mardi 2 juin 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • MUSEE URSULINES MACON REOUVERTURE.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

Avec des accents rappelant ceux de Raffarin, alors Premier ministre de Chirac, qui déclarait en 2003 lors des mobilisations contre la contre-réforme des retraites « Le Parlement doit décider, la rue doit défiler, mais ce n’est pas la rue qui gouverne », Myriam El Khomri s’en va, répétant qu’elle ne cédera pas à la rue et ne retirera pas la loi travail...

Elle se sent malgré tout obligée de rappeler qu’elle est « une femme de gauche » et d’ajouter : « la rue, j’y ai suffisamment manifesté pour en entendre et en accepter aujourd’hui l’écho »...

 

Qui décide ?

Sa justification n’en est que plus explicite : El Khomri entend la rue, peut-être, mais elle la méprise encore beaucoup plus sûrement : «  Bien sûr, nous aurions pu renoncer et choisir le confort de l’inertie, la popularité du silence. Réformer n’est jamais simple. Renoncer est plus confortable. Mais mieux vaut être jugée sur une audace que sur une posture. » Elle exprime tranquillement toute la morgue des gouvernants, de ceux qui décident à notre place. De leur côté, l’« audace » et la réforme ; du côté de la rue, donc du nôtre, le « confort de l’inertie » et du renoncement... Elle fait ainsi écho à la rengaine des directions d’entreprise sur les fameuses « résistances au changement » des salariéEs... à chaque fois que ces dernierEs s’opposent aux licenciements, restructurations, dégradations des conditions de travail...

Derrière tout cela, il y a une seule et même idée fondamentale : les patrons, les gouvernants sauraient ce qui est bon et juste, donc ils pourraient et devraient décider, contre l’avis des premierEs concernéEs qui eux n’en seraient pas capables, trop englués dans – au choix – les habitudes, les égoïsmes, les visions à court terme...

 

Un système illégitime qui marche au pas

Au-delà de l’exigence du retrait de la loi travail, la question de qui est légitime pour décider est posée largement. Contre-réforme après contre-réforme, les gouvernements successifs imposent la destruction de la protection sociale, des services publics, et aujourd’hui du Code du travail, tout cela au nom du « c’est pour votre bien » et sur l’air de « faites nous confiance et ça ira mieux demain »... Pourtant, leur bilan est sans appel : ils n’ont aucune légitimité pour nous imposer de nouvelles régressions.

S’y ajoute la révélation des différents scandales – Panama Papers, salaires exorbitants des grands patrons, détournement des fonds sociaux par les grands groupes capitalistes... –, le constat chaque jour plus évident des ravages du productivisme sur le climat, la biodiversité, la santé...

Dans ce panorama, la répression occupe une place centrale, depuis l’état d’urgence en passant par le racisme d’État et aujourd’hui les violences policières contre les manifestantEs... Après le coup d’État de la troïka contre le peuple grec, tous ces éléments concourent à mettre en évidence combien illégitimité et violence extrême de ce système marchent d’un même pas cadencé.

 

Les censurer dans la rue

La question de la démocratie est au cœur de la révolte actuelle « contre la loi travail et son monde ». Alors que le débat s’est ouvert mardi 3 mai à l’Assemblée nationale sur ce projet de loi, le gouvernement a décidé de passer en force, d’utiliser la méthode du coup d’État, en recourant à l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter la loi travail sans vote. Le divorce est aveuglant entre d’une part ces institutions et de l’autre l’immense majorité de celles et ceux qui verraient leurs conditions de vie et de travail aggravées. C’est donc peu dire qu’« ils ne nous représentent pas ! »

 

L’enjeu des prochains jours est là : il s’agit de renvoyer comme un boomerang à ce gouvernement son acharnement à passer en force, qui use et abuse des institutions antidémocratiques et de la violence d’État. Dans la foulée de l’état d’urgence, il pensait pouvoir tout se permettre, mais ça ne passe pas, le refus est majoritaire, même si son expression reste encore à construire. Le gouvernement est aujourd’hui en mauvaise posture, le PS est dans une crise profonde. Cela offre au mouvement social une possibilité de gagner, d’enregistrer enfin une victoire !

 

Plus que jamais, l’épreuve de force est donc engagée : ce gouvernement n’est plus légitime ni pour la population ni chez les travailleurs ni à gauche. Sans aucune hésitation, dégageons-le et pour cela amplifions les mobilisations. Dans ce cadre, la journée du 12 mai prend une autre dimension : elle doit être une vraie journée de grève interprofessionnelle pour commencer à bloquer le pays pour censurer le gouvernement et sa loi. Dans la foulée, occupons les places pour décider ensemble des suites de la mobilisation.

 

Le mouvement actuel ne porte pas seulement la contestation radicale du système politique actuel, en particulier avec Nuit debout, il cherche à construire lui-même ses propres réponses sociales, démocratiques, écologiques, à dessiner une autre société à partir des luttes et résistances. Alors que depuis trop longtemps, l’absence de représentation politique des exploitéEs et des oppriméEs laisse le champ libre à la désespérance et aux réponses autoritaires de l’extrême droite, c’est aussi cette possibilité de « nous représenter nous-mêmes », de construire nos propres outils politiques, qui peut avancer.

 

Le NPA 71 (Nouveau Parti Anticapitaliste)

André Accary : "Confions aux Départements la gestion unique et entière des Ehpad, et supprimons les ARS"

ACCARY ANDRE ARS.jpg
Le Président du conseil départemental de Saône-et-Loire s'exprime dans une tribune à l'occasion du Ségur de la Santé.

POLITIQUE : Jérôme Durain pose au Gouvernement la question de la responsabilité des élus locaux

Le Sénateur de Saône-et-Loire estime que « L'Etat qui décide de tout ne peut pas reporter sa responsabilité sur les élus locaux »

EXPRESSION POLITIQUE : « Les masques, où est la vérité ? » demande instamment Marie Mercier

La sénatrice de Saône-et-Loire fait part de la consternation, voire du dégoût des professions médicales et para-médicales...

Covid-19 : Les nouveaux élus de gauche au Conseil municipal de Mâcon veulent être impliqués

Dans une lettre adressée au maire, ils formulent quelques propositions et demande un effot de transparence.

Le sénateur Jérôme Durain demande au gouvernement des consignes claires concernant la gestion des masques

Lors de la séance de questions au gouvernement ce mercredi, le sénateur PS de Saône-et-Loire et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté a évoqué la réquisition par l'Etat des masques commandés par la Région.

EXPRESSION POLITIQUE : L’URDC demande plus d'«ambition» pour sauvegarder les entreprises

Présidant le groupe d'opposition URDC au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, François Sauvadet salue les mesures d’urgence prises par la majorité face à la crise sanitaire, tout en proposant d'ajouter des aides directes pour sauvegarder les entreprises et les emplois.

EXPRESSION POLITIQUE : Julien Odoul regrette « un rendez-vous en catimini »...

et appelle à l'union régionale autour des soignants et de la Bourgogne Franche-Comté. Le président du groupe Rassemblement national au conseil régional s'exprime dans un long communiqué avant l'assemblée de ce vendredi.

Toni Spinazze (CAPEB 71) : "La vie d’un artisan ou d’un ouvrier du BTP vaudrait-elle moins que celle de n’importe quel autre citoyen ?"

Il n'y pas que les médecins et le personnel soignant qui soient scandalisés par les manquements du Gouvernement... Après celle de Pierre Bost, patron de Alpes Bourgogne Constructions, la charge du président de la CAPEB 71 contre Muriel Pénicaud dans une lettre ouverte.