PERISCOPE.jpg

Le parquet d'Evry a ouvert une enquête après le suicide d'une jeune femme qui a souhaité « faire réagir les gens » en se donnant la mort en direct sur Periscope. Elle avait porté des accusations de viol, sans toutefois avoir porté plainte.

 

L'application Périscope a fait un boum lors des débuts de Nuit Debout à Paris : elle permet de diffuser en direct des petites séquences filmées, sur Twitter. Un aspect « tranche de vie », en direct-live comme disaient les Nuls il y a longtemps, moquant un engouement pour l'immédiateté dont les medias sont tous victimes et auteurs.

 

L'aspect « tranche de vie » a atteint son comble aujourd'hui après qu'on a appris le suicided'une jeune femme, hier après-midi, en direct sur Périscope. Celle-ci s'était filmée auparavant dans la journée pour d'une part créer un effet d'annonce et avoir des spectateurs, d'autre part pour qu'on protège les mineurs d'une scène choquante, enfin pour que ses proches puissent « comprendre »...

Au moment de son passage à l'acte, plus de 1000 followers étaient connectés : elle s'est jetée sous une rame du RER C.

 

Le parquet d'Evry a ouvert une enquête, évidemment.

 

CLIQUEZ ICI POUR PLUS D'INFOS

 

CLIQUEZ ICI POUR LIRE UN BILLET SUR TWITTER ET PERISCOPE

 

(Photo d'accueil : Capture d''écran du compte Periscope de la jeune femme / France Info)