jeudi 16 juillet 2020
  • MACON PREND SES QUARTIERS ETE 20203 - 1.jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • Route_71_290x400 (2).jpg

BATILLATMACONTGIVIOLENCES022016_Copier.jpg

Richard V. a 48 ans, il est alcoolique, sous traitement et suivi depuis 2 ans, mais il a rechuté, et il y a 4 jours, dans la soirée du 23, il a littéralement défoncé le visage d'Olivier, clochard de son état, lui fracturant les os du visage. Les pompiers ont dû réanimer le SDF sur la chaussée. L'agresseur a été jugé ce vendredi. Récit de l'audience.

 

« Vous auriez pu le tuer, de tels faits divers peuvent se terminer aux Assises »

 

Interpellé sans difficulté, puisqu'il est sorti de son immeuble de la rue Batillat en plein centre ville en disant aux secours qu'il était l'auteur des faits, Richard est d'abord placé en garde à vue, puis en détention provisoire, et devant la Chambre des comparutions immédiates réunie vendredi après-midi, il raconte :

 

« En fait, Olivier, c'est pas un ami, mais c'est quelqu'un que j'ai croisé plusieurs fois, et il est venu chez moi avec Christophe lundi soir. Ils ont apporté des bouteilles de rosé, moi j'en avais acheté aussi. On a bu. J'ai bu deux bouteilles. On a fait une partie de fléchettes. Olivier a eu besoin d'aller aux toilettes, bien sûr, et j'ai proposé qu'ils mangent chez moi si ils voulaient. Alors j'ai préparé à manger, et j'ai servi les assiettes. Mais alors Olivier s'est mis en colère, il s'est mis à gueuler que c'était pas bon, que c'était dégueulasse, alors qu'il n'avait même pas goûté. Je lui ai dit de partir. Il a pris son sac à dos, son blouson, et il est descendu. Mais arrivé aux boîtes aux lettres, il continue à brailler, et il gueulait 'je vais te tuer, je vais te planter'. Alors, à cause des voisins, je descends. Je lui dis d'arrêter de crier, qu'il y a des voisins. Mais il continue, et il me met un coup de pied dans le tibia, et c'est parti.

- C'est parti... ?, interroge le Président.

- Je l'ai frappé. Je l'ai d'abord poussé, mais il a mis sa main vers son sac en disant je vais te planter, alors je lui ai mis un coup de pied.

- Dans le visage ?

- Oui

- Vous avez fait un sport de combat ? De la boxe française ?

- Oui, il y a longtemps.

- Une fois qu'il est au sol, vous faites quoi ?

- Rien.

- Il ne bougeait plus ?

- Non. Je suis monté chercher mon portable, j'étais en tee shirt, j'avais rien sur moi, je voulais prévenir les pompiers, la police, mais quand je suis redescendu, la voisine les avait déjà appelés.

- Vous auriez pu le tuer, vous donnez des coups de pieds au visage, des coups de poing, des coups qui portent vraiment. C'est une réponse disproportionnée. Des faits divers comme ça, ça peut se terminer aux Assises. »

 

Olivier C. victime d'une puissance de frappe sans retenue

 

Le fait est : Olivier C. est trouvé inconscient. Il a une ITT de 28 jours, et c'est pour l'instant un minimum : double fracture des mandibules, fracture du sinus, fractures des os du nez. Tuméfactions, et plaie à la lèvre.

2,9 grammes d'alcool par litre de sang à l'arrivée aux urgences : état éthylique. Avec ça la victime ne se souvient de rien.

 

Richard T. avait lui aussi un taux d'alcoolémie intéressant. 
Célibataire, il a 5 enfants de trois mères différentes. Il ne voit que le dernier, de 11 ans, pour lequel il verse une pension alimentaire.

Maître Veaux, pour sa défense, rappellera qu'il bosse, en missions. Il a été cariste, chauffeur-livreur, il est actuellement ripeur.

 

Verdict


Richard est suivi depuis 2 ans par le centre d'addictologie. Il a fait deux cures à l'hôpital, il a un traitement médicamenteux. Il dit avoir rechuté 2 jours avant les faits. Pourquoi ? Un élement déclencheur ? « Je ne sais pas... La solitude. »

 

Richard V., pour « violence par une personne en état d'ivresse manifeste suivie d'incapacité supérieure à 8 jours » est condamné à 12 mois de prison dont 4 mois avec sursis et une mise à l'épreuve de 2 ans avec obligations de soin et de travailler, interdiction de contact avec la victime.

Il est maintenu en détention.

 

Florence Saint-Arroman

MÂCON : Deux jeunes lui foncent dessus en scooter et reviennent lui casser la figure. Il s'en remet au procureur…

AGRESSION MACON - 2.jpg
Le récit de cette agression a été fait à partir du témoignage de la victime, qui a pris contact avec macon-infos.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre une moto et une voiture rue du stade

ACC CRECHES STADE.jpg
Actualisé : On en sait plus sur les circonstances précises de cet accident.

MÂCON : Deux dealers attrapés au début du confinement

Se faire contrôler en plein confinement sans pouvoir justifier d’une sortie pour motif impérieux, en possession de produits stupéfiants… c’est ce qu’on peut appeler la double peine… et c’est ce qui est arrivé à deux jeunes de La Chapelle-de-Guinchay au mois de mars.

BERZÉ-LA-VILLE - SOLOGNY : 4 blessés dont 2 graves dans une violente collision sur la RD 17

ACCIDENT BERZE LA VILLE 07062020 ACC4 - 1.jpg
L'accident s'est produit ce matin vers 8h30. Une des victimes a été transportée par hélicoptère à l'hôpital de Lyon. Son état était jugé très sérieux à la suite de sa désincarcération. ACTUALISÉ : Le jeune homme transporté à Lyon est décédé des suites de ses blessures en arrivant à l'hôpital (info gendarmerie).

TRIBUNAL DE MÂCON - Crêches-sur-Saône : En l'absence de la drogue, la transaction tourne mal...

VOL VIOLENCE CRECHES - 1.jpg
Il est des choses qu'il vaut mieux ne pas toucher. F... en a fait l'amère expérience cette fin d'après-midi du 12 mai sur un parking de Crêches-sur-Saône.

RCEA-RN79 : À 160km/h entre Cluny et Mâcon

CONTROLES GENDARMES RCEA CHARNAY 3005 - 12.jpg
Le gendarmes de l'escadron départemental de sécurité routière étaient postés sur la RCEA ce samedi après-midi, dans le sens Cluny-Mâcon, pour des contrôles de vitesse. Bilan de deux heures d'opération.

MÂCON : Un conteneur incendié dans la nuit de vendredi à samedi

FEU CONTENEURS PROVENCE MACON - 2.jpg
Actualisé ce lundi : La police a ouvert une enquête.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.