dimanche 5 juillet 2020
  • Route_71_290x400 (2).jpg
  • EDENWALL STAGES ETE2020 - 1 (2).jpg
  • JVEUXDULOCAL MACON2105 (2).jpg
  • EGC BOURG CHALON - 1.jpg

tb.jpg

Un duo un peu spécial dans le box avec une escorte : Eric n’a que 18 ans, Fred en a 32.

Malgré cet écart d’âge important, ils sont très potes. Aussi quand Eric retrouve Fred, samedi soir, et lui raconte comment il s’est fait agresser par un type qui lui a volé 20 €, et qu’il croit savoir où il habite, Fred lui emboîte le pas, et les deux amis filent avenue Edouard Herriot, pour venger cette agression. L’idée c’est de « faire chier » l’agresseur, et lui faire passer le goût de recommencer en cramant son paillasson.

L’expédition punitive va mal tourner évidemment, pour plusieurs raisons :

- se faire justice soi-même est illégal
- ce n’était pas le domicile de l’agresseur
- le feu a mis en danger tout le monde.

Et ces raisons peuvent se combiner entre elles de différentes façons : quand bien même ça aurait été le domicile de l’agresseur, se faire justice soi-même reste illégal, et le feu est toujours dangereux.

Les gamins (Fred n’a pas la maturité de son âge) avaient monté un container au premier étage de l’immeuble, l’avaient vidé sur le paillasson, puis avaient froissé des feuilles de papier, avaient aussi placé un vélo d’enfant qui était rangé sous l’escalier. Tout ce bazar visait à la fois à encombrer le passage, et à cramer « un peu le paillasson », sauf que le feu avait gagné le container quand la police est arrivée sur place, alertée par les locataires réveillés par le bruit, et qui restaient derrière leur porte, apercevant des flammes par le judas.

On a du mal à saisir comment cette mayonnaise a pris dans les esprits des incendiaires d’un soir. Ils n’ont rien de délinquants. Eric s’est visiblement fait du cinéma, traumatisé par l’agression dont il dit avoir été victime, avec « un couteau sous la gorge ». Du coup il avait pris sur lui un couteau de cuisine. Au cas où. Au cas où le type recommencerait, au cas où il lui sauterait dessus, …

Le Ministère Public ne cherche pas à comprendre : « Ce sont des violences urbaines. Ils sont inconscients des risques qu’ils font courir aux autres et qu’ils courent eux-mêmes. Si Monsieur avait porté plainte et donné un signalement, la police aurait pu travailler, mais au lieu de ça, il veut se venger : toute personne qui craque une allumette pour incendier un véhicule, ou quoi que ce soit d’autre, doit savoir qu’elle aura à en assumer les conséquences. » Il requiert 1 an de prison, dont 6 mois avec sursis, mais assorti d’un mandat de dépôt, soit de la prison ferme : Eric prend alors la mesure de ce qu’il risque, il encaisse comme il peut. Il flippe : « Si je vais en prison, je n’aurai plus de travail, plus de logement. Perdre tout ça, alors que je suis motivé et que je travaille, c’est trop grave. Je n’ai pas réfléchi, l’autre soir. Mais en garde à vue je n’ai pas dormi, j’ai pleuré tout ce que je pouvais. A l’avenir, je réfléchirai. »

Maître Goergen pour la défense va retailler la large cote du Procureur : ce ne sont pas des délinquants, ils ont des parents qui sont présents, avec son malheureux couteau Eric était plus un danger pour lui-même que pour autrui. Aussi, pas de prison ferme, mais une sanction qui les mène vers de la réflexion.

Verdict : coupables. 1 an de prison dont 8 mois avec sursis. Le Président explique bien les choses : les 8 mois de sursis sont révocables en tout ou partie pendant les 5 années à venir, en cas de nouvelle infraction. Les 4 mois de prison ferme sont aménageables, si toutefois les jeunes gens s’en donnent les moyens.

Ça fait cher la mayonnaise qui prend mal et échappe au contrôle, mais les choses sont claires : se faire justice soi-même est illégal, et quiconque incendie quoi que ce soit aura à en répondre.

Florence Saint-Arroman

 

MÂCON : Deux jeunes lui foncent dessus en scooter et reviennent lui casser la figure. Il s'en remet au procureur…

AGRESSION MACON - 2.jpg
Le récit de cette agression a été fait à partir du témoignage de la victime, qui a pris contact avec macon-infos.

CRÊCHES-SUR-SAÔNE : Un blessé dans une collision entre une moto et une voiture rue du stade

ACC CRECHES STADE.jpg
Actualisé : On en sait plus sur les circonstances précises de cet accident.

MÂCON : Deux dealers attrapés au début du confinement

Se faire contrôler en plein confinement sans pouvoir justifier d’une sortie pour motif impérieux, en possession de produits stupéfiants… c’est ce qu’on peut appeler la double peine… et c’est ce qui est arrivé à deux jeunes de La Chapelle-de-Guinchay au mois de mars.

BERZÉ-LA-VILLE - SOLOGNY : 4 blessés dont 2 graves dans une violente collision sur la RD 17

ACCIDENT BERZE LA VILLE 07062020 ACC4 - 1.jpg
L'accident s'est produit ce matin vers 8h30. Une des victimes a été transportée par hélicoptère à l'hôpital de Lyon. Son état était jugé très sérieux à la suite de sa désincarcération. ACTUALISÉ : Le jeune homme transporté à Lyon est décédé des suites de ses blessures en arrivant à l'hôpital (info gendarmerie).

TRIBUNAL DE MÂCON - Crêches-sur-Saône : En l'absence de la drogue, la transaction tourne mal...

VOL VIOLENCE CRECHES - 1.jpg
Il est des choses qu'il vaut mieux ne pas toucher. F... en a fait l'amère expérience cette fin d'après-midi du 12 mai sur un parking de Crêches-sur-Saône.

RCEA-RN79 : À 160km/h entre Cluny et Mâcon

CONTROLES GENDARMES RCEA CHARNAY 3005 - 12.jpg
Le gendarmes de l'escadron départemental de sécurité routière étaient postés sur la RCEA ce samedi après-midi, dans le sens Cluny-Mâcon, pour des contrôles de vitesse. Bilan de deux heures d'opération.

MÂCON : Un conteneur incendié dans la nuit de vendredi à samedi

FEU CONTENEURS PROVENCE MACON - 2.jpg
Actualisé ce lundi : La police a ouvert une enquête.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.