JEROME_DURAIN_HURIGNY.jpg

 

C'est ça aussi le job de sénateur : venir devant les maires expliquer son action, les rouages du sénat, puis recueillir les doléances. Jérôme Durain a réalisé l'exercice lundi soir à Hurigny, en toute souplesse et simplicité, des qualités qui manquent au niveau de l'Etat, pour faciliter la conduite des affaires locales.

 

Le sénateur socialiste, seul de son camp sur le département, parcours tout la Saône-et-Loire pour rendre compte et recueillir. Il était accueilli ce lundi par Dominique Deynoux, maire d'Hurigny, entouré d'une dizaine d'élus communaux des villages voisins, la Roche Vineuse, St-Albain, Charbonnières, Sologny, La Salle, Chevagny-les Chevrière.

En préambule, et en sa qualité de Conseiller régional, Jérôme Durain a rappelé que 20 millions étaient proposés aux communes par la Région en 2016 pour aider au financement des projets. « 10 millions sont au titre du fond de soutien pour les centres bourg. La Région repêche les projets déposés mais retoqués par l'Etat. Les 10 autres millions seront débloqués sur appel à projet dont les modalités seront connus d'ici la fin du mois. Les bénéficiaires seront connus en septembre. »

Une nouvelle forcément bien accuillie, mais... il y a la baisse des dotations de l'Etat aux communes qui préoccupent particulièrement les élus : « Les investissements dans nos communes baissent à cause de cela, et c'est le développement économique, l'attractivité de nos villages qui en pâtie. » Des élus unanimes sur ce sujet ! Ajoutés à cela, la lenteur et les blocages administratifs, et l'action de l'élu se transforme en combat.

 

Un combat qui se traduit parfois par du désespoir quand il s'agit de lutter contre les fermetures de classes. Marc Dumont, maire de St-Albain, attaquait là-dessus, en lancuer d'alerte : « A St-Albain, nous perdons, une classe. Mais ce qu'il faut savoir, c'est que les effets d'annonce font fuir les élèves vers le privé. Dans les RPI, on se pique aussi nos élèves parfois pour équilibrer les effectifs et tenter d'échapper à ces fermetures. Il y a un effet domino négatif. Et c'est là encore l'attractivité de nos communes qui en pâtie. Que ce soit dit, l'école est le poumon du village. » 

Puis d'enchainer : « Je me suis adressé à l'Inspection pour la fermture de classe. Réponse : on ne reviendra pas sur cette décision. Tout ça n'est pas très logique, car les effectifs de l'école sont stables. » Sans école, point d'avenir ! Et de conclure sur une forte crainte : « Si l'école disparaît, que va-t-on faire de nos employés communaux. A brève échéance, oui, nous craingnons même cette fermeture complète. »

La fuite vers le privé était également pointée par la maire de Charbonnière, Renée Bernard, pour une raison différente : « L'école le mercredi matin fait fuir les parents. » Et la maire de Sologny, Michèle Jugnet, d'ajouter : « C'est bien beau de faire des regrouments en RPI, mais le problème des transports va devenir vraiment criant. Sachez que de très jeunes enfants prennent le bus tôt et rentrent tard chez eux le soir. Ça pose question. »

 

PLU, très haut débit, RCEA, mise en accessibilité, inter-communalité furent autant de problèmes évoqués aussi avec le sénateur. Et un problème majeur qui se dessinait au cours de la réunion : le manque de clareté et de simplicité pour agir efficacement localement.

Rodolphe Bretin

 

DURAIN_HURIGNY.jpg

 

DURAIN_HURIGNY3.jpg

 

DURAIN_HURIGNY4.jpg

Une réunion en présence des conseilelrs départementaux Catherine Fargeot et andré Peulet