CHARNAY_PETITS_CHAMPS_LARONZE_MALCUS7.jpg

 

Les études d’urbanisme pré-opérationnelles menées récemment par la collectivité ont permis de définir un scénario d’aménagement et de programmation. Le voici. Il a été présenté en réunion publique ce mardi soir par le maire Jean-Louis Andrès.

 

Approuvé le 13 décembre 2010, le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Charnay-Lès-Mâcon a depuis fait l’objet de deux modifications simplifiées (en 2012 et 2013), et d’une révision (en 2015).
Face aux enjeux d’urbanisme durable que représente l’aménagement du futur quartier « Petits-Champs - La Ronze - Malcus », il est apparu nécessaire de compléter et de modifier l’Orientation d’Aménagement et de Programmation (OAP) définie en 2010 au sein du PLU. La vocation de ce site à être urbanisé est inscrite de longue date dans les documents d’urbanisme successifs de la commune. "Il s’agit d’un secteur stratégique pour le développement de notre territoire."

 

Propos introductif du maire

La modification du PLU a été lancée dès le début de notre mandat. Le 31 juillet 2014 était ouverte la procédure d’appel à concurrence pour la sélection du bureau d’études. Les études menées par l’atelier Urba-site, représenté par M. Loïc Garaix, ont été lancées le 13 novembre 2014.
Les travaux ont été présentés à la commission cadre de vie /urbanisme, examinés en commissions réunies et présentés suivant le droit au conseil municipal du 25 janvier dernier.
La puissance publique doit rester maîtresse de l’aménagement de cet espace public : c’est le principe directeur de cette modification du PLU.
Elle doit également promouvoir les impératifs d’environnement, la recherche architecturale et le lien social. C’est donc la source et l’ambition de cette modification qui se formalise dans les orientations d’aménagement et de programmation.
De surcroît, personne n’ignore qu’à très brève échéance un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) verra le jour, inscrit lui même dans le schéma de cohérence territorial (SCOT).
Or Charnay dispose d’un tènement foncier de 40ha, unique et très important dans l’agglomération mâconnaise : il est de notre devoir de préciser, aujourd’hui, comment notre commune conçoit son avenir dans l’agglomération.
Cette entité de plus, revue et approfondie au regard la fusion CAMVAL /Communauté de communes du Mâconnais Beaujolais, effective fin mars prochain, en application de la loi sur la coopération intercommunale.

Par cette modification, nous avons également l’obligation de penser notre avenir dans plusieurs domaines :
- Organiser la réalisation cohérente et équilibrée en termes d’emplacement et d’architecture des bâtiments d’habitation à venir, au regard :

•    d’une part de l’évolution du marché immobilier,

•    d’autre part de l’obligation de respecter le quota de réalisation de logements sociaux dont l’insuffisance coûte une pénalité de 30 000€ par an (négociée par nos soins au lieu de près de 50 000€/an).

- Assurer le maintien d’équilibre socio-économique par la restitution à l’agriculture de 4 ha,

- Prévoir le développement économique à long terme par la réservation de terrains pour des activités artisanales,

- Anticiper les conséquences du développement urbain intercommunal (ouest et sud) par la réalisation d’une voie d’agglomération, attendue depuis quarante ans,

- Répondre aux besoins des futurs habitants du quartier de la Nouvelle Coupée, besoins non pris en compte au démarrage du programme, avec du foncier destiné à des établissements publics (écoles, crèches, équipements sportifs)

 

Vous comprendrez ainsi aisément combien la puissance publique ne peut laisser à l’abandon la maîtrise de l’aménagement, sauf à voir surgir ça et là des réalisations qui compromettent et étouffent irrémédiablement le futur.
Je voudrais également préciser que ces orientations d’aménagement intègrent la réalisation du pôle santé qui comprend une hôtellerie pour chirurgie ambulatoire et hébergement de court séjour, un espace de rééducation fonctionnelle ainsi que divers services d’accompagnement. Tout cela sur un espace de trois hectares stratégiquement positionnés entre l’hôpital et la clinique du Val de Saône.
Par ses orientations d’aménagement et de programmation, cette modification du PLU assure aux dépositaires de la puissance publique la maîtrise des outils du développement. En effet, il n’est pas acceptable que l’aménagement de l’espace résulte de la somme des actions de promotions, au gré d’opportunités successives et de la satisfaction d’intérêts particuliers immédiats.
La priorité pour nous est d’absorber la construction des 520 logements de la Nouvelle Coupée avec leurs conséquences sans obérer les atouts du foncier Petits Champs, La Ronze, Malcus. C’est l’objet de cette modification du PLU. Les grands principes d’aménagement sont ainsi posés

 

 

Sur cette base, les études préalables à la modification du PLU ont permis de définir un scénario d’aménagement et de programmation qui comporte notamment :

• Une nouvelle voirie d’agglomération fédérant l’ensemble des fonctions urbaines, les polarités principales de la commune, et le transit avec un débou- ché Nord sur la rue Ambroise Paré

• Une trame verte et bleue dissociée de la trame viaire (voiries) qui permet de proposer des liens en mode doux au coeur des secteurs habités. Ces par- cours sont superposés aux anciens tracés de chemins agricoles, et sont support de la gestion des eaux pluviales avec une rétention tout au long des axes et voies. Cette trame représente environ 5 ha

• Le développement du Pôle Santé offrant +/- 3 ha pour l’implantation d’activités tertiaires médicales sur les terrains situés entre la rue de la Ronze et la limite communale Nord. Ce secteur aux fonctions urbaines mixtes est susceptible d’accueillir également quelques logements

• La réservation à long terme d’un secteur destinés aux équipements publics pour accompagner la croissance de Charnay (équipements scolaires, sportifs, et/ou culturels)

• La restitution à l’agriculture de 4,1 ha par rapport à l’actuel PLU, dans le but de préserver cette activité et le maintien de l’emploi dans la filière agricole

• Un parc d’activités économiques mixte développant une offre foncière à destination des artisans et des PME en complémentarité de l’offre existante sur la CAMVAL, et d’une offre commerciale en accompagnement de la croissance et en complément de l’offre du centre-ville et de la Nouvelle Coupée.

 

Une nouvelle voirie d’agglomération Charnay-Sancé

 

Pourquoi cette voirie d’agglomération ?

Charnay est la porte d’entrée ouest de l’agglomération. Les équipements et les services publics sont pour la majorité d’entre eux regroupés au nord (Cité administrative, SDIS, Hôpital...) et au centre de la commune, ce qui génère de nombreux flux de déplacement. L’agglomération a besoin d’une nouvelle voirie d’agglomération pour désengorger le centre de Charnay et permettre aux habitants d’accéder facilement au coeur de l’agglomération.

Aujourd’hui, et depuis l’ouverture du barreau routier Barthelot de Rambuteau, le flux de la rue de la Coupée s’est reporté sur la rue des Petits Champs qui n’est pas adaptée pour recevoir ces flux journaliers (estimés à environ 12 500 véhicules/jour - comptages 2015).

A noter que cette affluence ne cesse de croître avec l’attractivité des bourgs de l’ouest mâconnais.

Il manque donc une voie dimensionnée pour absorber le flux actuel et adaptée aux besoins futurs. Celle-ci permettra un gain de temps, une praticité et une attractivité pour ce secteur de la ville classé en zone constructible depuis les années 70, qui sera amené à être urbanisé sur un temps long de +/- 30 ans.

Depuis plus d’un an, le travail mené conjointement par Charnay, Mâcon et la CAMVAL a pour objectif d’éviter le report du fort trafic routier sur la rue des Petits Champs et en cascade, sur la rue de la Ronze et les rues traversantes de Flacé (rue Bichat, Bvd de la Liberté). Une solution doit être trouvée aujourd’hui pour préserver le caractère des voies existantes, la sécurité et le confort des usagers.

 

Un projet qui a évolué

Si un tracé longeant l’autoroute a déjà été étudié (et retranscrit dans le PLU actuel), il n’est aujourd’hui pas retenu. Non viable techniquement, il ne dispose en effet d’aucun débouché nord (arrivant sur l’arboretum de Mâcon). De surcroît, le coût de cet aménagement serait beaucoup plus important pour les collectivités car son tracé implique un linéaire bien plus long.

Le projet actuel privilégie donc une liaison (en cours de réalisation) qui, depuis la rue Ambroise Paré longera la polyclinique et se raccorderait au barreau réalisé au niveau de la rue des Petits Champs, cette dernière ne pouvant pas être élargie. Évitant ainsi la densification plus importante du coeur de ville qui souffre déjà d’en- gorgement, le projet entend défendre l’intérêt collectif de tous les Charnaysiens.

 

Un projet d’intérêt communautaire

Ce projet engage l’ensemble du bassin de vie mâconnais. Ainsi, il s’inscrit dans le projet d’agglomération voté le 11 décembre 2014 et qui porte sur les cinq prochaines années sur le volet liaison La Bâtie (Charnay) - La Madone (Sancé). Les première estimations du coût de la voirie d’agglomération sont de l’ordre de 3,9 millions d’euros, un investissement qui sera supporté par les collectivités et les opérateurs privés (aménageurs, promoteurs, constructeurs). Par exemple, le premier tronçon en cours de réalisation sera financé par l’aménageur des premiers équipements de lancement du pôle santé (Médic Center / EHPAD). A l’issue des travaux, l’aménageur rétrocédera à l’euro symbolique la voirie à la collectivité. Précisons que toutes les voiries futures du quartier auront vocation à être publiques.

 

Synthèse des enjeux structurants : intégration urbaine et environnementale

CHARNAY_PETITS_CHAMPS_LARONZE_MALCUS.jpgCHARNAY_PETITS_CHAMPS_LARONZE_MALCUS2.jpg

 

Schéma d’orientation d’aménagement et de programmation

CHARNAY_PETITS_CHAMPS_LARONZE_MALCUS3.jpgCHARNAY_PETITS_CHAMPS_LARONZE_MALCUS5.jpg       

Un dossier réalisé par la Ville de Charnay