lundi 22 avril 2019

GEYSERMACON.jpg

 

Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, la police remarque une Audi qui roule à grande vitesse en ville et veut procéder à un contrôle. Le conducteur prend la fuite. A l’angle de la rue de Sancé, il percute une borne à incendie : geyser d’eau...

Il ne s’arrête pas et fonce vers la rue d’Ile de France, où il vit.

La police le rattrape et l’interpelle. L’homme est ivre (2 grammes d’alcool dans le sang), il tient des propos incohérents et vocifère, insulte. « Allez vous faire enculer, fils de putes. » C’est à ce moment là que son passager, Manuel F. sort du véhicule et attaque les policiers par derrière, « qu’est-ce que vous faites à mon pote, lâchez-le », il porte des coups, il les insulte aussi, il leur crache dessus, de surcroît. Les policiers se sont mis à plusieurs pour le maîtriser, Manuel a continué même au poste de Police à les couvrir d’insultes. On a dû le menotter aux chevilles.

 

« Je ne savais pas ce que je faisais. »

 

Abdelatif S. est âgé de 33 ans, c’est le conducteur. Une mention à son casier pour délit de fuite en 2014, un mois de sursis. Le SPIP le dit fragilisé par une vie sentimentale tendue ou compliquée, il boit, il boit trop. Manuel F. est bien plus jeune, né en 1994, il travaille comme assistant étancheur, il a un CDI, son patron en est content, mais voilà, il a fait 3 mois de prison ferme récemment, sa copine l’a quitté, et depuis rien ne va plus : consommation d’alcool et de cannabis en hausse.

On peut en entendre ceci : la vie affective les tient plus ou moins, ou pas. La capacité de chacun à encaisser les ruptures, les déceptions, et à tenir sa route, a ses mystères, et ses conséquences aussi. « J’ai oublié une partie de ce qui s’est passé », dit Abdelatif. « Je ne savais pas ce que je faisais », reconnaît Manuel. Il dit vrai : sous l’empire de l’alcool et des stupéfiants, littéralement déchaîné, il ne savait pas ce qu’il faisait exactement, mais il l’a fait quand même, et en vertu du principe de responsabilité qui fait de lui un homme libre, il est responsable pénalement, et de libre deviendra prisonnier.

 

On ne peut excuser l’agression des forces de l’ordre

 

Les sept policiers se sont portés parties civiles. Le Parquet demande des peines différenciées en fonction des casiers des prévenus, et de ce que chacun a fait il y a trois jours. La Procureur rappelle ceci : ces hommes s’en seraient tenus au délit de fuite, et à la détention de stupéfiants (12 grammes de cannabis sur Manuel), eh bien l’affaire suivait son cours mais il n’y aurait pas eu de comparution immédiate.

Outrages et rébellion ne sont pas tolérables, et ne sont pas tolérés, ce sont des faits dont la gravité motivent une réponse rapide. De plus, la procureur a observé chez Manuel une attitude défensive éruptive lors de son déferrement et pense qu’il a une « haine des forces de l’ordre ». « Deux contrôles récents qui débouchent sur deux comparutions immédiates. Il a un CDI et dit qu’il ne veut pas retourner en prison, mais il ne nous en laisse pas le choix. »

L’avocate du jeune homme souligne que les faits surviennent dans un contexte compliqué en ce moment à Mâcon : les faits de violences et d’outrages s’enchaînent et tout le monde est sous tension.

C’est vrai aussi. Un renfort policier inhabituel se tient au fond de la salle, au cas où.

 

Verdict

 

Les deux hommes sont reconnus coupables des faits qui leur sont reprochés.

Abdelatif S. est condamné à 6 mois de prison dont 4 avec sursis mise à l’épreuve pendant 2 ans, et à une révocation du sursis de 2014, soit 7 mois en tout.

Manuel F., qui a agi en état de récidive légale, part directement en détention, pour 13 mois, et 3 mois de sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans.

Ils devront indemniser les policiers.

Florence Saint-Arroman

(Merci à notre fidèle internaute pour la photo)

THOISSEY : Collision frontale au niveau du port

COLLISION FRONTALE PORT THOISSEY - 1.jpg
Un des blessés, gravement touché, a été héliporté.

MÂCON : Un quadragénaire profère des menaces de mort de chez lui vers l'extérieur

1541352411_police-afp.jpg
Les faits se sont produits hier soir rue de Bourgogne à Mâcon. Il était à peu près 20h30 quand un homme de 45 ans, alcoolisé, a proféré des menaces de mort vers l'extérieur, envers les pompiers notamment. Il était chez lui dans son appartement.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.