JOURNALISTES_ET_ROMS.jpg

 

Caroline Félix (originaire de Charnay les Mâcon) et Jolan Zaparty (Villefranche sur Saône), deux des membres d'une expédition journalistique chez les Roms de Roumanie, étaient vendredi de passage à Mâcon. Mâcon-Infos est parti à leur rencontre pour en savoir plus sur un ambitieux projet journalistique.

 

JOURNALSITES_ET_ROMS2.jpg

Cinq jeunes apprentis journalistes français, dont une Charnaysienne, ont parcouru, en janvier, pendant deux semaines, la Roumanie pour mieux comprendre l’identité d’une ethnie qui fait souvent la Une des journaux français : les Roms. Le résultat de ce voyage est un produit multimédia unique qui fait le portrait complexe de cette population. Photo : Aliénor Adrey, Caroline Félix, Claire Villalon, Harmonie Pacione et Jolan Zaparty

 

Pour ce reportage en Roumanie, ils étaient accompagnés par l’interprète roumaine Roxana Albu Mercié, médiatrice sanitaire auprès des populations roms vivant à Lyon.

 

Une réussite possible grâce à un agenda que ces journalistes ont établi eux-mêmes (leurs coûts ont été couverts en partie par l’école et le reste avec à un financement participatif). « On est à l’école de journalisme de Toulouse et, tous les ans, il y a un projet pour partir à l’étranger et réaliser un web – documentaire. On a choisi démocratiquement dans la classe d’aller en Roumanie même si la destination n'était pas forcement d’actualité. En revanche, le sujet des Roms en France est un sujet d’actualité qu’on connaît depuis longtemps, mais qui est, pour le moment, passé sous silence », explique Caroline.

 

« Malgré la couverture médiatique des évacuations de camps, des bandes de voleurs en métro, en effet on les connaît peu. On avait notre vision franco-française de la question. Le point de départ était ça, on avait envie de savoir qui sont ces gens. Donc on s’est logiquement tournés vers la Roumanie parce que c’est un pays où il y a la plus grande communauté rom d’Europe », explique à son tour Jolan.

Une démarche que lui et ses collègues ont appelée « Identité(s) rom » et qui a été envisagée autour de 5 pôles, lesquels, selon Caroline, « constituent ce qui fait l’identité de quelque chose : la langue, la culture, la politique, l’urbanisme et évidement les aspects liés à la discrimination. »

 

Pour Jolan Zaparty, ce sont les multiples rencontres et expériences personnelles qui ont été révélatrices : « Il y a, en effet, des multiples identités roms. On a vu à la fois ces Roms appelés caldarari, très traditionnels, des artisans du cuivre, qui gardent leur façon de vie ancestrale et d’autres qui vivent dans les villes, qui sont intégrés, mais qui subissent la discrimination.

« On a aussi rencontré cette élite rom qui est fière de sa culture après les années communistes quand on leur demandait de gommer toute identité rom. Il y a tellement de nuances, des  parcours différents pour les membres de cette communauté ! C’est ça qu’on a du mal à percevoir depuis la France », avoue de son côté Caroline Félix.

 

L’équipe française a dû se confronter à la fois à la réticence initiale des Roms qui étaient déjà mécontents de la façon avec laquelle la presse étrangère couvre leur ethnie, et résister au piège de certains interlocuteurs qui avaient essayé d' « orienter » leur travail : « On a laissé les gens parler le plus souvent possible, nos commentaires sont assez neutres. On a assumé le parti pris de parler des Roms de Roumanie sans faire de connections avec le mouvement migratoire même si le public verra que ce qu’on a mis en avant aide à comprendre les Roms qui sont déjà en France. On ne voulait pas non plus tomber dans le piège du misérabilisme. Pour nous, il a été important d’avoir aussi une version roumaine du site internet pour permettre aux gens qu’on avait rencontrés en Roumaine de comprendre ce qu’on avait fait. C’est une forme de respect » nous ont expliqué Caroline et Jolan.

 

Des ghettos de Bucarest, aux bords du Danube à Giurgiu et dans les villages de Transylvanie, le périple des étudiants de Toulouse les a mené à la rencontre des nombreuses communautés de Roms, des musiciens, artisans, intellectuels, représentants politiques et même de l’autoproclamé roi des Tsiganes. Un caléidoscope visuel (photo, vidéo) et sonore qui est accessible en ligne à l’adresse www.identitesrom.com et qui offre, au delà des reportages et des interviews, le contexte politique, historique et culturel d'un des groupes ethniques les plus controversés d'Europe.

Cristian Todéa

 

12193655_921639784581542_7815694363951560073_n.jpg

Jolan_Zaparty_et_lautoproclame_roi_des_tziganes_Dorin_Cioaba__photo_-_identites_rom.jpg

le_site_web.jpg

 

Cliquez sur l'image pour accéder au site identitesrom.com

photo_2-_identites_rom.jpg

photo_3-identites_rom.jpg

photo-_identites_rom.jpg