mercredi 12 août 2020
  • MAPSTR MACON.jpg
  • maconsurlo-final.jpg
  • CENTRE AQUATIQUE MACON 01082020 - 1.jpg
  • Route_71_290x400 (2).jpg

tb.jpg

 

Inhabituel : le Tribunal a passé la vidéo de l’agression

Les faits en images

Vendredi matin, à 7 h 30, Monsieur Ben Belgacem, chauffeur de bus pour Carpostal, faisait sa tournée sur la ligne G. A l’arrêt « Théâtre », il lance le bonjour aux passagers qui s’annoncent : beaucoup de scolaires à cette heure-ci, il a l’habitude. La vidéo montre sans pitié le déroulé de la scène qui fit irruption à ce moment-là.

Idriss, 24 ans, et Johann, 21 ans, finissaient leur nuit passée au 400. Ils étaient allés à la boulangerie. Idriss était vrillé par l’alcool. Il portait sa ceinture enroulée autour du poignet, c’est ce qui a attiré l’attention du chauffeur.

La vidéo, prise de la cabine de conduite, montre Idriss, énervé, qui vocifère (la bande son n’est pas audible à l’audience). D’après la transcription faite par les enquêteurs, il aurait lancé au chauffeur :

« Tu connais la ZUP ou pas ?
- Non
- T’es chez nous, là, t’es chez nous !
- Au-revoir, je vais fermer les portes.
- On s’en bat les couilles, tu vas rien fermer du tout. »

Et Idriss d’asséner des coups de ceinture sur un montant métallique.

Là-dessus, Johann, qui ne manifestait aucune agitation particulière, grimpe les marches, frappe soudainement le conducteur au visage, puis ressort. Le chauffeur met une main devant son nez en réflexe à la douleur, et de l’autre main appuie sur l’alarme. Les deux jeunes hommes remontent dans le bus, Idriss est toujours énervé. Ils prennent ensuite la fuite.

 

Les prévenus

Ses copains, amis, le diront tous en dehors du Tribunal : Idriss n’est comme ça que lorsqu’il a bu. Et il boit depuis quelques années, suite à un événement traumatisant dont il n’est pas remis, et dont ne nous mentionnerons rien de précis, bien que ce fait divers ait assombri la ville de trois deuils, dont l’un brisait Idriss et sa mère au cœur.

De toute façon ce n’est pas sous ce jour qu’il est éclairé lors du jugement : la Présidente fait préciser clairement à Idriss qu’il n’est en rien propriétaire d’un quartier de la ville, et pour le reste, son âge, son manque de diplômes, son inactivité, et les multiples signalements de la police le concernant pour des troubles divers et variés, vont le border sous un angle aussi défavorable que la façon dont il est connu des services de police.

C’est ainsi d’ailleurs que les deux garçons ont pu être interpellés si rapidement, tous les deux déjà connus, et des images vidéo très nettes à l’appui.

Johann, lui, a un casier judiciaire ouvert devant le Tribunal pour enfants, égrené d’éclats de violence. Dans la salle, sa grand-mère, sa mère, sa sœur, sa nièce, un rang de femmes dignes, posées, et tristes. Sa mère a quitté Lyon pour éloigner son fils de la violence urbaine, plaide Maître Bakaya, du barreau de Lyon. Elle s’est installée, après mutation professionnelle, dans un village. Avec du terrain : que son fils soit en lien autrement avec la vie. Pas de père à l’horizon, pas davantage que chez Idriss dont le sien avait laissé tomber femme et enfants il y a longtemps.

 

Qu’est-ce qui leur a pris, en dehors de l’alcool ?
« Il a imaginé que le chauffeur croyait que »

« Un malentendu » va plaider Maître Pidoux pour Idriss. Un malentendu dans un contexte « d’insultes raciales ». Son client a « imaginé que le chauffeur croyait que ». Vient en tête, pendant la plaidoirie, la chanson de Jul « J'suis dans ma paranoïa, paranoïaque, laissez-moi sur ma route, j’en ai plus rien à foutre ». Idriss avait tant bu qu’à 13 heures, soit près de 6 heures après l’agression, son alcoolémie était de 0.55 mg. Quand on est victime d’exclusion, « on peut se sentir attaqué même si ce n’est pas réel ». Elle souhaite que le Tribunal distingue les responsabilités, son client a insulté copieusement le chauffeur, mais n’a frappé qu’un montant métallique.

L’irruption de Johann dans la scène à laquelle il assiste passivement au début, surprend, puisque rien dans le contexte ne permet de s’y attendre. « Acte purement gratuit », dit le Parquet.

Les copains, dehors, évoqueront les effets de groupe, comme facteur entraînant, et comme facteur favorisant les postures et les actes de kékés, c’est le mot qu’ils emploient eux-mêmes.

Car Idriss avait fait le projet, avec la Mission Locale, de suivre une formation d’agent de sécurité. Johann, lui, vient de passer le concours d’aide-soignant. Versant construction ce n’est pas néant, mais une main de temps en temps fait effraction et tire en bas. Une main violente, ou une main alcoolisée.

 

Prison ferme

Le Parquet requiert des peines « fermes, symboliques, et pédagogiques ».
Le Tribunal en décide autrement : pas de suivis mise à l’épreuve, pas d’obligations de soins, mais 1 an de prison ferme pour Johann, et 6 mois pour Idriss, les deux sont maintenus en détention, « pour éviter le renouvellement ».
Ils sont solidairement condamnés à indemniser la victime à hauteur de 2500 € et Carpostal à hauteur de 500 €.

Il n’est pas habituel que soit diffusée une vidéo de la scène au Tribunal. On est frappé de la rapidité avec laquelle on passe d’une situation paisible à une agression. Et le comportement de Monsieur Ben Belgacem, calme du début à la fin, frappe aussi : pas l’esquisse d’un geste ou d’une réponse agressive. « Acte purement gratuit », sur fond d’existences parlées de violence ou d’ivresse.

 

F. Saint-Arroman

VINZELLES : Il recule volontairement dans la foule en voiture et fait de nombreux blessés !

VINZELLES MYBEERS VOITURE FOLLE.jpg
RÉACTUALISÉ ce 11 août : Rétablissons la justesse de l'information.

SÉCURITÉ ROUTIÈRE : 15 infractions liées à l’alcoolémie et 2 aux stupéfiants dans le département

SECURITE ROUTIERE controle 0820 2.jpg
La nuit dernière, une vaste opération de contrôles d’alcoolémie et de stupéfiants a été menée sur l’ensemble des routes du département.

SANCÉ : Il menace ses parents, insulte les policiers et retourne en prison

TGI_MACON.jpg
Le 24 juillet dernier, les policiers interpellent un homme de 47 ans, à Sancé, suite à une plainte déposée dans la journée par son père.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un important dispositif de pompiers mobilisé après plusieurs départs de feux à Saint-Martin-sous-Montaigu

Incendie_StMartinsousMontaigu_InfoChalon_0001.jpg
Plus de 60 pompiers mobilisés au plus fort de la journée. Un drone engagé pour mieux diriger les équipes.

CHALON-SUR-SAÔNE : Une fusillade fait un mort et 2 blessées graves

10312_1_full.jpg
Les faits se sont déroulés sur le plateau Saint-Jean. L'auteur de l'assassinat se serait donné la mort. La femme de la victime et sa fille de 21 ans sont gravement blessées.

MÂCON : Pour un « regard en croix », une double fracture à la mâchoire !...

C'est ce qui est arrivé à un jeune livreur de pizzas le 21 mai dernier. « Son agresseur est revenu à la charge samedi, deux mois après » indique des membres de sa famille, qui alertent en même temps sur une montée de la violence à Mâcon cet été. Un phénomène confirmé par la police.

MÂCON : Un SDF s'en prend violemment à deux personnes en l'espace de 12h

AGRESSION MACON SDF.jpg
L'individu a été présenté ce lundi devant le tribunal, en comparution immédiate.

MÂCON : Saisie record de résine de cannabis

SAISIE DROGUE 10KG MACON.jpg
La prise date du vendredi 10 juillet. C'est en milieu d'après-midi (15h40), dans le quartier des Saugeraies, qu'un deal est repéré par les policiers de la BAC.

MÂCON : Deux jeunes lui foncent dessus en scooter et reviennent lui casser la figure. Il s'en remet au procureur…

AGRESSION MACON - 2.jpg
Le récit de cette agression a été fait à partir du témoignage de la victime, qui a pris contact avec macon-infos.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre une moto et une voiture rue du stade

ACC CRECHES STADE.jpg
Actualisé : On en sait plus sur les circonstances précises de cet accident.

MÂCON : Deux dealers attrapés au début du confinement

Se faire contrôler en plein confinement sans pouvoir justifier d’une sortie pour motif impérieux, en possession de produits stupéfiants… c’est ce qu’on peut appeler la double peine… et c’est ce qui est arrivé à deux jeunes de La Chapelle-de-Guinchay au mois de mars.

BERZÉ-LA-VILLE - SOLOGNY : 4 blessés dont 2 graves dans une violente collision sur la RD 17

ACCIDENT BERZE LA VILLE 07062020 ACC4 - 1.jpg
L'accident s'est produit ce matin vers 8h30. Une des victimes a été transportée par hélicoptère à l'hôpital de Lyon. Son état était jugé très sérieux à la suite de sa désincarcération. ACTUALISÉ : Le jeune homme transporté à Lyon est décédé des suites de ses blessures en arrivant à l'hôpital (info gendarmerie).

TRIBUNAL DE MÂCON - Crêches-sur-Saône : En l'absence de drogue, la transaction tourne mal...

VOL VIOLENCE CRECHES - 1.jpg
Il est des choses qu'il vaut mieux ne pas toucher. F... en a fait l'amère expérience cette fin d'après-midi du 12 mai sur un parking de Crêches-sur-Saône.

RCEA-RN79 : À 160km/h entre Cluny et Mâcon

CONTROLES GENDARMES RCEA CHARNAY 3005 - 12.jpg
Le gendarmes de l'escadron départemental de sécurité routière étaient postés sur la RCEA ce samedi après-midi, dans le sens Cluny-Mâcon, pour des contrôles de vitesse. Bilan de deux heures d'opération.