mercredi 20 février 2019

TGIMACON.jpg

« On a l'impression d'une insertion difficile, dit le Président. Vous êtes jeune, mais quand même. » Mais quand même 10 mentions à son casier, à 22 ans d'âge, déjà père de 2 enfants, qui vivent en foyer mère-enfants à Valence avec la maman, et bientôt un 3ème d'une nouvelle amie.

Mais quand même il voudrait, dit le CPIP, « vivre tranquille sa vie de père de famille », il dit être « fatigué de la délinquance ».

 

Le jeune M. N. est né à Mâcon, d'une famille marocaine, qui vit « au quartier » depuis toujours et qui en a connu l'évolution. Une famille soudée, mais dans le sens aimant du terme, pas dans le sens mafieux. Une famille dont la seconde génération, qui a connu l'adolescence à une époque où on se cachait encore de ses parents pour fumer un joint, ce qui d'après elle n'est plus franchement le cas aujourd'hui (les ravages de la décomplexion), se soucie de sa progéniture, mais sans savoir toujours comment la driver pour que ça aille « droit » : « parce que si tu ne mets pas la main dans le sac, personne ne peut t'y prendre ». Logique.

 

Mais voilà, « le discours volontariste de M.N., poursuit le CPIP, se heurte à la réalité » : la police l'a interpellé sur le parking Monnier avant-hier à 3 heures du matin, avec son cousin, mineur. Les voitures sont arrivées à toute allure sur appel téléphonique d'un habitant insomniaque qui avait entendu les bris des fenêtres de voiture, et elles ont bloqué toutes les issues possibles. M.N. est arrêté côté quai, son cousin, côté rue du 24 juin.

L'habitant est devenu témoin, il a reconnu les deux jeunes hommes lors d'une parade au commissariat.

 

Les faits :

 

4 voitures dont 3 garées côte à côte, fenêtres brisées, fouillées et delestées de menus objets, dont une paire de Ray Ban à la monture particulière et surtout avec des verres de vue, que les policiers retrouvent immédiatement sur le mineur.

Les auditions donnent des éléments sur un 3ème homme, un Monsieur V., désigné comme celui qui aurait filé les Ray-Ban au plus jeune dans la soirée.

Dans la soirée ? Le témoin dit avoir vu les voleurs prendre leur élan pour casser une nouvelle vitre, il était 3 heures du matin lors de l'action.

D'un autre côté, il affirme avoir vu un homme coiffé d'une casquette mais cette fameuse casquette n'est pas apparue à la fouille, n'a pas été retrouvée sur le parking ni dans les poubelles, pas davantage que d'éventuels outils, ni les objets volés, comme 3 CD dont une victime a déclaré la disparition. Pas d'empreinte ADN pour confondre le voleur, pas de gants dans les parages.

 

Le Parquet requiert 12 mois fermes

 

Maître Vion, pour la défense de M.N. ne manquera pas de relever ces éléments, qui mis bout à bout, devraient conduire à une relaxe pour insuffisance de preuves. Elle rappelle également qu'il ne s'agit pas de juger la vie du jeune homme, mais des faits précis, rétablissant ainsi une balance que le Parquet chargeait de tout bois comme faire valoir qu'il n'était pas un bon père, n'envoyant pas d'argent pour ses enfants (que par ailleurs il visite).

Reste un casier judiciaire pour de nombreux vols, un état de récidive légale (jugement du 28/01/2013), et surtout des mises à l'épreuve qui n'ont pas donné « l'amorce d'un bout de chemin pour construire quelque chose » : le Parquet requiert 12 mois avec mandat de dépôt.

 

La vie n'est pas un oinj

 

M.N. portait cette nuit-là un tee-shirt dont l'inscription n'est pas au goût du Président : « la vie c'est pas un oinj, si tu me roules c'est moi qui te fume ». Pourtant c'est plutôt vrai : la vie n'est pas un oinj, et on mesure lors des comparutions immédiates combien un casier judiciaire vous met des semelles de plomb.
Pas de oinj : 9 mois de prison ferme, mandat de dépôt.
Chagrin de sa sœur, souci de son père, souci de son oncle qui trouve qu'au quartier « les lois ne sont pas assez sévères pour tous ceux qui la jouent à l'envers », il trouve aussi qu'il faudrait rendre aux parents leur part de responsabilité dans les dérives criminelles des trafiquants qui financent si facilement les vacances d'été, entre autres.

Une insertion difficile, disait le Président : oui, dans un contexte difficile lui aussi.

 

F.S-A

 

Les victimes des vols et des dégradations de véhicule voient leurs demandes de parties civiles acceptées. Le Tibunal renvoie sur intérêts civils en novembre prochain.

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.

PONT-DE-VEYLE : Une maison en feu dans la grande rue

Feu_habitation_Pdv_161218 (5).jpg
ACTUALISÉ LUNDI 14H : Un appel urgent à une aide vestimentaire est lancé.

MÂCON : Une blessée grave dans une collision avec délit de fuite

ACCIDENT MACON RUE BIGONNET 0912 - 5.jpg
ACTUALISÉ : Un appel à témoins est lancé.

SAÔNE-ET-LOIRE : 3 morts dans un crash d'avion près de Charolles

Crash avion.jpg
Après des recherches par hélicoptère, l'avion a été localisé vers 14h dans le bois de Beaubery. Les trois occupants, pilote et passagers, sont morts carbonisés. ACTUALISÉ : Le procureur Eric Jaillet, qui s'est rendu place, a donné les 1eres informations en milieu d'après-midi.

TRIBUNAL DE MÂCON – Violences conjugales : jusqu'à la plaie et l'hématome au visage

VIOLENCE CONJUGALE MACON.jpg
Elle était là, assise en face de la juge, le visage marqué par les blessures. Son homme était à quelques mètres, dans le box des accusés, escortés par les gendarmes. Le couple s'est battu dans la nuit de mercredi à jeudi...

CHARNAY : Ivre au volant, il provoque un accident et fait 2 blessés

ALCOOL AUVOLANT A CHARNAY.jpg
ACTUALISÉ : Le verdict du tribunal de Mâcon

MÂCON : Embardées sur la route, sous l'emprise de la drogue et de l'alcool, et plus encore...

C'est au volant, peu après 21h, et pourtant interdit de séjour en Saône-et-Loire (sauf pour travailler) que Frédéric, 47 ans, commet cet acte délictueux ce dimanche soir place Gardon. ACTUALISÉ : La juge a décidé de son incarcération.

TRIBUNAL DE MÂCON : Ivre au volant, il avait percuté la voiture des gendarmes

TGI_MACON.jpg
Les faits se sont déroulés samedi à 00h40 à Tournus.