CAVALE_MACON.jpg

En décembre 2014, au moment des fêtes, Monsieur X, 44 ans, obtient une permission de sortie. Il est incarcéré à Caen, dont la maison d'arrêt connaissait alors un taux d'occupation de 160 %. Une prison vieillissante et surpeuplée, qui attendait néanmoins son retour, mais nada : l'homme s'était fait la belle, et cela fait 2 ans qu'il est en cavale.

Avant-hier il se trouvait à Mâcon, et voilà pas que la police veut contrôler son identité... Monsieur X n'a pas de carte d'identité à présenter, alors on l'emmène au poste : relevé de ses empreintes digitales, on les rentre dans le terminal, qui sort une identité, puis on rentre l'identité, l'ordinateur mouline et sort... un mandat d'arrêt.

L'évadé n'est plus un évadé, il est à nouveau prisonnier, à Varennes-le-Grand dans l'immédiat, il sera transféré à Caen, puis jugé, puis réincarcéré : il a grillé son droit aux sorties pour un moment.
Comme le disait Dédé la cavale, échappé à 6 reprises de prison, et qui avait acquis une solide expérience :
"Un simple contrôle peut tout faire capoter…"