dimanche 31 mai 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • MUSEE URSULINES MACON REOUVERTURE.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

Pourquoi je voterai contre la loi El Khomri au Sénat

 

Le débat sur la loi El Khomri à l'Assemblée nationale avait tourné court en raison de l'utilisation par le Gouvernement de l'article 49 3. L'étude de ce texte au Sénat a au contraire permis une étude exhaustive du projet de loi. Malheureusement le résultat des discussions au Palais du Luxembourg ne s'avère pas suffisamment satisfaisant pour que je vote en faveur de cette loi.
L'impossibilité pour le Gouvernement d'engager sa responsabilité au Sénat a permis d'obtenir des discussions longues et argumentées avec 1064 amendements déposés en séance et 160 scrutins publics.

 

J'ai pour ma part déposé et défendu, avec bon nombre de mes collègues sénateurs socialistes, des amendements visant à améliorer le texte. Hélas, le rapport de force entre droite et gauche au Sénat a fait qu'une seule de ces tentatives a été couronnée de succès : mon amendement visant à prévenir les salariés au moins quinze jours à l'avance pour la programmation individuelle des périodes d’astreinte en l’absence d’accord collectif a été l'unique amendement que j'ai porté à être adopté.

 

Je regrette que le Sénat n'ait pas adopté d'autres amendements qui correspondaient à des attentes fortes de nos concitoyens : j'avais ainsi proposé que la majoration des heures supplémentaires reste à un plancher correspondant aux accords de branche pour maintenir le pouvoir d'achat. J'ai également déposé, sans succès, un amendement pour revenir sur les accords offensifs dont les salariés craignent qu'ils ne facilitent leur licenciement.

 

La droite étant majoritaire au Sénat, le verrou des 35 heures a sauté, le seuil minimum de 24 heures pour le temps partiel a été supprimé, de même que la généralisation de la garantie jeunes, le compte personnel d'activité a été partiellement vidé et le plafonnement des indemnités prudhommales (à 15 mois de salaires) a été rétabli. Le projet de loi tel qu'il était sorti de l'Assemblée nationale ne me satisfaisait déjà pas. Après le passage à la moulinette par la droite sénatoriale, le bilan s'est encore assombri.

 

Alors que les locaux de la CFDT et de la CGT ont été vandalisés la semaine dernière, alors que les relations entre l'exécutif et les partenaires sociaux s'enveniment, je considère que la loi El Khomri ne permettra pas en l'état d'enclencher la dynamique positive dont notre pays a besoin. Si la France a sans doute besoin d'actualiser son droit du travail, cela ne peut se faire qu'en offrant des contreparties suffisantes aux salariés. Constatant que le compte n'y est pas, je voterai donc contre la loi Travail.

 
 
Monsieur Jérôme DURAIN
Sénateur de Saône-et-Loire
Conseiller régional de Bourgogne Franche Comté

POLITIQUE : Jérôme Durain pose au Gouvernement la question de la responsabilité des élus locaux

Le Sénateur de Saône-et-Loire estime que « L'Etat qui décide de tout ne peut pas reporter sa responsabilité sur les élus locaux »

EXPRESSION POLITIQUE : « Les masques, où est la vérité ? » demande instamment Marie Mercier

La sénatrice de Saône-et-Loire fait part de la consternation, voire du dégoût des professions médicales et para-médicales...

Covid-19 : Les nouveaux élus de gauche au Conseil municipal de Mâcon veulent être impliqués

Dans une lettre adressée au maire, ils formulent quelques propositions et demande un effot de transparence.

Le sénateur Jérôme Durain demande au gouvernement des consignes claires concernant la gestion des masques

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, le sénateur PS de Saône-et-Loire et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté a évoqué la réquisition par l'Etat des masques commandés par la Région.

EXPRESSION POLITIQUE : L’URDC demande plus d'«ambition» pour sauvegarder les entreprises

Présidant le groupe d'opposition URDC au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, François Sauvadet salue les mesures d’urgence prises par la majorité face à la crise sanitaire, tout en proposant d'ajouter des aides directes pour sauvegarder les entreprises et les emplois.

EXPRESSION POLITIQUE : Julien Odoul regrette « un rendez-vous en catimini »...

et appelle à l'union régionale autour des soignants et de la Bourgogne Franche-Comté. Le président du groupe Rassemblement national au conseil régional s'exprime dans un long communiqué avant l'assemblée de ce vendredi.

Toni Spinazze (CAPEB 71) : "La vie d’un artisan ou d’un ouvrier du BTP vaudrait-elle moins que celle de n’importe quel autre citoyen ?"

Il n'y pas que les médecins et le personnel soignant qui soient scandalisés par les manquements du Gouvernement... Après celle de Pierre Bost, patron de Alpes Bourgogne Constructions, la charge du président de la CAPEB 71 contre Muriel Pénicaud dans une lettre ouverte.