilière) société chargée, entre autre, de loger des fonctionnaires à des loyers modérés, et détenant un parc impressionnant de plus de 75000 logements dans toute la France. Cette ADOMA (Etat Français) a donc loué le château aux guides de France pour loger les demandeurs d'asile ou ils sont aussi nourris et blanchis.

Près du château, nous avons rencontré et dialogué avec trois jeunes migrants ne parlant pas français, mais essentiellement arabe et un peu anglais. Ces jeunes migrants ''demandeurs d'asile" nous ont signalés qu'ils étaient 40 et qu'ils vivaient au château de Montlaville depuis quatre mois. Ils repartiront dans deux mois pour un autre hébergement (dans un autre département) parce que les organisations humanitaires chargées du placement des demandeurs d'asile les changent de lieu tous les six mois, sans doute pour faire avaler la couleuvre aux Français en leur faisant croire qu'ils ont été expulsés de notre pays mais sont remplacés rapidement par d'autres migrants.

Une anecdote que j'ai apprise à Chardonnay voudrait qu'un des leurs, soit arrivé par erreur à Chardonnay, et que le vrai titulaire ait été oublié lors du voyage d'arrivée. Pour corriger cette erreur ces migrants ont été transportés en taxi entre Dunkerque et Chardonnay. Sachant qu'un trajet Bourg en Bresse => Lyon coûte 135 € !!!

Les trois jeunes nous ont informés qu'ils bénéficiaient tous, d'une allocation de 11 euros par jour et par personne. Ils nous ont montré leur carte Mastercard que l'administration Française leur a remis et sur laquelle est mentionnée : "allocation de demandeurs d'Asile" et qui est créditée chaque mois la somme de 330 €.

Sachez que tous les "migrants de Calais" bénéficient du même traitement.

11 € par jour par 12 000 demandeurs d'asile coûte quand même 4 320 000 € par mois, à l'état, donc à nous, soit 51,8 millions d'euros par an au seul titre de l'aide financière. Il faut y ajouter les repas, les habits, les chaussures, et l'hébergement.

 

Un nouveau scandale financier se prépare dans le domaine de la gestion des finances publiques.

Nos gouvernants laissent des familles entières de français ayant eu un accident de parcours à la rue, sans aucun secours, mais prennent grand soin de personnes arrivées en France en violation de toutes nos lois.... Nous connaissons de nombreux travailleurs qui ne gagnent que le SMIC, et une fois qu'ils ont payés toutes leurs charges, (loyer, eau, électricité, chauffage, impôts, carburant de leur voiture, nourriture etc.) et bien il ne leur reste pas 330 € d'argent pour vivre.

Merci aux contribuables à qui ont demande toujours de faire des efforts par le biais d'impôts et de taxes supplémentaires.

Un des jeunes nous a montré sur son Smartphone des scènes enregistrées sur le bateau qui leur a permis la traversée en mer. D'après leurs dires, des passeurs leur ont pris 5000 $ pour le passage en mer, puis après une longue errance, ils sont arrivés dans le nord de la France. Tous les migrants tiennent ce même discours et nous ne savons pas qui finance réellement ce droit de passage.

Le jeune âgé de 23 ans est arrivé d'Iran, pays dans lequel il s'était engagé dans l'Armée et qu'il a quittée pour venir chez nous. Il se dit marié et espère dès que possible faire venir sa femme et vivre à Paris. Les deux autres jeunes âgés de 16 et 17 ans sont d'origine Afghane, ils comptent aussi trouver du travail à Paris. Sauf qu'on leur cache qu'il y a en France plus de 6 millions de chômeurs et que leur chance de trouver du travail en ne parlant et comprenant le français que très sommairement ne leur permettra que de trouver des petits boulots ou du chômage, voire se faire exploiter comme nous le voyons fréquemment dans les reportages de grands magasines TV, ou alors ils profiteront de la discrimination positive instaurée lors du précédent quinquennat....

Ces jeunes hommes apprennent le français au rythme effréné de 3 heures par semaine et n'apprennent que ''le parler et la lecture''. L'écriture n'est pas enseignée. Le reste du temps est tué à jouer au ballon et à se promener aux alentours du château.

 

En ce qui concerne les ressentis divers et variés de la population de Chardonnay, nous avons pu interviewer plusieurs personnes et avons eu plusieurs versions différentes de la "cohabitation forcée".

Si certaines personnes ne trouvent rien à redire et s'accommodent bien de cette cohabitation, qui représente quand même près de 25 % de la population du village, (40 demandeurs d'asile pour 200 habitants), d'autres auraient voulu avoir leur mot à dire sur la venue de ces jeunes.

De nombreux d'habitants ne sont pas ravis, s'interrogent sur le fait qu'il n'y ait que des hommes dans cette communauté, et restent prudents et circonspects eu égard aux attentats en France. Ils sont méfiants et restent vigilants.

Une femme en particulier nous a avoué avoir eu franchement peur en se trouvant nez à nez avec un groupe de migrants dans ses vignes. Elle ne peut plus sortir maintenant sans son chien...Elle se demande pourquoi nos 27 pays Européen n'aident pas ces personnes dans leur pays d'origine plutôt que de les voir se déraciner et inonder l'Europe.

Un habitant nous a informé qu'il allait quitter le village de Chardonnay et vivre dans un village voisin.

Un viticulteur mécontent a dû porter plainte pour vol de raisin dans ses vignes .

Un résident de Chardonnay habitant pas très loin du château n'est pas très content du tapage occasionné par les demandeurs d'asile qui jouent au foot jusqu'à la tombée de la nuit. Nous sommes loin du grand banditisme et il faut bien occuper ces jeunes.

Je conclurai en disant qu'il est pitoyable et lamentable de constater que nos dirigeants veulent jouer les grands seigneurs, mais sont parfaitement incapables de s'occuper de nos pauvres. Ils dépensent des millions sans compter pour aider des personnes arrivées en toute illégalité sur notre sol.

Nos politiques de tous bords confondus, par leur comportement sont totalement irresponsables et mènent le pays tout droit à la guerre civile en toute conscience...

 

Ce communiqué de presse se veut factuel, et n'a d'autres but que de vous informer sur ce qui se passe réellement dans nos communes de Saône et Loire, mais également dans toute la France et de sensibiliser au fait que même nos Maires qui sont pourtant les premiers magistrats des communes et Officiers de Police Judiciaire en titre n'ont pas le droit au chapitre.

Au risque de paraître trivial, ils se font "enfumer" comme nous tous et n'ont rien à dire !!!

Didier DUBOS, sous couvert de Corinne MOSSIRE présidente de la voix des français.  

EXPRESSION CITOYENNE : Un Mâconnais demande le retour de "l'ordre et du calme", rue de la Barre

Par une lettre au préfet de Saône-et-Loire qui nous est parvenue via un riverain qui partage le point de vue de l’auteur (celui-ci souhaitant rester anonyme).

DÉCÈS DU MAIRE DE SIGNES : La commission des lois du Sénat lance une grande consultation des maires

La séntarice Marie Mercier, secrétaire de la commission des lois, s'exprime sur le sujet dans un communiqué. Les maires ont jusqu'au 15 septembre pour répondre en ligne à un questionnaire.

CONSEIL MUNICIPAL DE MÂCON : Ça s’échauffe sévèrement sur le centre-ville

CONSEIL MUNICIPAL MACON JUILLET2019 - 1.jpg
On n’avait pas vu le conseil municipal atteindre un tel niveau électrique dans les échanges entre majorité et opposition depuis bien longtemps…

POLITIQUE : Elisabeth Roblot rejoint Agir, la droite constructive

ROBLOT.jpg
La Vice-présidente du conseil départemental de Saône-et-Loire rappelle ainsi son engagement à défendre une droite libérale, humaniste et pro-européenne

MUNICIPALES 2020 : La liste Mâcon citoyens 2020 mise sur la démocratie citoyenne

apéro Mâcon citoyens 2020.jpg
Mercredi, les représentants du mouvement politique Mâcon citoyens 2020 sont partis à la rencontre des Mâconnais autour d’un apéro citoyen en centre-ville.

EXPRESSION POLITIQUE - Jérôme Durain : "C’est un quart des effectifs de GE que la direction souhaite rayer d’un trait de plume"

Dans un communiqué, le sénateur socialiste de Saône-et-Loire rappelle la "doctrine Montebourg" pour GE.