mercredi 20 février 2019

tb.jpg

Un duo un peu spécial dans le box avec une escorte : Eric n’a que 18 ans, Fred en a 32.

Malgré cet écart d’âge important, ils sont très potes. Aussi quand Eric retrouve Fred, samedi soir, et lui raconte comment il s’est fait agresser par un type qui lui a volé 20 €, et qu’il croit savoir où il habite, Fred lui emboîte le pas, et les deux amis filent avenue Edouard Herriot, pour venger cette agression. L’idée c’est de « faire chier » l’agresseur, et lui faire passer le goût de recommencer en cramant son paillasson.

L’expédition punitive va mal tourner évidemment, pour plusieurs raisons :

- se faire justice soi-même est illégal
- ce n’était pas le domicile de l’agresseur
- le feu a mis en danger tout le monde.

Et ces raisons peuvent se combiner entre elles de différentes façons : quand bien même ça aurait été le domicile de l’agresseur, se faire justice soi-même reste illégal, et le feu est toujours dangereux.

Les gamins (Fred n’a pas la maturité de son âge) avaient monté un container au premier étage de l’immeuble, l’avaient vidé sur le paillasson, puis avaient froissé des feuilles de papier, avaient aussi placé un vélo d’enfant qui était rangé sous l’escalier. Tout ce bazar visait à la fois à encombrer le passage, et à cramer « un peu le paillasson », sauf que le feu avait gagné le container quand la police est arrivée sur place, alertée par les locataires réveillés par le bruit, et qui restaient derrière leur porte, apercevant des flammes par le judas.

On a du mal à saisir comment cette mayonnaise a pris dans les esprits des incendiaires d’un soir. Ils n’ont rien de délinquants. Eric s’est visiblement fait du cinéma, traumatisé par l’agression dont il dit avoir été victime, avec « un couteau sous la gorge ». Du coup il avait pris sur lui un couteau de cuisine. Au cas où. Au cas où le type recommencerait, au cas où il lui sauterait dessus, …

Le Ministère Public ne cherche pas à comprendre : « Ce sont des violences urbaines. Ils sont inconscients des risques qu’ils font courir aux autres et qu’ils courent eux-mêmes. Si Monsieur avait porté plainte et donné un signalement, la police aurait pu travailler, mais au lieu de ça, il veut se venger : toute personne qui craque une allumette pour incendier un véhicule, ou quoi que ce soit d’autre, doit savoir qu’elle aura à en assumer les conséquences. » Il requiert 1 an de prison, dont 6 mois avec sursis, mais assorti d’un mandat de dépôt, soit de la prison ferme : Eric prend alors la mesure de ce qu’il risque, il encaisse comme il peut. Il flippe : « Si je vais en prison, je n’aurai plus de travail, plus de logement. Perdre tout ça, alors que je suis motivé et que je travaille, c’est trop grave. Je n’ai pas réfléchi, l’autre soir. Mais en garde à vue je n’ai pas dormi, j’ai pleuré tout ce que je pouvais. A l’avenir, je réfléchirai. »

Maître Goergen pour la défense va retailler la large cote du Procureur : ce ne sont pas des délinquants, ils ont des parents qui sont présents, avec son malheureux couteau Eric était plus un danger pour lui-même que pour autrui. Aussi, pas de prison ferme, mais une sanction qui les mène vers de la réflexion.

Verdict : coupables. 1 an de prison dont 8 mois avec sursis. Le Président explique bien les choses : les 8 mois de sursis sont révocables en tout ou partie pendant les 5 années à venir, en cas de nouvelle infraction. Les 4 mois de prison ferme sont aménageables, si toutefois les jeunes gens s’en donnent les moyens.

Ça fait cher la mayonnaise qui prend mal et échappe au contrôle, mais les choses sont claires : se faire justice soi-même est illégal, et quiconque incendie quoi que ce soit aura à en répondre.

Florence Saint-Arroman

 

MÂCON-LOCHÉ : Suicide sur les voies du TGV

L'accident est survenu ce début d'après-midi sur les voies de la ligne TGV, allant de Mâcon à Lyon.

TRIBUNAL DE MÂCON : Contrôlé deux fois en une semaine au volant alors qu’il n’avait pas le permis

TGI_MACON.jpg
A 64 ans, Patrick est bien connu des services de police : 24 mentions au casier judiciaire !

TRIBUNAL DE MÂCON : Fou de jalousie, il frappe, insulte et crache sur tout ce qui passe

PALAIS DE JUSTICE MACON - 1.jpg
Kevin C., 31 ans, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences commis le 10 décembre à Mâcon.

PONT-DE-VEYLE : Une maison en feu dans la grande rue

Feu_habitation_Pdv_161218 (5).jpg
ACTUALISÉ LUNDI 14H : Un appel urgent à une aide vestimentaire est lancé.

MÂCON : Une blessée grave dans une collision avec délit de fuite

ACCIDENT MACON RUE BIGONNET 0912 - 5.jpg
ACTUALISÉ : Un appel à témoins est lancé.

SAÔNE-ET-LOIRE : 3 morts dans un crash d'avion près de Charolles

Crash avion.jpg
Après des recherches par hélicoptère, l'avion a été localisé vers 14h dans le bois de Beaubery. Les trois occupants, pilote et passagers, sont morts carbonisés. ACTUALISÉ : Le procureur Eric Jaillet, qui s'est rendu place, a donné les 1eres informations en milieu d'après-midi.

TRIBUNAL DE MÂCON – Violences conjugales : jusqu'à la plaie et l'hématome au visage

VIOLENCE CONJUGALE MACON.jpg
Elle était là, assise en face de la juge, le visage marqué par les blessures. Son homme était à quelques mètres, dans le box des accusés, escortés par les gendarmes. Le couple s'est battu dans la nuit de mercredi à jeudi...

CHARNAY : Ivre au volant, il provoque un accident et fait 2 blessés

ALCOOL AUVOLANT A CHARNAY.jpg
ACTUALISÉ : Le verdict du tribunal de Mâcon

MÂCON : Embardées sur la route, sous l'emprise de la drogue et de l'alcool, et plus encore...

C'est au volant, peu après 21h, et pourtant interdit de séjour en Saône-et-Loire (sauf pour travailler) que Frédéric, 47 ans, commet cet acte délictueux ce dimanche soir place Gardon. ACTUALISÉ : La juge a décidé de son incarcération.

TRIBUNAL DE MÂCON : Ivre au volant, il avait percuté la voiture des gendarmes

TGI_MACON.jpg
Les faits se sont déroulés samedi à 00h40 à Tournus.