couv_embob_Copier.jpg

Faire un peu peau neuve, n'est-ce pas ce que nous souhaitons tous au fond lors des changements d'années ? Il en va également ainsi des associations auxquelles nous sommes tellement habitués que nous finissons par les méconnaître, alors même qu'elles font partie de l'identité de la Ville.

 

Somme toute, à Mâcon intra muros, on compte une librairie et un cinéma d'Arts et d'essais. Que serait Mâcon sans eux ? Eh bien une ville sans librairie, et aucune autre offre de films que celle du multiplexe Cinémarivaux. Or, l'Embobiné et le multiplexe sont complémentaires : que l'un fasse défaut, et il manquerait une jambe.  

 

30 ans, la force de l'âge

 

L'Embobiné cette année a fêté ses 30 ans. Il s'est offert des temps forts, comme la visite de Bertrand Tavernier le 13 septembre dernier et la projection de deux de ses films. L'Embobiné a donc vécu une saison particulière. En ce début d'année, Mâcon Infos a recontré Hélène Truc, sa présidente, et Christophe Daucé, son trésorier, pour faire un point.

 

« Le bilan est bon, puisque sur la saison 2014-2015 nous avons connu une fréquentation de 29 spectateurs en moyenne par séance, ce qui est important puisque nous programmons deux films par semaine pour 6 séances en tout, et pour des films qui ne passeraient jamais si on ne les programmait pas. », explique Hélène Truc.

L'Embobiné explore large, et explore encore davantage pour proposer des films pour différents publics, depuis qu'il ne peut plus passer les films classés « Arts et essais » : « En cumulant avec la programmation du Cinémarivaux, cela donne une offre encore plus large, et c'est très bien ainsi, nous restons complémentaires. »

 

Christophe Daucé, trésorier de l'association, a un bilan qui tient : « Nous avons un petit excédent sur un budget de 19000 € par an. Les adhésions restent à 18 €, avec un demi tarif pour les chômeurs, les jeunes de moins de 26 ans, et un tarif dégressif après janvier, puisque nous fonctionnons par année scolaire et non année civile. »

 

Tous cinéphiles

 

« Chaque film est un regard porté, et ce regard est singulier. Il amène à chaque fois à être ému, à refléchir. Il oriente différemment notre regard sur le monde, il ouvre notre imaginaire. » Christophe Daucé aime non seulement le cinéma mais il est très attentif à la question des désirs que les films suscitent en chacun, et qui rejoignent immanquablement le désir de vivre. Helène Truc et lui se passent la balle, c'est à elle : « Nous avons le souci de toucher des publics diversifiés : animations pour les enfants, films pour ado, pour jeunes adultes, et puis des films à sujets sociologiques qui engagent un travail dans les quartiers via les assistantes sociales de secteurs, l'AEFTI, d'autres associaitons, comme nous l'avons fait pour Mustang, pour Fatima, pour qu'Allah bénisse la France. » L'Embobiné prend une part, active, dans le tissage du tissu social à Mâcon. Christophe enchaîne : « On veut promouvoir la force du rêve, ouvrir des portes, trouver des bifurcations. Le cinéma fait sortir des cases du quotidien. »

 

L'Embobiné propose de riches et jolis programmes, qu'on peut trouver en dépôt un peu partout. Pour ses 30 ans il a lancé un appel à reconstituer des scènes cultes, à les photographier, et il les a éditées : l'Embobiné fait partie de l'identité de cette ville, et à partir de cette ville il travaille, via tous les films choisis et programmés à l'articulation de chacun d'entre nous à l'universel qu'est l'humanité.

 

Son dernier édito le ré-affirme. C'est plus qu'un édito, c'est une profession de foi : « ...parce que nous sommes vivants et voyants, nous allons au cinéma, nous nous réunissons, nous regardons grandir et faisons l'apprentissage de nos rêves. », c'est un projet politique aussi, au sens large, le plus large possible : « Il (le cinéma) est à l'écoute de toutes les minorités, (…). En allant au cinéma vous témoignez de votre appartenance au monde. »

 

La vie partagée, et augmentée. Voilà pourquoi il faut adhérer à l'Embobiné, et aller au ciné.  

 

F. Saint-Arroman

(photo d'accueil : Christophe Daucé, trésorier, et Hélène Truc, présidente de l'Embobiné)

 

 

DSC06605_2_Copier.JPG

Des scènes cultes reconstituées par

et avec des mâconnais pour les 30 ans de l'association

 

DSC06611_2_Copier.jpg

Plus qu'un édito, une profession de foi...

dans le cinéma et ce qu'il apporte à la vie

 

embob_2_2_Copier.jpg

Christophe Daucé, Hélène Truc