vendredi 29 mai 2020
  • TREMA MACON NOUVELLES REGLES (2).jpg
  • VOTRE ANNONCE ICI.jpg
  • CREMANTS VIGNERONS IGE MAIJUIN20202 - 1.jpg

STUPEFIANTS.jpg

 

Détenu depuis août pour rébellion et outrage, il avait obtenu le placement sous surveillance électronique. C’est donc chez lui que la police l’a arrêté pour trafic de stupéfiants.

 

H. H. a 24 ans, il vit du côté du boulevard des Etats Unis, on peut l’appeler « Béné » puisque c’est ainsi qu’il se présente quand il deal, et c’est aussi comme ça que ses amis le désignent en dehors de la salle d’audience.
Pendant l’audience, sortant de garde à vue, H. n’en démord pourtant pas : il ne connait pas Béné, Béné c’est pas lui, son téléphone, c’est pas le sien. Il est un honnête jeune qui cherche du travail mais n’en trouve pas, à cause de la crise. Il vit toujours chez ses parents, malades tous les deux, il s’en occupe. Il reconnaît être consommateur occasionnel de cannabis, et si 6 de ses acheteurs l’ont formellement identifié, c’est parce que « désœuvré », il « traîne », c’est pas génial, mais c’est pas de sa faute, et ce n’est pas un délit. Il a 3 mentions à son casier, 2 mois avec sursis au Tribunal pour Enfants, et des amendes pour défaut d’assurance sur une voiture.

 

Il est poursuivi pour une période allant de juillet 2014 à août 2015, moment auquel il a été incarcéré pour une autre cause. L’enquête qui a permis son arrestation avait commencé bien avant. Au départ de l’enquête, un soupçon de trafic du côté de Cluny. La police entend plusieurs personnes. L’une d’entre elle dit acheter pour sa consommation à un certain Béné, dont il donne le numéro de téléphone. On le met sur écoute. De fil en aiguille, 6 personnes vont identifier Béné comme leur revendeur, quasiment toujours sur le parking du centre commercial Leclerc, à côté du boulevard des Etats-Unis.

Le Président détaille les auditions de ces personnes, et ça agace un peu le prévenu : « J’ai dit pendant 50 heures de garde à vue aux enquêteurs que je ne connais pas ces gens. » En août, lors d’une perquisition, on trouve chez lui de l’argent liquide, 2 000 € gagnés « en cueillant les cerises ». Puis finalement, ce n’est pas à lui, c’est à son frère, son frère actuellement incarcéré, qui écrit, d’ailleurs, pour demander qu’on lui restitue la somme.

Ses acheteurs ne sont pas du quartier, ils vivent tous en des endroits différents, et toutes leurs déclarations concordent, y compris la description physique : « On est dans un quartier, on est tous maghrébins, Monsieur. Je traîne, alors on me voit. »

Béné compte un peu sur le fait que la police n’a jamais retrouvé le téléphone en question, mais le Parquet marque un point, s’il en était besoin, en confrontant Béné à l’une des conversations écoutées : il appelle son avocat, se présentant comme H. H., pour parler du bracelet électronique… Silence déconfit.

 

Verdict : coupable, 12 mois de prison, mandat de dépôt.

Les copains du boulevard accusent le coup, 1 an « c’est trop ». Qu’espéraient-ils au juste ? « C’est parce qu’il est du quartier, ça, c’est toujours pire quand on vient du quartier. »

Florence Saint-Arroman

MÂCON : Un conteneur incendié dans la nuit de vendredi à samedi

FEU CONTENEURS PROVENCE MACON - 2.jpg
Actualisé ce lundi : La police a ouvert une enquête.

TRIBUNAL DE MÂCON : La barbarie d'une mère sur sa fillette de moins de 2 ans...

TGI Mâcon.JPG
On aurait pu s'attendre à un procès aux Assises. Mais non, les juges en ont décidé autrement. Pourquoi ? « Car il y a eu un basculement... » explique maître Dominique Many, avocat du père, joint au téléphone. « La fillette était vue régulièrement par un médecin avant que sa mère ne s'acharne à la violenter à la suite d'un conflit conjugal. »

TRIBUNAL DE MÂCON : De la violence conjugale au proxénétisme...

TGI Mâcon.JPG
L'affaire a été jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Mâcon. Elle mettait en cause deux prévenus, deux hommes de 34 et 60 ans. La victime avait d'abord porté plainte pour violences conjugales.

SAÔNE-ET-LOIRE : Un chasseur de 60 ans tué dans un accident de chasse

Le drame a eu lieu ce samedi à Saint-Léger-sous-Beuvray.

MÂCON : Deux policiers se jettent dans la Saône pour sauver une femme de la noyade

POLICIERS MACON SAUVETAGE SAONE - 1.jpg
Incroyable façon de terminer l'année pour ces deux policiers de Mâcon, Olivier et Virginie...

MÂCON : Des coups de rouleau à pâtisserie sur sa femme, jusqu'à le casser...

VIOLENCES CONJUGALES MACON OCT2019.gif
Accusé par son épouse de faits de violence, avec incapacité supérieure à huit jours, survenus à Mâcon le 13 octobre dernier, un Mâconnais de 33 ans était présenté mercredi après-midi au tribunal en comparution immédiate. Récit.

MÂCON : Deux quartiers privés de chauffage en raison de fuites sur le réseau de chauffage urbain

Fuite_chauffage_urbain_221220190001.jpg
Actualisé à 20h40 : La réaction de Gérard Colon, 2ème adjoint au maire de Mâcon, en charge de la modernisation du chauffage urbain

MÂCON : Embardées dangereuses, insultes racistes, menaces de mort et exhibition sexuelle…

TGI_MACON.jpg
Avec ça, T.G. a fini en prison le 2 novembre dernier. Les faits ont été commis le 1er novembre à Mâcon, après minuit, sur le quai Lamartine, dans un bar et au commissariat.

PERONNE : Elle quitte Intermarché en courant, par la sortie sans achat, chargée de 3 400€ de marchandise

TGI_MACON.jpg
Interpellée le 24 novembre suite à avis de recherche, une Roumaine de 32 ans, mariée, deux enfants, comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Mâcon pour vol en réunion commis le 19 septembre à Péronne.