dimanche 5 juillet 2020
  • Route_71_290x400 (2).jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • EGC BOURG CHALON - 1.jpg

TGIMACON.jpg

L'élement déclencheur : le larcin d'un déodorant en stick d'un montant de 4,06 euros.

 

Dom A., 36 ans, arrêté hier soir pour vol aggravé par des violences, comparaît aujourd'hui, en menace de rupture d'avec un parcours de réinsertion qui portait des fruits, puisque suivi et accompagné par le CPIP il avait arrêté de se droguer (depuis 3 ans sous Subutex). Suivi et accompagné par Le Pont, il avait intégré un appartement-relais. Suivi et accompagné par les Jardins de Cocagne, il y travaillait depuis le 20 juillet dernier, et avait mis en place, avec l'accompagnatrice socio-professionnelle des Jardins, un projet pour parachever sa formation de soudeur en juin prochain. « Sa situation sociale a évolué, réadaptation sociale, en tenir compte », écrit le CPIP. Oui, mais voilà...

 

Les faits

 

Hier en fin d'après-midi, vers 18 h 30, Dom. entre au Carrefour City de la rue de la Barre. Il passe au rayon du pain, puis au rayon alimentaire, puis au rayon produits d'hygiène. Il se dirige vers la caisse, puis se ravise, et retourne au rayon hygiène, prend un déodorant qu'il met dans sa poche. Le gérant du magasin l'observe sur les écrans des caméras de surveillance. A la caisse, Dom. paie son pain et des saucisses, et sort. Le gérant lui fait face, et interrompt son départ. Il lui demande de vider ses poches. Dom. sort son téléphone portable. Le gérant insiste, et précise alors que la police va arriver. « Va te faire foutre ! » lui lance Dom. et il cherche à s'enfuir. Le gérant l'en empêche, et ça dégénère, Dom. va lui coller un coup de tête. Un homme viendra en aide au jeune gérant. Dom. empeste l'alcool. La police l'embarque.

 

Le prévenu

 

Dom. a 36 ans et un casier relativement chargé (beaucoup de choses deviennent relatives quand on fréquente les audiences). Il cumule 7 ans de prison. Pour des vols, essentiellement. Célibataire sans enfants, n'a jamais connu son père, sans relations avec sa mère depuis des années. Sans famille. Sauf qu'il est amoureux, depuis quelques mois, on veut y voir un des fruits de sa « réadaptation sociale ». Elle est dans la salle, elle est jeune, a le regard ouvert, le gérant du Carrefour la connaît aussi, il la trouve agréable et sympathique.

Aucune condamnation depuis 2012, certes, mais Dom. est quand même en état de récidive légale (le délai est de 5 ans), et ça aggrave le vol déjà aggravé par les violences.

Hier, il avait bu, ça n'a pas dû l'aider à se maîtriser : « J'ai fait n'importe quoi hier, j'ai tout perdu pour 5 minutes de connerie, j'ai pas réfléchi, si j'avais réfléchi ça ne serait pas arrivé. »

 

La victime

 

La victime est donc le gérant d'une supérette. Une trentaine d'années, gros travailleur et pas énervé. Capable de faire face, c'est sûr, et il le faut bien : les vols sont réguliers, pas une semaine sans une situation de ce genre à gérer. Et que faire ? Quand les gens peuvent payer ce qu'ils ont volé, souvent ça s'arrête là. Quand les gens ne le peuvent pas, police. Quand ce sont des mineurs, police, c'est la loi. Quand il y a des coups, police. Hier il y a eu des coups, et une jeune caissière a eu peur : quand ça commence, qui sait quand et comment ça va s'arrêter ? Le gérant est presque désolé de ce que son agresseur joue dans cette comparution, et en même temps il ne pouvait pas laisser passer, il ne le devait pas.

 

Le Parquet

 

« Il va falloir que Monsieur prenne son destin en main. Un passage à l'acte violent n'est pas acceptable et pas accepté. Monsieur est imprévisible puisqu'on nous dit qu'il est capable du meilleur, et qu'aujourd'hui on voit qu'il est aussi capable de ce passage à l'acte. Je demande 6 mois de prison et un mandat de dépôt. J'ai conscience du contrat de travail en entreprise d'insertion, des éléments de parcours positifs, j'ai conscience qu'une incarcération met à mal tout cela, mais on peut craindre ses passages à l'acte. »

 

L'avocate de la défense

 

Maître Vion enchaîne sur tout ce qu'un mandat de dépôt viendrait « mettre à mal », « pour 4 euros et 6 centimes, j'insiste sur les 6 centimes, parce que pour une somme pareille, les centimes sont importants. On a l'impression qu'il a été pris dans une pulsion. Et les pulsions, certaines sont légales, d'autres pas... Le problème porte sur la violence : il a pris peur en entendant que la police arrivait. A son crédit : il voulait transiger, rendre le stick de déodorant, et qu'on en reste là. La vicitme n'a pas d'ITT, n'est par chance pas blessée, et le préjudice est de 4,06 €, alors ne prononcez pas de mandat de dépôt, ne portez pas un tel coup à tout ce chemin de construction. »

 

Mandat de dépôt

 

Un délibéré plus tard, le Tribunal condamne Dom. à 4 mois de prison ferme et décerne un mandat de dépôt. Le Président remplit une fiche à l'intention du centre pénitentiaire et y porte : « 16 mg de Subutex par jour, du Lexomil contre les crises d'angoisses ».

 

Aux Jardins de Cocagne, la directrice, jointe après l'audience, parle de « quelqu'un de calme, à l'écoute de ce qu'on peut lui dire, qui peut se mettre en question. Son projet de soudure est sérieux, car il sait déjà souder, il s'agit de parfaire sa qualification. Il n'avait pas travaillé depuis 7 ans. On sait sa fragilité, mais ici il n'y a jamais eu de problème. » Il va falloir annoncer son incarcération à l'équipe. Le genre de nouvelle, dans les structures d'insertion, qui sonne toujours comme si un homme était tombé sur le champ de bataille.

 

Florence Saint-Arroman

 

Dom. A. est aussi condamné à indemniser la victime à hauteur de 500 € au titre du préjudice moral.

MÂCON : Deux jeunes lui foncent dessus en scooter et reviennent lui casser la figure. Il s'en remet au procureur…

AGRESSION MACON - 2.jpg
Le récit de cette agression a été fait à partir du témoignage de la victime, qui a pris contact avec macon-infos.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre une moto et une voiture rue du stade

ACC CRECHES STADE.jpg
Actualisé : On en sait plus sur les circonstances précises de cet accident.

MÂCON : Deux dealers attrapés au début du confinement

Se faire contrôler en plein confinement sans pouvoir justifier d’une sortie pour motif impérieux, en possession de produits stupéfiants… c’est ce qu’on peut appeler la double peine… et c’est ce qui est arrivé à deux jeunes de La Chapelle-de-Guinchay au mois de mars.

BERZÉ-LA-VILLE - SOLOGNY : 4 blessés dont 2 graves dans une violente collision sur la RD 17

ACCIDENT BERZE LA VILLE 07062020 ACC4 - 1.jpg
L'accident s'est produit ce matin vers 8h30. Une des victimes a été transportée par hélicoptère à l'hôpital de Lyon. Son état était jugé très sérieux à la suite de sa désincarcération. ACTUALISÉ : Le jeune homme transporté à Lyon est décédé des suites de ses blessures en arrivant à l'hôpital (info gendarmerie).

TRIBUNAL DE MÂCON - Crêches-sur-Saône : En l'absence de la drogue, la transaction tourne mal...

VOL VIOLENCE CRECHES - 1.jpg
Il est des choses qu'il vaut mieux ne pas toucher. F... en a fait l'amère expérience cette fin d'après-midi du 12 mai sur un parking de Crêches-sur-Saône.

RCEA-RN79 : À 160km/h entre Cluny et Mâcon

CONTROLES GENDARMES RCEA CHARNAY 3005 - 12.jpg
Le gendarmes de l'escadron départemental de sécurité routière étaient postés sur la RCEA ce samedi après-midi, dans le sens Cluny-Mâcon, pour des contrôles de vitesse. Bilan de deux heures d'opération.

MÂCON : Un conteneur incendié dans la nuit de vendredi à samedi

FEU CONTENEURS PROVENCE MACON - 2.jpg
Actualisé ce lundi : La police a ouvert une enquête.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.